• Accueil
  • > Archives pour décembre 2013

L’OPA des entreprises sur les facs

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 décembre 2013

 

Dans l’Humanité ce lundi, l’OPA des entreprises sur les facs

 

huma2312

Sous couvert de favoriser l’insertion professionnelle

des étudiants, le gouvernement se fait le chantre

d’un rapprochement entre universités et entreprises.

Le supérieur est aujourd’hui plus que jamais

sous l’influence des milieux économiques.

A découvrir dans notre événement :

  • Quand le Medef pose son cartable à la fac. Extrait :

Merci patron ! Depuis un an et demi, le gouvernement, sous couvert

de favoriser l’insertion professionnelle des étudiants, n’en finit plus

de confier les clés des facs aux entreprises.

Pas un mois ne passe sans que Geneviève Fioraso, la ministre

de l’Enseignement supérieur, ne célèbre ce « rapprochement » entre les universités et « les acteurs économiques ».

Ainsi, après avoir annoncé, en octobre, la généralisation prochaine de cours sur « l’entrepreneuriat et l’innovation » 

et la création d’un statut étudiant-entrepreneur, la voici fêtant, début décembre, la naissance d’un comité Sup’emploi,

codirigé par l’ex-présidente de Manpower France et l’ex-PDG de Schneider Electric. Une annonce qui s’est

accompagnée d’un entretien croisé paru dans les Échos, où la ministre socialiste acquiesce à l’idée de faire du Medef

le « copilote » des formations universitaires… En face d’elle, Pierre Gattaz, le patron des patrons, boit du petit-lait : 

« Tout cela va dans le bon sens. » On le comprend. Le patronat, qui a toujours cherché à peser sur les destinées

étudiantes, n’a pas à se plaindre. Sa vision de l’université – le fournisseur d’une main-d’œuvre collant au plus près

des besoins du marché – est désormais aussi celle du gouvernement.

[Lire la suite]

 

Publié dans Enseignement superieur, France, l'Humanité, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Centrafrique : un barbouze dévoile le dessous des cartes (Fakir)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 décembre 2013

 

Le centre à fric – Géopolitique d’un barbouze

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

Fakirpresse

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Humour et Politique

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 décembre 2013

 

Cliquez sur l’image pour agrandir

humour20

Vu sur  Moissac au Coeur

 

Publié dans Humour, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

La privatisation de l’école ? La Suède s’en mort les doigts.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 décembre 2013

 

Éducation : la Suède n’en peut plus du tout-privé

 

suede_2

La privatisation de l’école ? La Suède s’en mort les doigts.

Vingt ans après le lancement d’un programme de privatisation partielle

des écoles secondaires, le pays s’interroge sur le bien-fondé

d’une telle politique, marquée par la faillite de nombreux établissements

et la baisse du niveau des élèves.

 

Sur le modèle du chèque éducation défendu, en France, par l’extrême droite et une partie de la droite, la Suède a été le premier État européen, au début des années 1990, à fournir aux parents des bons finançant l’inscription de leur enfant dans les premiers collèges privés du pays. Un quart des établissements scolaires du secondaire sont désormais privés dans le pays et près de la moitié d’entre eux sont la propriété partielle ou totale d’entreprises, qui peuvent en tirer des bénéfices.

Faillites et licenciements

Mais voilà. Le bilan financier et éducatif de ces établissements est aujourd’hui très inquiétant. Plusieurs d’entre eux ont fait faillite ces dernières années, dont récemment JB Education, une école secondaire propriété de l’entreprise Axcel, qui accueillait 11 000 élèves. Facture : un milliard de couronnes (111 millions d’euros) et un millier d’enseignants au chômage. Des dizaines d’autres établissements ont aussi connu des revers de fortune. Un collège suédois sur quatre perd de l’argent et le risque d’insolvabilité a augmenté de 188% depuis 2008. Des difficultés financières accentuées par la baisse démographique du nombre d’élèves dans le secondaire.

La dérégulation totale autorisant tout, ou presque, a produit des effets délétères. L’an dernier, les inspecteurs de l’Éducation nationale ont reproché à JB Education de se contenter de faire passer les examens aux élèves. Ils ont aussi dénoncé le mode de fonctionnement de Praktiska Sverige, qui accueille plus de 5 000 élèves et engage des enseignants sans diplôme, en CDD, tout en réduisant le nombre de bibliothèques scolaires. Sans parler de cet homme condamné pour pédophilie qui avait pu ouvrir plusieurs écoles sans enquête préalable des autorités de tutelle…

«J’ai souvent dit qu’il était plus facile d’ouvrir une école indépendante qu’une baraque à hot dogs, souligne Eva-Lis Siren, secrétaire générale de Lararforbundet, le principal syndicat enseignant. Quand on incite à la liberté de choix, on perd de vue le contrôle de la qualité.» Selon une étude de l’Agence nationale pour l’éducation, un élève de 15 ans sur quatre n’est désormais pas capable de comprendre un texte factuel de base.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

A lire aussi :

Publié dans Education nationale, EUROPE, Suede | Pas de Commentaire »

À Lisbonne, l’austérité pour Noël

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 décembre 2013

 

PORTUGAL

         À Lisbonne, l’austérité pour Noël

 

portugal2

 

 La troïka (UE, FMI et Banque mondiale) promet

 sans rire une prochaine « sortie de crise ».

 La CGTP lance une semaine d’action contre l’austérité.

 

 

Pas de trêve des confiseurs. À la veille de Noël, la Confédération générale des travailleurs du Portugal (CGTP) a lancé une semaine d’actions contre les politiques d’austérité du gouvernement de droite du CDD-PSD qui, depuis 2011, applique une cure « austéritaire » au nom du programme de sauvetage de 78 milliards d’euros imposé par l’Union européenne (UE). Hier encore, la CGTP tenait le haut du pavé avec un meeting à Lisbonne et dans les grandes villes du pays contre les diktats de la troïka (Union européenne, Fonds monétaire international et Banque mondiale).

Chicago Boys 

Depuis deux ans, les Chicago Boys de Bruxelles appliquent dans ce petit pays au bout de l’Europe une politique aux conséquences sociales désastreuses. Un quart de la population peine à se hisser au-dessus du seuil de pauvreté. L’économie reste dans la tourmente, avec une croissance anémique. Il n’empêche, les costards-cravates de la troïka ont cru bon de décerner une palme d’or au Portugal. Lundi, les grands créanciers internationaux du pays ont expliqué, sans rire, que le pays était sur les rails de la « sortie de crise ». « Le programme est sur la bonne voie et les autorités sont déterminées à assurer sa mise en œuvre », ont exposé dans un communiqué conjoint la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international.

Souveraineté

Bien entendu, un sévère programme d’austérité conditionne encore le versement des tranches de crédit promises par cette troïka, qui a osé parler de « mission très tranquille ». « À partir de janvier, nous allons discuter de la stratégie de sortie du programme avec les institutions européennes », a commenté, complice, la ministre des Finances, Maria Luis Albuquerque. Pire, le vice-premier ministre, Paulo Portas, a promis de recouvrer, avec l’achèvement de ce programme d’austérité, la « souveraineté perdue depuis 2011 ». Promesse de Père Noël…

A lire aussi :

Cathy Ceïbe - humanite.fr

Publié dans Portugal, Troika, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Humour et Politique

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 décembre 2013

 

        ATHÈNES – Prévisions glacées

 

grèceCliquez sur l’image pour agrandir

 

  Le Premier ministre grec Antonis Samaras au président

  de la Commission européenne José Manuel Barroso :

            Le climat a changé en Europe !

  Le téléspectateur :

             Ici aussi

Publié dans Grece, Humour, POLITIQUE, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Union bancaire européenne

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 décembre 2013

 

Union bancaire :

     un accord incomplet et dangereux par Attac France

 

Captureunionbancairecapture d’écran

Les 27 membres de l’Union Européenne, représentés

par leurs ministres des finances, viennent de signer

un compromis sur l’Union Bancaire européenne,

présenté (une fois n’est pas coutume !)

comme un accord « historique ».

 

Le point principal de l’accord est l’organisation d’une supervision directe des banques par la Banque centrale européenne.

A priori, un contrôle direct et unifié des banques dans l’espace européen est souhaitable, pour prévenir les crises systémiques, qui proviennent de la défaillance de banques individuelles se propageant à l’ensemble du système bancaire européen. Mais dans la réalité, cet accord est incomplet et dangereux.

 Incomplet parce que la supervision unifiée prévue ne concernera que les 150 ou 200 grosses banques dont le bilan dépasse 30 milliards d’euros, alors qu’il y a 6 000 banques dans la zone euro. Or on sait que la crise bancaire espagnole a été provoquée par les Caisses d’épargne de petite taille.

Captureunionbancaire1

capture d’écran

 Ce nouvel accord ne résout donc en rien la crise bancaire espagnole

  qui menace la zone euro. Il été imposé par l’Allemagne qui souhaitait

 que ses banques régionales échappent au contrôle de la BCE, et que

 les mécanismes de solidarité entre pays soient réduits au mimimum

(les contribuables allemands ne veulent pas payer pour les banques

slovènes ou espagnoles).

Dangereux parce qu’il pose deux autres problèmes graves. En premier lieu, il n’impose aucune règle contraignante pour interdire la spéculation par les banques, à l’origine de cette crise. Ce qui laisse présager de nouvelles crises financières dans un proche avenir. En second lieu, les nouvelles responsabilités données à la Banque centrale européenne ne s’accompagnent d’aucune réforme de son statut. Or la crise a montré que la BCE est d’abord au service des intérêts des banquiers, et non pas au service de l’intérêt général et des États dont elle reste indépendante. Une fois de plus, les décisions prises à Bruxelles à l’écart des peuples tournent le dos à la démocratie.

Attac France, le 13 décembre 2012

 

Communiqué du PGE
 
Dans les deux jours précédents, les ministres des finances de l’UE ont signé une « union bancaire » actant la création d’une « autorité » capable soit-disant de « régler les crises » en « volant au secours » des banques en difficulté. Un outil « révolutionnaire » selon Michel Barnier, commissaire au marché intérieur.
 
Cette décision est contestable en soi. Cela fait six ans que l’UE s’affaire à sauver les banques et à en faire payer la facture aux peuples. Le résultat est là : échec économique total et désastre social.
Mais qu’apprend-on le lendemain même de cet accord soit-disant « révolutionnaire » ? Que S&P dégrade la note de l’UE d’un cran et lui retire son triple A. C’est la dure loi des marchés : donnez-leur la main, ils vous coupent le bras.
*
Pour l’avenir de l’Europe, il faut maintenant changer de cap. Le PGE organisera en avril à Bruxelles une Conférence sur la dette qui fera la démonstration qu’une politique économique, bancaire et monétaire différente est non seulement possible, mais incontournable pour sortir de l’impasse.
*
Parti de la gauche européenne – 20 décembre 2013

Publié dans ECONOMIE, EUROPE, Finance, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Quand le pape François parle des classes…

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 décembre 2013

 

Exhortation(s) : quand le pape François parle des classes…

 

papefrançois

Par Jean-Emmanuel Ducoin

Dans Evangelii Gaudium (la joie de l’Évangile),

diffusé mardi 26 novembre, premier texte officiel

publié de sa main depuis son élection sur le trône

de Pierre, l’évêque de Rome offre une ligne

de conduite tous azimuts, façon feuille de route.

 

*
François Ier. Être au monde dans ses mutations ne va pas sans soubresauts, ni hésitation. Ici, non pas la chronique de la peur mais contre la peur, quand la solitude se brise par la grâce d’espoirs sollicités. Voici le temps de l’aveu, celui qui doit inciter à l’optimisme malgré les périls en vue et les éventuelles déceptions. Que craindre le plus, en effet: l’effroi prévisible des consciences ou le combat des hommes en tant que potentialité ? Bien sûr, gardons-nous toujours d’un enthousiasme trop aveuglé par la puissance symbolique des actes et des mots. Mais, une fois encore, le pape François vient de nous surprendre plutôt agréablement. Pourquoi devrions-nous le taire et tenir à distance des informations assez importantes, qui, en tout orgueil, confortent nos impressions initiales ? Dans Evangelii Gaudium (la joie de l’Évangile), diffusé mardi 26 novembre, premier texte officiel publié de sa main depuis son élection sur le trône de Pierre, l’évêque de Rome offre une ligne de conduite tous azimuts, façon feuille de route, qui dépasse de loin les gestes inédits et autres phrases qu’il avait pu distiller çà et là, à la grande stupéfaction des conservateurs de la curie. Dans cette première «exhortation apostolique», qui pourrait faire date, François Ier appelle l’Église à s’ancrer dans la société. Une idée banale, direz-vous. Moins qu’il n’y paraît.

Exploités. «Une Église pauvre pour les pauvres (…), audacieuse, créative, fervente, cordiale et joyeuse.» Les mots sont placés. Et visiblement dans le bon ordre. Dans ce texte programmatique, Bergoglio dit préférer une «Église accidentée, blessée et sale pour être sortie par les chemins, plutôt qu’une Église malade de la fermeture et du confort». Dans un long chapitre consacré à la crise économique, le pape réaffirme la primauté de la dimension sociale et de l’engagement dans
la cité. Les phrases claquent et laissent assez peu de place au doute. Qu’on en juge: «De même que le commandement de “ne pas tuer” pose une limite claire pour assurer la valeur de la vie humaine, aujourd’hui, nous devons dire “non à une économie de l’exclusion et de la disparité sociale”. Une telle économie tue.»

[Lire la suite sur larouetournehuma.blogspot.fr]

 

Publié dans ECONOMIE, IDEES - DEBATS - PHILO, l'Humanité | Pas de Commentaire »

Ep.22 – Révolution fiscale

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 décembre 2013

 

 

http://www.dailymotion.com/video/x18l6d5

sur dailymotion

par Conseil National du Parti communiste

Pour une révolution fiscale, les communistes au cœur du Front de gauche

proposent des États généraux de la fiscalité, pour un impôt juste et efficace.

Publié dans ECONOMIE, France, PCF, POLITIQUE, Politique fiscale | Pas de Commentaire »

Fiscalité : la note va être salée

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 décembre 2013

 

FISCALITÉ

    TVA, retraites, dépenses publiques :

         la note va être salée en 2014

 

reveillon2013

 

 

En cette fin d’année 2013, le gouvernement

  et sa majorité parlementaire ont voté

  toute une série de lois qui participent

  de l’aggravation de l’austérité pour les Français.

 

 

 

Le gouvernement et sa majorité parlementaire ont eu la main lourde, en matière d’austérité, en cette fin d’année. Les différentes lois votées dans les derniers jours de cette session parlementaire vont coûter plusieurs milliards d’euros directement ou indirectement aux Français, particulièrement dans les classes populaires et les couches moyennes.

  • TVA

Première mesure, qui entrera en vigueur le 1er janvier 2014, l’augmentation du taux de TVA, que le gouvernement a, malgré son caractère injuste et l’ampleur des protestations, maintenu. En passant, pour l’une, de 19,6 % à 20 %, et pour l’autre, de 7 % à 10 %, elle coûtera plus de 6 milliards d’euros aux contribuables. Une étude de la CGT finances illustre l’injustice d’une telle taxe, montrant que la TVA représente une dépense égale à 11,59 % pour 20 000 euros de revenu et seulement 7,51 % pour 100 000 euros ! À cela s’ajoute le refus du gouvernement de baisser, comme il s’y était engagé, la TVA de 5,5 % à 5 % sur les produits de première nécessité. Le tout pour financer une partie du crédit impôt compétitivité emploi de 20 milliards d’euros, dont vont bénéficier les entreprises… sans condition d’engagement en faveur de l’emploi.

  • Retraites

La loi sur la réforme des retraites, elle, non seulement allonge, pour les jeunes, la durée de cotisation à 43 annuités, mais elle augmente les cotisations retraite de 0,15 % pour les salariés. Cette même augmentation, pour les patrons, sera compensée par une baisse de leurs cotisations de la branche famille de la Sécurité sociale. Pire, le gouvernement gagne 600 millions sur les retraités, en déplaçant d’avril à octobre l’indexation des retraites sur l’inflation : une perte de 0,6 % de pouvoir d’achat pour les petites retraites.

  • austérité budgétaire

Dernier aspect négatif de la loi de finances 2014, la décision de baisser la dépense publique de 15 milliards par an jusqu’en 2017, dont 1,5 milliard sur le dos des collectivités territoriales. Outre le fait que cette baisse se traduira par une fragilisation des services publics et même une baisse de l’intervention, cela risque aussi d’entraîner, dans les collectivités locales, une augmentation de la fiscalité sur les ménages pour maintenir les services de proximité. La dernière loi votée, celle sur les métropoles, non seulement participe de la baisse de la dépense publique, mais, au nom de la sacro-sainte compétitivité des territoires, éloigne les lieux de pouvoir des citoyens. Ce n’est jamais un facteur favorable à une meilleure prise en compte des besoins des populations.

A lire aussi :

Max Staat – humanite.fr

Publié dans France, POLITIQUE, Politique fiscale | Pas de Commentaire »

12345...10
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy