• Accueil
  • > Hommages
  • > Discours de Pierre Laurent au Monument de la Paix (Avion)

Discours de Pierre Laurent au Monument de la Paix (Avion)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 novembre 2013

 

Discours de Pierre Laurent au Monument de la Paix 

Avion, le 9 novembre 2013

 

Discours de Pierre Laurent au Monument de la Paix (Avion) dans Hommages p.laurent

Cher-e-s ami-e-s,

Cher-e-s camarades,

C’est avec émotion que je prends la parole devant vous, devant ce monument

aux morts érigé en 1927, ce monument aux morts pacifiste, sur lequel est

inscrite la fameuse sentence biblique :

« Tu ne tueras point » ; inscription que les autorités de l’époque

voulurent interdire.

Après avoir visité la nécropole de Notre-Dame-de-Lorette, le Flambeau

de la paix de Neuville-Saint-Vaast, le Centre européen de la paix à Souchez,

je ne peux qu’être traversé par l’émotion et réfléchir, avec vous, à cette guerre,

à ses conséquences, aux choix qui ont été faits par les uns et par les autres en 1914.

Et je ne peux que réfléchir au monde d’aujourd’hui, un monde tellement différent et pourtant hanté par le spectre

de la guerre.

Le Parti communiste français s’engage avec cette première journée d’initiatives dans le Pas-de-Calais

dans une année de commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale où nous entendons bien faire

entendre la voix de la paix.

Oui, la guerre nous n’en avons pas voulu hier, et notre parti est né de ce refus.

Oui, la guerre nous n’en voulons pas, ni aujourd’hui, ni demain.

Henri Barbusse, dans Le feu dont le récit se déroule en partie sur la fameuse cote 119 que nous avons entrevue

ce matin, écrit :

« Ce serait un crime de montrer les beaux côtés de la guerre, même s’il y en avait ! »

Oui, la Première Guerre mondiale fut une extraordinaire boucherie : 10 millions de morts,

20 millions de blessés.

Regardez la longue liste sur ce monument, elle n’en finit pas. La jeunesse de ce pays fut fauchée, des familles

entières décimées. La France mit des décennies à s’en remettre. Sur ce monument, plus de 400 noms de militaires

et de civils sont inscrits pour une population de plus de 10 000 habitants en 1914.

Des morts, des veuves, des orphelins, des invalides, des malades, des « gueules cassées ». Que de souffrances

dans les corps, dans la chair et dans les esprits.

En lisant cette liste, nous pensons à toutes les victimes militaires de la Première Guerre mondiale,

quelle que soit leur nationalité : 1 400 000 Français, 2 millions d’Allemands, 1 800 000 Russes,

1 100 000 Austro-Hongrois, 650 000 Italiens… Je pourrais continuer longtemps.

Et comment ne pas penser aux troupes coloniales embarquées comme chair à canon, et auxquelles

on a mis si longtemps à rendre hommage, entraînées dans un conflit qui ne les concernait pas :

près de 100 000 morts pour les seules colonies françaises.

Tous furent victimes d’une guerre injuste et inhumaine.

Alors qu’on ne compte pas sur nous pour tomber aujourd’hui dans une sorte de nouvelle Union sacrée

qui commémorerait cette guerre comme s’il s’agissait de notre guerre, d’une guerre qui aurait prétendument

rassemblé le peuple français.

[Lire la suite sur PCF Arras]

paix-300x168 Avion dans Pierre Laurent

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy