• Accueil
  • > Archives pour novembre 2013

Centrafrique « au bord du génocide », les enfants en première ligne

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 novembre 2013

 

CENTRAFRIQUE

Centrafrique « au bord du génocide », les enfants en première ligne

 

centrafrique

 

La République centrafricaine est « au bord du génocide », a déclaré ce jeudi

le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius.

Sur le terrain, l’Unicef décrit une «crise humanitaire grave et complexe»,

avec une «complète désintégration des services de base».

 

Sur les 4,6 millions d’habitants que compte la Centrafrique, 2,3 millions sont des enfants. Une population vulnérable, déjà fragilisée par le manque d’infrastructures et de services de base, aujourd’hui confrontée à des questions de survie. « Avant l’offensive de la rébellion, le pays souffrait déjà d’une crise silencieuse. Depuis, les centres de santé, les écoles ont été pillés, saccagés, occupés par les groupes armés. La situation sanitaire est très critique dans l’intérieur du pays. Il n’y a plus de chaîne du froid pour acheminer médicaments et vaccins. Les gens ont peur de retourner vers les services essentiels, qui ne fonctionnent plus que de façon aléatoire. Deux millions de personnes sont en situation de détresse alimentaire, une situation qui risque de s’aggraver puisque les communautés paysannes fuyant les exactions n’ont pas pu ensemencer les champs. Les prochains mois seront très durs », s’alarme ­Judith Léveillée, représentante adjointe de l’Unicef à Bangui.

Les violences et les exactions qui ont accompagné l’avancée de la rébellion n’ont épargné ni les femmes ni les enfants. Les groupes armés n’ont pas hésité à recruter parmi les plus jeunes, enrôlant, selon l’Unicef, plus de 5 500 enfants soldats.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Lire également :

Publié dans AFRIQUE | Pas de Commentaire »

L’Humanité Dimanche du 21 novembre 2013

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 novembre 2013

 

hd212711

Sommaire

 

Publié dans Humanite Dimanche, Presse - Medias | Pas de Commentaire »

« Veolia, Areva et Auchan remportent les Prix Pinocchio 2013 ! »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 novembre 2013

 

Clic sur l’image pour agrandir

prixpinocchio13

Lire l’article sur prix-pinocchio.org/

 

Publié dans ECONOMIE, Environnement, France, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Secteur associatif : 40 000 suppressions d’emplois en 2014

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 novembre 2013

 

ÉCONOMIE SOCIALE

40 000 suppressions d’emplois en 2014 :

ce plan social invisible qui frappe le secteur associatif

 

asso-citoyennes

par Nadia Djabali 18 novembre 2013

Les associations ont souffert sous la présidence Sarkozy.

Vont-elles expirer avec Hollande ?

30 000 à 40 000 emplois devraient être supprimés en 2014,

dans un secteur associatif qui en compte 1,8 million.

Les raisons de cette gigantesque vague de licenciements :

la baisse des budgets des collectivités locales,

qui n’ont plus les moyens de soutenir les associations. Et la politique de l’État qui oriente ses subventions

et ses appels d’offre vers les plus grosses structures, transformées en prestataires de services.

Une politique jugée « aveugle et suicidaire » par nombre de représentants du secteur. Enquête.

 

Le 1er janvier 2014, il n’y aura plus aucun éducateur dans les rues d’Orléans, de Montargis ou de Pithiviers pour aller à la rencontre des collégiens et des ados. Le département du Loiret a annoncé cet été qu’il ne financerait plus la prévention spécialisée, jugée inefficace par ses services. L’enveloppe départementale représente 80% du budget des deux associations en charge de cette prévention : 50 éducateurs, dont 40 équivalents temps plein viendront donc gonfler les effectifs de Pôle emploi.

En Seine-Maritime, même processus. Le nombre d’éducateurs de rue est divisé par deux suite à la décision du conseil général de réduire les subventions de 6,8 millions d’euros à 3,5 millions d’euros. Cette coupe budgétaire a un impact immédiat sur les associations de prévention, financées à 90% par le département : 74 emplois supprimés sur les 140 que compte le secteur. Une rallonge de 500 000 euros du conseil général servira à solder les licenciements.

La prévention spécialisée n’est pas la seule touchée. En Isère, le Planning familial est dans une situation très difficile depuis l’annonce par le conseil général d’une diminution des subventions de 98 000 euros. Plus de la moitié des centres sont concernés, avec à la clé la fermeture du centre d’Eybens, près de Grenoble.

Un plan social invisible

On ne compte plus les associations dont les comptes virent au rouge, plombés par les mesures d’austérité. Décidées au niveau national, ces coupes dégringolent en cascade jusqu’aux finances locales. Au bout de la chaîne, des associations mettent la clé sous la porte ou se séparent de leurs permanents. « Entre 2010 et 2012, le secteur associatif a perdu 11 000 emplois alors qu’il représente aujourd’hui un emploi sur dix du secteur privé », confirme Valérie Fourneyron, ministre des Sports, de la Jeunesse, de l’Éducation populaire et de la Vie associative.

Ce n’est que le début. L’année 2014 s’annonce très rude.

[Lire la suite sur Basta !]

Creative Commons License

Cet article vous a intéressé ? Basta ! a besoin de ses lecteurs pour poursuivre son travail, faites un don.

Publié dans Austerite, ECONOMIE, Emplois, France, licenciements, SOCIAL, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Samedi 7 décembre 2013 : Visite du Louvre – Lens, sortie organisée par « Femmes solidaires »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 novembre 2013

Reçu par courriel

Clic sur l’image pour agrandir

louvrelens

 

Publié dans Culture, Infos Feignies | Pas de Commentaire »

Près d’un enfant sur cinq (17 %) en situation d’intégration sociale précaire, dont 7 % en situation d’exclusion extrême

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 novembre 2013

 

Journée des droits de l’enfant

L’exclusion sociale touche un enfant sur cinq

 

Captureintegrationsoc.

C’est le constat accablant, rendu public à l’occasion

de la Journée des droits de l’enfant, d’une vaste étude

menée en France par l’Unicef auprès des jeunes

de six à dix-huit ans.

Si la jeunesse est bel et bien la priorité du chef de l’État,

celui-ci doit se dire en cette Journée internationale des droits

de l’enfant, qu’il lui reste beaucoup de pain sur la planche.

Rendue publique hier, une nouvelle étude sur les conditions

de vie des enfants dresse en effet un tableau des plus inquiétants.

 

Selon l’Unicef, qui a commandité cette vaste enquête de six mois, menée auprès de 22 500 jeunes de six

à dix-huit ans dans 70 villes, « près d’un enfant sur cinq (17 %) vit dans une situation d’intégration sociale

précaire, dont 7 % sont en situation d’exclusion extrême, déjà pris dans un dispositif de disqualification

sociale ».

À l’origine de ce constat, une consultation réalisée par l’institut TNS Sofres qui a posé plus de 130 questions

aux enfants sur leurs droits, leur accès à l’éducation, aux loisirs ou à la santé.

Parmi les résultats notables, on notera que 90 % se sentent « respectés dans leur vie quotidienne » et, à 95 %,

« en sécurité chez eux ». En revanche, dans le cadre scolaire, une part importante de ces jeunes (55 %) disent

« être harcelés ou ennuyés par d’autres » et seuls 68 % ont le sentiment de pouvoir parler de ces problèmes

à un adulte. Sans être forcément surprenants, d’autres éléments interrogent. Ainsi, 55 % des sondés confient

« voir des images sur Internet ou à la télévision qui les choquent », et presque autant (51 %) avouent « regarder

des émissions réservées aux adultes ». Enfin, 5 % affirment ne pas manger trois repas par jour et seuls 62 % disent

avoir accès à une infirmière scolaire.

 « Tout se passe, précise aussi le rapport, comme si les instruments de la socialisation, loin de corriger

les inégalités socio-économiques des enfants, ne faisaient en réalité que les renforcer. »

[Lire la suite sur humanite.fr]

Documents à télécharger :

Quelques chiffres en images… 

 

Publié dans Droits de l'Enfant, France, Pauvrete, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Les effets désastreux de l’austérité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 novembre 2013

 

AUSTÉRITÉ

Document l’Humanité :

la Commission européenne confesse son échec

 

austerite-ue

Dans un document inédit que l’Humanité dévoile ici,

un des économistes en chef de la Commission européenne mesure

les effets désastreux de l’austérité dans les pays de la zone euro.

À cause de ces seules politiques, la France aurait perdu 5 points

de croissance.

C’est la note dont la presse n’a pas parlé, ou presque. Son auteur n’est

pourtant pas le premier venu : Jan In’t Veld est un économiste connu et respecté.

« Il est le modélisateur en chef de la Commission européenne. Toutes les politiques

économiques mises en œuvre par la Commission sont établies sur la base

de ses travaux », rapporte à l’Humanité un de ses confrères.

Dans un document en anglais d’octobre 2013 à l’en-tête de la Commission de Bruxelles et portant

sur « les consolidations budgétaires et ses retombées dans le noyau et la périphérie de la zone euro » (à télécharger

ci-dessous), cet économiste a mesuré les effets sur les pays concernés des mesures d’austérité mises en place

de façon coordonnée dans la zone euro, de 2011 à 2013, avec la bénédiction des commissaires de Bruxelles.

Croissance, taux de chômage, investissement, consommation… : tout est passé au crible et « modélisé », pour isoler

l’effet de l’austérité des autres facteurs économiques. Et le résultat est édifiant.

1,6 points de croissance perdu de 2011 à 2013

Selon ses calculs, l’austérité budgétaire aurait fait perdre, en cumulé, 4,78 % de croissance du produit intérieur brut

(PIB) à la France de 2011 à 2013. Soit une moyenne de 1,6 point de croissance annuelle en moins. Elle n’est pas

la seule touchée : l’Allemagne aurait perdu 2,61 points de croissance, l’Italie, 4,86, l’Espagne, 5,39, et la Grèce,

jusqu’à 8,05 points.

L’effet de l’austérité sur le taux de chômage est aussi saisissant : 1,9 point de plus depuis 2011 lui est imputable

en France et en Espagne, 1,7 point en Allemagne, et jusqu’à 2,7 en Grèce.

Selon l’économiste, cela s’explique par « l’impact négatif des mesures propres à chaque pays » qui est aggravé

par les « effets d’entraînement négatifs des mesures d’assainissement d’autres pays ». En clair : quand l’ensemble

des pays de la zone euro appliquent en même temps les mêmes politiques restrictives, celles-ci interagissent entre

elles et les États en subissent mutuellement les conséquences.

[Lire la suite]

Document à télécharger : Fiscal consolidations and spillovers in the Euro area periphery and core

Lire également : Austérité : enfin, l’aveu !

Publié dans Austerite, CGT, Emplois, EUROPE, l'Humanité, POLITIQUE, Salaires, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Maternité des Lilas : « Monsieur le président, tenez votre promesse ! »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 novembre 2013

 

Maternité des Lilas :

« Monsieur le président, tenez votre promesse ! »

 

« Nous, maternité des Lilas, ne laisserons jamais notre institution devenir le Florange

des droits des femmes ».

Les défenseurs de la maternité des Lilas rappellent, ce mercredi dans une vidéo,

l’engagement de François Hollande alors en campagne présidentielle de ne pas fermer

la maternité, symbole des luttes historiques pour les droits des femmes.

 

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

 

[Lire l’article]

Lire également :

A voir :

 

Publié dans CGT, ECONOMIE, France, Luttes, SANTE, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Marche du 1er décembre : APPEL DES SYNDICALISTES

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 novembre 2013

 

Contre l’injustice fiscale et sociale

Appel des syndicalistes à la marche du 1er décembre

 

regression_social

Pour une révolution fiscale, la taxation du capital et l’annulation

de la hausse de la TVA. L’injustice fiscale et sociale qui frappe

notre pays est insupportable.

Cette politique continue à entraîner le pays dans la stagnation

économique, elle amène toujours plus de chômage

et de licenciements. Signer l’appel.

Après Sarkozy, elle aggrave l’injustice fiscale en augmentant les impôts

pour la grande majorité de la population tout en multipliant les cadeaux

au patronat et en continuant la destruction des services publics

et de la protection sociale.

La hausse de la TVA prévue le 1er janvier en est l’exemple le plus scandaleux puisque prévue pour pallier

une partie des 20 MDS d’Euros accordés au patronat sans aucune conditionnalité.

Décidément, François Hollande et son gouvernement font une politique bien éloignée des raisons

pour laquelle ils ont été élu-es :

Ils font le bonheur du Medef en validant en janvier 2013 l’Accord National Interprofessionnel (ANI)  qui généralise

la précarité salariale, fragilise le CDI, facilite les licenciements et les Plans sociaux, etc…

Ils refusent de prendre leurs responsabilités et d’agir radicalement face à l’hécatombe de fermetures d’entreprises,

de licenciements et de délocalisations vers des pays dits à « bas-couts ». En février 2013, le Président Hollande

avait annoncé qu’une « Loi sur la reprise des sites « rentables » serait inscrite au calendrier parlementaire

pour y être votée. Cette 35ème promesse de campagne ne figure toujours pas à l’ordre du jour de l’Assemblée

Nationale, et permet aux patrons voyous de licencier sans scrupules afin de rentabiliser les portefeuilles

des actionnaires.

Ils ont remisé la promesse de donner de nouveaux droits aux salariés, dont le droit de véto et d’intervention

dans la stratégie économique des entreprises, tout en refusant une Loi d’amnistie des syndicalistes et des acteurs

du mouvement social alors que plus de 12.000 syndicalistes sont aujourd’hui convoqué-es devant les tribunaux.

Ils ont reculé l’âge du départ à la retraite, ce qu’aucun gouvernement de gauche n’avait jamais osé faire.

Il est temps de réagir. C’est pourquoi nous, salarié-es, syndicalistes, nous nous joignons à l’appel à la grande

marche du dimanche 1er décembre à Paris pour une révolution fiscale, la taxation du capital et l’annulation

de la hausse de la TVA.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Signer l’appel

Nicolas Sansu : « Retrouvons une juste architecture fiscale »

« Le peuple de gauche doit reprendre la rue »

Le Front de gauche appelle à une marche le 1er décembre

 

Publié dans Austerite, CGT, ECONOMIE, France, Luttes, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

La CGT lance dans une grande campagne intitulée « Répartir autrement, c’est capital ! »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 novembre 2013

 

TRAVAIL

Offensive CGT contre le coût du capital

 

Capturecgtcoûtravail

Lundi, l’organisation syndicale a lancé une grande campagne nationale

sur le coût du capital, dictée par la nécessité d’une revalorisation

du travail pour sortir de la crise. 

Combattre le discours sur le coût du travail dont les médias dominants se font

courroie de transmission, c’est l’objectif de la CGT qui a lancé, hier, une grande

campagne nationale sur le coût du capital.

 

 

« Depuis un an, nous en sommes à 1 000 plans sociaux, sans compter les annonces de restructurations,

de dépôts de bilan ou de mises en redressement judiciaire. Et certains experts chiffrent à au moins 150 000

le nombre d’emplois menacés dans les mois qui viennent », a déclaré en préambule Thierry Lepaon, devant la presse.

« Le problème des entreprises, ce n’est pas le coût du travail, mais la sous-valorisation du travail,

de sa reconnaissance et de sa rémunération », a poursuivi le secrétaire général de la CGT. Campagne d’affichage,

diffusion de documents explicatifs, réunions en région, la CGT a mis les moyens au service de la cause :

remettre au centre de la démocratie sociale l’enjeu du coût du capital et son impact sur le travail, pour « être aux côtés

des salariés de façon concrète », insiste Thierry Lepaon.

Au cœur de l’offensive revendicative de la CGT, plusieurs points primordiaux seront illustrés, chacun par une affiche

placardée dans les lieux publics et les entreprises : les salaires, le travail, l’emploi, les services publics et la protection

sociale. À chaque fois un slogan, « Mon travail, ça c’est capital », « Pour la solidarité, la protection sociale, c’est capital »,

« Investir dans l’emploi, c’est capital », ou encore, « Mon salaire pour vivre, c’est capital ».

L’ambition est de marquer les esprits, de rendre visible la bataille pour la revalorisation du travail

quand 79 % des Français déclarent avoir du mal à boucler leurs fins de mois et 70 % estiment que les conditions

pour bien faire leur travail ne sont pas réunies.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Documents à télécharger :

Le site de la CGT

 

Publié dans CGT, ECONOMIE, France, Salaires, SOCIAL | Pas de Commentaire »

12345...9
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy