• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 16 décembre 2013

Hausse du Smic : 12 euros net par mois et pas un sou de plus !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 décembre 2013

 

Smic : une augmentation de 12 euros net par mois…

 

Capturesapin

  »Cette revalorisation de +1,1% (au 1er janvier) permet d’assurer

 une progression du pouvoir d’achat des salariés dont les rémunérations

 sont les plus faibles » ose déclaré le ministre du Travail, Michel Sapin.

 Ce refus d’un coup de pouce, conforme aux recommandations du groupe

 d’experts, va à l’encontre des attentes des syndicats.

« Une décision qui nuit au pouvoir d’achat et à la croissance » déclare la CGT.

 

Le taux horaire du Smic sera porté à 9,53 euros brut contre 9,43 euros depuis le 1er janvier 2013, la hausse, qui se limite aux mécanismes légaux, porte à 1 445,38 euros le salaire brut mensuel -au lieu de 1 430,22- pour les salariés aux 35 heures, a annoncé le ministre aux partenaires sociaux. En net, pour ces salariés, cette augmentation devrait représenter environ 12 euros par mois, avec un salaire mensuel de 1 113 euros en moyenne. « Cette année, le gouvernement envisage de procéder à une revalorisation fondée sur l’application des mécanismes légaux, sans nouveau coup de pouce« , a déclaré Michel Sapin lors d’une réunion de la Commission nationale de la négociation collective (CNNC). « Cette augmentation préserve le pouvoir d’achat et l’emploi des moins qualifiés (…), alors que s’amorce l’inversion de la courbe du chômage », a ajouté le ministre du Travail. L’inflation sur un an s’élève à 0,6%.

« Se mobiliser pour attendre rapidemment 1 700 euros par mois » (CGT)

Pour la CGT, « le gouvernement s’enferme dans les préconisations du groupe expert sur le SMIC, celui-ci reprenant les thèses patronales qui font des salaires une « charge » nuisant à l’emploi. C’est pourtant par la reconnaissance des qualifications et leur juste rémunération que l’on relancera la consommation et la croissance. » « Le SMIC doit être augmenté immédiatement et atteindre rapidement 1700 euros par mois » précise la CGT dans un communiqué et elle appelle les salariés « à se mobiliser dans l’unité la plus large afin d’obtenir cette augmentation et l’ouverture de négociation sur les salaires. »

Le numéro un de FO Jean-Claude Mailly avait réclamé dimanche un coup de pouce d’ »au moins un point ». Pour lui la hausse légale de 1,1% « est très nettement insuffisante » alors que « près de 30% des salariés à temps partiel sont au Smic et notamment des familles monoparentales ».

La CFTC demandait elle aussi que le gouvernement aille « au-delà de ce que prévoit la loi, contrairement aux recommandations (du groupe d’expert sur le Smic) qui ne prennent pas en compte les augmentations de prix à venir, notamment de l’électricité et des conséquences de la hausse de la TVA ».

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Lire aussi :

 

Publié dans Austerite, ECONOMIE, France, Politique nationale, Pouvoir d'achat, PRECARITE, Salaires, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Saint-Denis : intervention policière musclée à la Basilique, du jamais vu depuis l’intrusion de la police dans l’église Saint-Bernard à Paris en 1996

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 décembre 2013

 

À Saint-Denis,

la police expulse des mal-logés et leur soutien de la Basilique

À la rue depuis 194 jours, des mal-logés avec leur soutien se sont installés,

hier, dans la Basilique de Saint-Denis afin d’obtenir un hébergement.

Le préfet, qui refuse de les reloger, les a fait évacuer avec violence par la police.

Du jamais vu depuis l’intrusion de la police dans l’église Saint-Bernard à Paris en 1996.

 

Image de prévisualisation YouTube

voir dur youtube

Solidaires Saint-Denis

Dimanche 15 décembre, les expulsés du 50 et du 103 Gabriel Péri à Saint-Denis (93), qui occupaient la place du Caquet depuis plusieurs mois (près de la mairie), se sont installés, avec leurs soutiens, dans la Basilique de Saint-Denis pour obtenir un hébergement. Le Préfet qui refuse de les héberger, alors qu’à Saint-Denis même, un local d’accueil de 60 places vient d’ouvrir à proximité.

Pire, contre l’avis de l’Église, il a envoyé sa police évacuer la Basilique, ce qui ne s’était jamais vu. C’est la première fois depuis l’intrusion de la police dans l’Église Saint-Bernard en 1996 que cela se produit. Les policiers ont bloqué l’entrée de la Basilique toute l’après-midi. Un comble : l’ancien évêque du diocèse, le Père Olivier de Berranger, de passage à Saint Denis, s’est vu refuser l’entrée de la cathédrale par la police !

Le maire PCF, Didier Paillard, qui voulait également aussi y entrer, en solidarité avec les mal-logés, a même été molesté et menacé à l’aide d’un Taser. Le Préfet a préféré utiliser la violence plutôt que de faire appliquer le droit à l’hébergement dont il est le garant.

Une manifestation de 200 personnes s’est ensuite dirigée vers le nouveau centre d’hébergement, qui vient de s’ouvrir à Saint-Denis dans les logements de fonction de l’ancienne gendarmerie désaffectée depuis plusieurs années. Tout le monde a pu vérifier que sa taille permet tout à fait d’héberger les 27 personnes qui sont à la rue depuis 6 mois.

Les associations et organisations qui soutiennent les habitants des 50 et 103 rue Gabriel Péri exigent du Ministère du Logement qu’il décide d’héberger enfin les 27 personnes qui sont à la rue, dans le local ouvert à Saint-Denis ou tout autre lieu d’hébergement décent. Il y a urgence. Pour obtenir cet hébergement, la mobilisation continue : les soutiens se réuniront ce lundi à 19h à la salle Saint-Denys (en face de la Basilique).

Le collectif des habitants du 50 et du 103 Gabriel Péri et les soutiens (DAL, Réseau Solidarité Logement, APEIS, CCFD Terre Solidaire, Coordination des foyers de Plaine Commune, Coordination 93 de lutte des sans-papiers, EVT, LDH, MRAP, RESF, UL Solidaires, AL, Front de Gauche, NPA, PCF, PSG)

 

Lire aussi :

Publié dans France, Logement, Politique nationale, PRECARITE, Sans Papiers - Immigration, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Accord sur la réforme de la formation professionnelle

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 décembre 2013

 

Formation professionnelle : ce que contient le nouvel accord

 

formation professionnelle

 

Exceptés la CGT et la CGPME, les syndicats

et représentants du patronat se sont entendus

dans la nuit de vendredi à samedi sur un projet

d’accord sur la réforme de la formation professionnelle.

Voici les principaux points de cet accord, qui sera

transposé dans un projet de loi par le gouvernement :

 

 

  • Un compte personnel de formation « universel »

Le compte personnel de formation, dont le principe avait été acté par la loi de sécurisation de l’emploi de juin 2013, est la pierre angulaire de cette réforme. Opérationnel à partir du 1er janvier 2015, il peut être ouvert dès l’âge de 16 ans et suit la personne tout au long de la vie, même si elle se retrouve au chômage ou change d’emploi (contrairement au dispositif précédent, le DIF). Il est alimenté dès lors qu’on a le statut de salarié.

Celui-ci bénéficie d’un nombre d’heures annuel crédité sur son compte, à hauteur de 150 heures maximum sur 9 ans. Au-delà de ces 150 heures, des abondements peuvent être effectués par l’employeur, le salarié, Pôle emploi ou encore via un accord d’entreprise.

Les formations éligibles sont « obligatoirement des formations qualifiantes correspondant aux besoins de l’économie à court ou moyen terme ». Sauf exceptions, le salarié devra demander l’accord de l’employeur s’il souhaite effectuer sa formation sur son temps de travail. Pour les chômeurs, pas besoin d’autorisation de Pôle emploi.

[Lire la suite sur humanite.fr]

A lire aussi :

Publié dans ECONOMIE, France, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

Le SMIC va passer de 9,43 à 9,53€ BRUT.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 décembre 2013

 

Cliquer sur l’image pour agrandir

richesse2

vu sur Moissac au Coeur

Publié dans Austerite, ECONOMIE, Finance, France, Salaires, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon-Riches, le grand mal dominant

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 décembre 2013

 

Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon-Riches,

le grand mal dominant

 

richesPublié le 4 décembre 2013 In SinéMensuel

Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon ont fait toute

leur carrière au CNRS comme sociologues. Ils ont écrit

quinze livres en vingt-cinq ans sur les riches.

Ils viennent de publier, après avoir pris leur retraite,

La Violence des riches, une somme, un aboutissement

de leurs travaux sur les dominants, un cri de colère.

 

Qu’est-ce qui définit les riches ?

C’est un monde fermé, une classe qui a des codes précis : la transmission, l’héritage. Ils fréquentent les mêmes écoles, les mêmes cercles, se marient entre eux, s’habillent de la même façon, sont solidaires, vivent dans les mêmes quartiers et, pour les plus riches, construisent les belles villes, les beaux quartiers, avec des avenues larges, des voisins qui leur ressemblent. Les grands bourgeois ne se réapproprient jamais des espaces conçus pour d’autres classes sociales.

Comment est vu un pauvre qui devient riche ?

La fortune est la condition nécessaire mais pas suffisante. Il faut montrer patte blanche. Prouver qu’on est capable de créer une dynastie familiale, de transmettre à la génération suivante est essentiel pour que ces richesses ne se dispersent pas dans les autres classes sociales. Bernard Arnault était petit- bourgeois. Le mariage de sa fille Delphine avec un riche héritier italien, même si ça n’a pas donné les espoirs qu’il avait suscités, était un anoblissement par cooptation. Les élites du monde entier étaient là.

Quel est le rôle des femmes ?

Avant d’être une femme, elle est la représentante de son milieu, le maillon d’une lignée, elle porte le patronyme familial qui, à lui seul, condense le capital symbolique, fondé sur les autres formes de capital, économique, culturel et social. Tous les titres de la noblesse se déclinent au féminin. Le baron a sa baronne, le duc sa duchesse… et on descend comme ça jusqu’au préfet qui a sa préfète puis après plus rien… Le directeur d’EDF n’a  pas sa directrice.

En vingt-cinq ans d’enquête, avez-vous vu un changement ?

Avant, la maxime était : « Pour vivre heureux, vivons cachés. » Ce n’est plus le cas aujourd’hui, la richesse est assumée, visible, avec même un sentiment d’impunité.

[Lire la suite sur Moissac au Coeur]

sine-faujour1

SinéMensuel

Publié dans ECONOMIE, Finance, IDEES - DEBATS - PHILO, Presse - Medias | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy