• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 2 janvier 2014

Bricolage : la CGT et FO contre l’accord sur le travail dominical

Posté par communistefeigniesunblogfr le 2 janvier 2014

 

Bricolage :

     la CGT et FO contre l’accord sur le travail dominical

 

faujourcgt1Dessin de Faujour pour la CGT

Les deux syndicats ont affirmé ce jeudi

qu’ils refusaient de signer l’accord portant

sur les contreparties pour les salariés au travail

le dimanche dans le secteur du bricolage,

préconisé par le gouvernement

et auquel les enseignes se sont engagées.

 

 

« C’est assez clair, on est contre. Nous ne sommes pas dupes, les syndicats sont juste convoqués pour valider

les contreparties, il n’y a eu aucune concertation préalable avec les syndicats » avant la publication du décret,

a dit Dominique Holle, secrétaire fédéral à la fédération CGT du commerce, premier syndicat aux dernières

élections professionnelles des hôtels, cafés et restaurants (HCR) avec 35,32% des voix.

Même discours du côté de Force ouvrière (25,70%). « Nous n’allons pas signer un accord qui remet en question

la convention 106 de l’Organisation internationale du travail, ratifiée par la France, sur le repos hebdomadaire

dans le commerce et les bureaux », a affirmé Christophe Le Comte, secrétaire fédéral du syndicat.

[la suite sur humanite.fr]

 

Lire aussi :

Publié dans CGT, droit du travail, ECONOMIE, FO, France, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Japon : les SDF esclaves du nucléaire

Posté par communistefeigniesunblogfr le 2 janvier 2014

 

Des SDF pour décontaminer Fukushima

http://www.dailymotion.com/video/x19201g

sur dailymotion

par francetv info

En savoir plus :

L’article de France 24

Des SDF japonais embauchés pour nettoyer Fukushima

L’article de David Jimenez (El Mundo)

Les mendiants, esclaves du nucléaire au Japon

Publié dans Japon | Pas de Commentaire »

Bonnes fêtes de faim damnée

Posté par communistefeigniesunblogfr le 2 janvier 2014

 

               Bonnes fêtes de faim damnée

 

famine  par Hervé Hubert

 « Bonnes Fêtes ! » est le leitmotiv que nous entendons

 et prononçons en ces circonstances de fin d’année,

 motif musical aux multiples significations dans cette partition

 orchestrée par un capitalisme banalisé jusque dans sa barbarie.

 

« Bonnes Fêtes ! » peut résonner comme un vœu de bonheur, une aspiration légitime pour une humanité du XXIe siècle dont les possibilités en moyens économiques et scientifiques permettraient de penser que partout dans le monde chacun pourrait vivre selon ses besoins, au moins avoir le pouvoir démocratique de se nourrir, se loger, travailler, accéder à la santé et aux soins, se cultiver dès l’enfance, avec la pensée que nous sommes des êtres sociaux, que nous nous réalisons et créons dans nos rapports sociaux et qu’il convient donc d’orienter ce que nous produisons dans une perspective sociale croisant l’individuel et le collectif. Dans ce contexte les réalisations de la Révolution cubaine sont un phare lumineux.

Dans le monde capitaliste banalisé jusque dans sa barbarie, la faim et la famine continuent leurs pouvoirs de damnation. « Bonnes fêtes de faim damnée » peut en être l’écriture, jeu de mots, witz, qui a le souhait de ne pas rester confiné au jeu de mots pour se centrer sur la force révolutionnaire des créations humaines et parmi elles, celle des mots.

La faim et la famine ne sont pas des maux inéluctables, nous le savons mais l’oublions souvent dans cette religion de la civilisation de consommation dont la description de fascisme rampant vers la dégradation, la dévalorisation, la marchandisation de l’être humain n’a trouvé meilleure plume que celle du poète Pier Paolo Pasolini qui dénonçait le processus qui « tend à identifier les mots de bourgeoisie et d’humanité » [1] et savait deviner le « nouveau fascisme pragmatique américain » dont le but est « la réorganisation et le nivellement brutalement autoritaire du monde » [2].

Dès lors c’est à la lutte contre ce monde capitaliste, contre ce qui régit ses mentalités aussi, qu’il convient d’œuvrer, cette religion de la civilisation de consommation n’étant que l’arôme de ce monde, pour reprendre la logique proposée par Marx dans sa Contribution à la critique de la Philosophie du droit de Hegel.

La famine est le signe qu’il y a des affameurs c’est-à-dire des humains qui « réduisent d’autres humains à la faim » [3], privant de façon injuste et enlevant jusqu’au potentiel de vie.

[Lire la suite sur Le grand Soir]

 

Publié dans IDEES - DEBATS - PHILO, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

François Bayrou monte-en-l’air

Posté par communistefeigniesunblogfr le 2 janvier 2014

 

François Bayrou monte-en-l’air

 

bayrou

 

  L’hiver à Pau, par Jean Ortiz.

  Samedi 21 décembre, le stade palois du Hameau vibre,

  comme à chaque hiver. « La section » (paloise) affronte

  en Pro D2 Colomiers. Le ballon est ovale et le match

  à sens unique (16 à zéro). Les portes arrière du stade

  sont fermées lorsque le présidentiable François Bayrou

  arrive, en retard. Que croyez- vous qu’il fît?

 

 

On savait François Bayrou capable de toutes les virevoltes,  de toutes les cascades politiques, mais de là à être pendu

par une jambe aux grilles arrière d’un stade de rugby,  de quoi se faire la pau tout seul… fallait-il qu’il nous épatâtes.

 

Rien n’effraie Saint François de Bordères. Il y a 24 ans, il sauta dans une piscine vide. Il y a quelques mois,

il replongea dans une droite bien pleine, qu’il n’avait en fait jamais quitté. C’est que le centre, territoire

de nulle part mais de droite, se prête à toutes les contorsions, à toutes les escalades.

Il y a fort longtemps déjà, Léonard de Vinci écrivait :

« le néant n’a pas de centre, et ses limites sont le néant »

Saint François de Bordères vient une nouvelle fois d’en reculer les limites. À chaque campagne électorale

notre homme se centre, se concentre, se déjante, se recentre, mais finit toujours par « tomber » chez lui, à droite.

Une seule chose nous étonne cette fois-ci : il vient de tomber à gauche, après avoir été pendu

par une jambe, au milieu – oui au milieu –  d’une grille de 2,5 m de haut. Et de se blesser sérieusement.

Plus de trois heures et demi d’opération…Non non, je ne l’ai pas inventé.

Que voulait en réalité Saint François :

prendre à revers la mêlée ?

rivaliser avec le père Noël ?

se rendre intéressant ?

toucher des droits sur un jeu vidéo ?

passer inaperçu ?

entrer sans payer ?

en bon politicien, faire les poches des spectateurs ?

s’en griller une dans le dos du public ?

se faire la belle en douce ?

un crash-test avant la chute finale ?

la politique buissonnière ?

A Pau, les uns se bidonnent,

les plus âgés  plaignent l’intrépide.

Le centre, nous le savions, est une chute perpétuelle.

 

Un hiver à Pau, par Jean Ortiz.

Jésus, « fils de Dieu » de la « consommation » ?

Jacques et le rouge

Publié dans France, Humour, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Le procureur général de la Cour d’Appel de Lyon s’acharne sur les cinq de Roanne

Posté par communistefeigniesunblogfr le 2 janvier 2014

 

La justice s’acharne encore et encore contre les cinq de Roanne

 

militant

 

Pourtant relaxés le 17 décembre dernier par la justice,

les cinq syndicalistes vont devoir reprendre le chemin

du tribunal de Roanne. En effet, le procureur général

de la Cour d’appel de Lyon a décidé de faire appel

du jugement de relaxe. « C’est un acharnement inadmissible »,

s’insurge le numéro un du PCF, Pierre Laurent.

 

« L’acharnement contre ces cinq syndicalistes ne cessera donc t-il jamais ? C’est inadmissible », s’offusque, Pierre Laurent, le secrétaire national du PCF dans un communiqué. « Je demande des explications : qui est responsable d’un tel acharnement ? Une chose est certaine : la mobilisation doit reprendre sans tarder pour obtenir leur relaxe totale et définitive », déclare le numéro un communiste.

Le calvaire judiciaire de Cristel Coste, Jean-Paul Barnaud, Gérald Dionozio, Christian Osete et Didier Marchand, militants CGT, inquiétés depuis 2010 pour des tags puis pour refus de prélèvement d’ADN, avait pris fin le 17 décembre dernier après la relaxe prononcée par le tribunal de Roanne. Le parquet, qui avait dix jours pour faire appel, en a décidé autrement par la décision de son procureur général qui a fait appel du jugement de relaxe mardi 31 décembre 2013.

« La mobilisation doit reprendre sans tarder pour obtenir leur relaxe totale et définitive et exiger le vote d’une loi supprimant le fichage pour activités syndicales et amnistiant les syndicalistes déjà condamnés », conclut Pierre Laurent.

 

Publié dans CGT, France, Justice, Pierre Laurent | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy