• Accueil
  • > Basta!
  • > Souffrance au travail : Enquête sur les pressions exercées par le patronat (Basta !)

Souffrance au travail : Enquête sur les pressions exercées par le patronat (Basta !)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 janvier 2014

 

MALTRAITANCE PROFESSIONNELLE

Souffrance au travail : de plus en plus de médecins censurés

sur demande des employeurs

 

cgt-souffrance-au-travail   Par Ivan du Roy

  Des médecins du travail et des généralistes sont accusés

  par des entreprises de violer la déontologie médicale.

  Celles-ci font pression en portant plainte auprès de l’Ordre

  des médecins.

  Objectif : faire modifier des certificats médicaux en effaçant

  tout lien entre l’état de santé du patient et son travail.

  Ou obtenir que les récalcitrants soient blâmés.

  Dominique Huez, médecin du travail à la centrale nucléaire

  de Chinon, vient d’être ainsi condamné par l’Ordre suite

à la plainte d’un employeur.

Enquête sur des pratiques qui risquent d’avoir de graves conséquences sociales

et environnementales.

Les médecins du travail devront-ils s’autocensurer ? Selon l’Ordre des médecins et sa chambre disciplinaire

de la région Centre, la réponse est oui. L’Ordre vient de condamner à une « peine d’avertissement » le docteur

Dominique Huez, médecin du travail d’EDF sur le site de la centrale nucléaire de Chinon.

Sa faute ? Avoir accepté en urgence en décembre 2011 de recevoir un ouvrier, en état de stress avancé,

travaillant pour un sous-traitant d’EDF, Orys. Cette filiale du groupe Ortec fournit des services à l’industrie pétrolière

et nucléaire. Le médecin constate chez son patient une « pathologie anxio-dépressive », « conséquence d’une suite

de syndromes post-traumatiques », « en rapport à un vécu de maltraitance professionnelle ».

Le salarié a fait jouer quelques mois plus tôt son droit de retrait sur un chantier où il aurait pu être exposé

à des fibres d’amiante. Sa dépression est déjà reconnue en maladie professionnelle. Le médecin rédige donc

un certificat médical, y mentionne les faits décrits par le patient et constate que « l’enchaînement de pratiques

de maltraitance [au sein de l’entreprise] ne peut qu’aggraver de façon délétère » sa pathologie.

Le salarié quitte la consultation. Dominique Huez n’aura plus aucune nouvelle de lui durant deux ans :

« Je ne sais même pas s’il a vu ensuite son généraliste ou son médecin du travail. » Jusqu’au printemps 2013

où le médecin apprend qu’il fait lui-même l’objet d’une plainte de l’employeur, Orys, auprès de l’Ordre des médecins.

[Lire la suite sur Basta !]

Creative Commons License

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy