Manifestations bretonnes

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 novembre 2013

 

Manifestations bretonnes dans ECONOMIE capturecarhaix-300x181capture d’écran

Carhaix : 3 000 manifestants battent le pavé

PDF - 228.3 ko
Le télégramme

 

 

 

 

Lu sur PCF Maubeuge

Manifestations bretonnes, point de vue de Marie-Andrée…

 

De Jack BOUGOUIN, Secrétaire général de l’Ufros CGT

Cher(e)s camarades,

Ci-dessous le point de vue de Marie Andrée BERNARD -membre du secrétariat de l’Ufros- sur les manifestations bretonnes, notamment celle de Carhaix dont les médias ont peu ou pas du tout parlé !!!
En effet les médias « portes voix » zèlés des thèses libérales ont pratiqué leurs amalgames habituels pour détourner l’attention des citoyens sur les véritables problèmes de la Bretagne…Problèmes  qui ne doivent rien à l’Ecotaxe  » Borloo », mais tout au dumping social qui a entrainé la perte de milliers d’emplois !!!
________________________________

Quelle était belle dans sa dignité notre manifestation, ce 2 novembre, à CARHAIX, emmenée par la CGT, drapeaux au vent, à laquelle s’étaient joints la FSU et Solidaires, le PCF, Le Front de Gauche, Les Alternatifs, EELV et d’autres encore… 3.000 manifestants ont défilé dans les rues de CARHAIX pour la sauvegarde et le maintien de l’emploi en Bretagne, en particulier dans le Finistère où les salariés de nombreuses entreprises de l’agroalimentaire subissent  de plein fouet les politiques néo-libérales de la crise actuelle, démontrant que le « modèle agricole breton » est aujourd’hui une faillite économique, sociale et environnementale.

Pendant ce temps à QUIMPER, soutenus par le MEDEF, la FDSEA, la droite, salués par le Front National, avec la complicité de FO, ceux-là même qui licencient et ferment des entreprises, les patrons, la grande distribution…, ceux-là même qui n’ont pour objectif que de diminuer leurs coûts et de se dédouaner de toutes leurs responsabilités, exploitant la colère et le désespoir d’une grande partie de la population (engendrés par les suppressions massives d’emplois) à des fins politiciennes, mettent en cause l’intégrité et l’indépendance des salariés dans un combat qui n’est pas le leur.

Nombre d’entre eux se sont laissés enfumer par un amalgame scandaleux, activé également par les médias.

Comme l’a écrit Henri KRASUCKI « Rien ne fait plus mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès en rassemblant l’ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse : renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasement. ».

VIVE LA CGT!
Marie-Andrée

voir également  : Esprit de l’éco-taxe, es-tu là ?

***************************************

Pour Michel Bourdon, délégué CGT à La Janais (Ille-et-Vilaine), touchée par la crise de l’industrie automobile, « le mouvement des bonnets rouges se sert de la misère actuelle dans l’agroalimentaire, mais ce sont des patrons qui mènent la bataille. S’ils se battaient pour l’emploi en Bretagne, on n’y verrait pas les mêmes têtes ». Et Noël Alix, secrétaire CGT à La Janais, ajoute : « On se sert de certains symboles pour agiter des bannières qui ne sont pas dans l’intérêt de tous. A l’origine, la révolte des bonnets rouges, c’était une révolte du peuple qui crevait de faim, pas de petits patrons qui s’énervent d’avoir des impôts à payer. Ils ne font que profiter du climat de ras-le-bol. » (Source)

***************************************

Karl Marx et les bretons !

« La loi qui maintient constamment l’équilibre entre la surpopulation relative, ou l’armée industrielle de réserve, et l’ampleur et l’énergie de l’accumulation, rive beaucoup plus fermement le travailleur au capital que les coins d’Héphaistos ne clouèrent jamais Prométhée à son rocher. Elle implique une accumulation de misère proportionnelle à l’accumulation du capital. L’accumulation de richesse à un pôle signifie donc en même tempsà l’autre pôle une accumulation de misère, de torture à la tâche, d’esclavage, d’ignorance, de brutalité et de dégradation morale pour la classe dont le produit propre est, d’emblée, capital. […]

Le capital est semblable au vampire, ne s’anime qu’en suçant le travail vivant et sa vie est d’autant plus allègre qu’il en pompe davantage. »

Karl Marx, Le Capital, Livre 1 (1867)

Source :  PCF Villeneuve-le-Roi

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy