• Accueil
  • > Espagne
  • > José Antonio Alonso, dit « commandant Robert », élevé au grade de Commandeur de la Légion d’honneur

José Antonio Alonso, dit « commandant Robert », élevé au grade de Commandeur de la Légion d’honneur

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 février 2014

 

Le « commandant Robert » honoré

 

J.-Alonso-Foix

  L’hiver à Pau, par Jean Ortiz.

 

  Nous venons d’apprendre ce 21 février que José Antonio Alonso,

  dit « commandant Robert », qui joua un rôle de premier plan

  dans la libération de Foix et de l’Ariège avec des dizaines d’autres

  guérilleros espagnols, républicains qui continuaient  le combat

  antifasciste, sera élevé au grade de Commandeur de la Légion

  d’honneur, le 15 juin, à Vira, Aude.

 

« vingt et trois étrangers et nos frères pourtant ». Nous sommes très heureux de cette belle nouvelle

et de ce nouvel hommage au rôle des guérilleros espagnols majoritairement organisés dans de l’AGE-FFI,

bras armé de l’UNE, mais aussi dans d’autres organisations de lutte, dans des unités et des maquis français…

Ces hommes se levèrent en France, parmi les premiers, pour défendre une « patrie d’idéal », contribuer à libérer

la France, et reconquérir la liberté et la République en Espagne. Chacun sait qu’à la Libération ces héroïques

combattants espagnols furent une nouvelle fois lâchés…

Il n’est pas inutile de le rappeler en ce 21 février, jour de 1944 où furent fusillés nos frères « étrangers »

de « l’Affiche rouge », et parmi eux  le courageux « moïste » espagnol « Alfonso ». Que des étrangers aient été

parmi les premiers résistants devrait contribuer à la réflexion et à la résistance contre la montée du racisme,

de la xénophobie, de l’antisémitisme, et de la dangereuse extrême droite. Continuons donc le combat de mémoire

au présent, veillons, ne lâchons rien.

Continuons à marquer des points, ensemble.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

L’histoire extraordinaire d’Esteban « El Rojo », 103 ans!

Républicain espagnol et communiste, Virgilio Peña a cent ans aujourd’hui

Diego Cañamero Valle, portrait d’un révolutionnaire andalou (Vidéo)

Jean Ortiz

Laisser un commentaire