• Accueil
  • > Chomage
  • > Assurance chômage : Quand le chômage flambe, le patronat se planque…

Assurance chômage : Quand le chômage flambe, le patronat se planque…

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 janvier 2014

 

Chômage

Assurance chômage : une négociation à haut risque

 

pole_emploi3_6

  Alors que s’ouvrent ce vendredi les négociations

  sur l’assurance chômage, le patronat refuse

  de mettre un euro de plus pour son financement,

  laissant craindre une diminution des droits

  des demandeurs d’emploi.

 

«Ce n’est pas à un moment de chômage élevé qu’il faut réduire les droits des chômeurs», avait lancé François Hollande lors de sa conférence de presse mardi dernier. Un message en direction du patronat avant l’ouverture des négociations sous tension sur l’assurance chômage. Aujourd’hui les syndicats – CGT, CFDT, FO, CFTC et CFE-CGC – et le patronat – le Medef, la CGPME et l’UPA –, se donnent rendez-vous pour rediscuter les règles d’indemnisation et réduire le déficit des comptes de l’Unedic. Les finances de l’instance de gestion paritaire de l’assurance chômage sont dans le rouge. Le déficit atteindra 4 milliards d’euros en 2013 et sa dette s’élève à 17,8 milliards. Elle devrait dépasser les 22 milliards en 2014. Un record.

Quand le chômage flambe, le patronat se planque

Avec plus de 5,5 millions d’inscrits à Pôle emploi et une hausse quasi continue du chômage depuis plus de deux ans, la stabilisation de la courbe annoncée par François Hollande a du plomb dans l’aile. Avec une prévision de croissance de l’activité économique de 0,8 % en 2014, l’Unedic table sur 63 200 chômeurs de plus en catégorie A, c’est-à-dire ceux qui n’ont pas du tout travaillé. « Nous avons 18 milliards de dettes et, si nous ne faisons rien, nous risquons d’arriver à 40 milliards », s’était lamenté Pierre Gattaz, président du Medef. Mais quand le chômage flambe, le patronat se planque.

 

chomage3

Le Medef refuse tout net d’augmenter les cotisations pour réduire

le gouffre de l’assurance chômage. Plutôt que d’inciter le patronat

à donner plus, le président de la République a choisi de lui offrir

des cadeaux fiscaux, soi-disant pour inciter les entreprises à l’embauche.

Ces derniers mois, Pierre Gattaz avait fait part de son souhait de rétablir

la dégressivité des allocations pour les chômeurs.

Mais mercredi, le président du Medef s’est refusé à aborder cette question,

soucieux de ne pas froisser le gouvernement, particulièrement bien

disposé à son égard.

 

Les syndicats contre une baisse de l’indemnisation

[Lire la suite sur humanite.fr]

Des mesures alternatives existent pour protéger les salariés et les emplois

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy