• Accueil
  • > HISTOIRE
  • > « Contre l’impôt sur le revenu, au fil d’un siècle, la bourgeoisie a usé de toutes les armes… »

« Contre l’impôt sur le revenu, au fil d’un siècle, la bourgeoisie a usé de toutes les armes… »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 novembre 2013

 

L’impôt sur le revenu, un mode exagéré d’expropriation


impôtPar Antoine Dumini, Nicolas Hirth, 5/11/2013

Contre l’impôt sur le revenu, au fil d’un siècle, la bourgeoisie a usé

de toutes les armes : les fusils si nécessaire, la dictature pourquoi pas,

le Sénat qui traîne des pantoufles, les campagnes de presse calomnieuses…

Au nom de « la morale » et de « l’honneur », bien sûr.

Le 16 mars 1914, Henriette Caillaux, la femme du ministre des Finances,

se fait conduire au Figaro. Elle demande à voir le rédacteur en chef,

Gaston Calmette. Reçue en tête-à-tête, elle vide le chargeur de son revolver

et l’éditorialiste meurt dans la soirée.

C’est le premier mort, pourrait-on dire, de la Grande Guerre.

C’est surtout le dernier mort d’une bataille séculaire, d’une féroce opposition des possédants à l’impôt sur le revenu.

Inventer dans l’urgence

« Le meilleur moyen de répartition de l’impôt consisterait à obliger chaque particulier à faire une déclaration exacte de tout ce qu’il possède, faire une masse de tout et répartir la masse des impositions proportionnellement. »
C’est à Saulchery, dans l’Aisne, près de Château-Thierry, qu’on trouve, en 1788, cette proposition de réforme fiscale assez radicale. Et la date ne doit rien au hasard : certes, sous l’Ancien Régime, cette idée était parfois émise, ici ou là. Mais c’est avec la Révolution française qu’elle allait germer pour de bon.
Dès l’été 1789 d’ailleurs, la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen énonce, dans son article 13 :

« Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable ; elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés. »

Ça restait flou, un joli principe. Bientôt, en lutte contre toute l’Europe, avec des soldats à nourrir, vêtir, armer, la France va réclamer des décisions plus vigoureuses.
Le 20 mai 1793, la Convention vote, par décret, un emprunt forcé d’un milliard sur les riches.

[Lire la suite sur Fakir]

CaptureFakir1Le journal Fakir est un journal papier, en vente dans tous les bons kiosques

près de chez vous. Il ne peut réaliser des reportages que parce qu’il est acheté

ou parce qu’on y est abonné !

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy