Union bancaire européenne

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 décembre 2013

 

Union bancaire :

     un accord incomplet et dangereux par Attac France

 

Captureunionbancairecapture d’écran

Les 27 membres de l’Union Européenne, représentés

par leurs ministres des finances, viennent de signer

un compromis sur l’Union Bancaire européenne,

présenté (une fois n’est pas coutume !)

comme un accord « historique ».

 

Le point principal de l’accord est l’organisation d’une supervision directe des banques par la Banque centrale européenne.

A priori, un contrôle direct et unifié des banques dans l’espace européen est souhaitable, pour prévenir les crises systémiques, qui proviennent de la défaillance de banques individuelles se propageant à l’ensemble du système bancaire européen. Mais dans la réalité, cet accord est incomplet et dangereux.

 Incomplet parce que la supervision unifiée prévue ne concernera que les 150 ou 200 grosses banques dont le bilan dépasse 30 milliards d’euros, alors qu’il y a 6 000 banques dans la zone euro. Or on sait que la crise bancaire espagnole a été provoquée par les Caisses d’épargne de petite taille.

Captureunionbancaire1

capture d’écran

 Ce nouvel accord ne résout donc en rien la crise bancaire espagnole

  qui menace la zone euro. Il été imposé par l’Allemagne qui souhaitait

 que ses banques régionales échappent au contrôle de la BCE, et que

 les mécanismes de solidarité entre pays soient réduits au mimimum

(les contribuables allemands ne veulent pas payer pour les banques

slovènes ou espagnoles).

Dangereux parce qu’il pose deux autres problèmes graves. En premier lieu, il n’impose aucune règle contraignante pour interdire la spéculation par les banques, à l’origine de cette crise. Ce qui laisse présager de nouvelles crises financières dans un proche avenir. En second lieu, les nouvelles responsabilités données à la Banque centrale européenne ne s’accompagnent d’aucune réforme de son statut. Or la crise a montré que la BCE est d’abord au service des intérêts des banquiers, et non pas au service de l’intérêt général et des États dont elle reste indépendante. Une fois de plus, les décisions prises à Bruxelles à l’écart des peuples tournent le dos à la démocratie.

Attac France, le 13 décembre 2012

 

Communiqué du PGE
 
Dans les deux jours précédents, les ministres des finances de l’UE ont signé une « union bancaire » actant la création d’une « autorité » capable soit-disant de « régler les crises » en « volant au secours » des banques en difficulté. Un outil « révolutionnaire » selon Michel Barnier, commissaire au marché intérieur.
 
Cette décision est contestable en soi. Cela fait six ans que l’UE s’affaire à sauver les banques et à en faire payer la facture aux peuples. Le résultat est là : échec économique total et désastre social.
Mais qu’apprend-on le lendemain même de cet accord soit-disant « révolutionnaire » ? Que S&P dégrade la note de l’UE d’un cran et lui retire son triple A. C’est la dure loi des marchés : donnez-leur la main, ils vous coupent le bras.
*
Pour l’avenir de l’Europe, il faut maintenant changer de cap. Le PGE organisera en avril à Bruxelles une Conférence sur la dette qui fera la démonstration qu’une politique économique, bancaire et monétaire différente est non seulement possible, mais incontournable pour sortir de l’impasse.
*
Parti de la gauche européenne – 20 décembre 2013

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy