• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 4 novembre 2013

Manifestations bretonnes

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 novembre 2013

 

Manifestations bretonnes dans ECONOMIE capturecarhaix-300x181capture d’écran

Carhaix : 3 000 manifestants battent le pavé

PDF - 228.3 ko
Le télégramme

 

 

 

 

Lu sur PCF Maubeuge

Manifestations bretonnes, point de vue de Marie-Andrée…

 

De Jack BOUGOUIN, Secrétaire général de l’Ufros CGT

Cher(e)s camarades,

Ci-dessous le point de vue de Marie Andrée BERNARD -membre du secrétariat de l’Ufros- sur les manifestations bretonnes, notamment celle de Carhaix dont les médias ont peu ou pas du tout parlé !!!
En effet les médias « portes voix » zèlés des thèses libérales ont pratiqué leurs amalgames habituels pour détourner l’attention des citoyens sur les véritables problèmes de la Bretagne…Problèmes  qui ne doivent rien à l’Ecotaxe  » Borloo », mais tout au dumping social qui a entrainé la perte de milliers d’emplois !!!
________________________________

Quelle était belle dans sa dignité notre manifestation, ce 2 novembre, à CARHAIX, emmenée par la CGT, drapeaux au vent, à laquelle s’étaient joints la FSU et Solidaires, le PCF, Le Front de Gauche, Les Alternatifs, EELV et d’autres encore… 3.000 manifestants ont défilé dans les rues de CARHAIX pour la sauvegarde et le maintien de l’emploi en Bretagne, en particulier dans le Finistère où les salariés de nombreuses entreprises de l’agroalimentaire subissent  de plein fouet les politiques néo-libérales de la crise actuelle, démontrant que le « modèle agricole breton » est aujourd’hui une faillite économique, sociale et environnementale.

Pendant ce temps à QUIMPER, soutenus par le MEDEF, la FDSEA, la droite, salués par le Front National, avec la complicité de FO, ceux-là même qui licencient et ferment des entreprises, les patrons, la grande distribution…, ceux-là même qui n’ont pour objectif que de diminuer leurs coûts et de se dédouaner de toutes leurs responsabilités, exploitant la colère et le désespoir d’une grande partie de la population (engendrés par les suppressions massives d’emplois) à des fins politiciennes, mettent en cause l’intégrité et l’indépendance des salariés dans un combat qui n’est pas le leur.

Nombre d’entre eux se sont laissés enfumer par un amalgame scandaleux, activé également par les médias.

Comme l’a écrit Henri KRASUCKI « Rien ne fait plus mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès en rassemblant l’ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse : renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasement. ».

VIVE LA CGT!
Marie-Andrée

voir également  : Esprit de l’éco-taxe, es-tu là ?

***************************************

Pour Michel Bourdon, délégué CGT à La Janais (Ille-et-Vilaine), touchée par la crise de l’industrie automobile, « le mouvement des bonnets rouges se sert de la misère actuelle dans l’agroalimentaire, mais ce sont des patrons qui mènent la bataille. S’ils se battaient pour l’emploi en Bretagne, on n’y verrait pas les mêmes têtes ». Et Noël Alix, secrétaire CGT à La Janais, ajoute : « On se sert de certains symboles pour agiter des bannières qui ne sont pas dans l’intérêt de tous. A l’origine, la révolte des bonnets rouges, c’était une révolte du peuple qui crevait de faim, pas de petits patrons qui s’énervent d’avoir des impôts à payer. Ils ne font que profiter du climat de ras-le-bol. » (Source)

***************************************

Karl Marx et les bretons !

« La loi qui maintient constamment l’équilibre entre la surpopulation relative, ou l’armée industrielle de réserve, et l’ampleur et l’énergie de l’accumulation, rive beaucoup plus fermement le travailleur au capital que les coins d’Héphaistos ne clouèrent jamais Prométhée à son rocher. Elle implique une accumulation de misère proportionnelle à l’accumulation du capital. L’accumulation de richesse à un pôle signifie donc en même tempsà l’autre pôle une accumulation de misère, de torture à la tâche, d’esclavage, d’ignorance, de brutalité et de dégradation morale pour la classe dont le produit propre est, d’emblée, capital. […]

Le capital est semblable au vampire, ne s’anime qu’en suçant le travail vivant et sa vie est d’autant plus allègre qu’il en pompe davantage. »

Karl Marx, Le Capital, Livre 1 (1867)

Source :  PCF Villeneuve-le-Roi

 

Publié dans ECONOMIE, Emplois, Extreme-droite, France, licenciements, Luttes, Manipulation, POLITIQUE, SOCIAL, SOCIETE, Syndicats | Pas de Commentaire »

Les mensonges du Point sur « la France des assistés »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 novembre 2013

 

Les mensonges du Point sur « la France des assistés »

 

Les mensonges du Point sur « la France des assistés » dans Politis assistanat-300x213Par Ingrid Merckx25 octobre 2013

 

Dans son dossier fustigeant la « fabrique des assistés »,

Le Point s’appuie sur des données en partie fausses,

rarement sourcées et compilées au profit d’une thèse

ultralibérale. Analyse avec ATD Quart Monde.

 

 

 

La France, pays d’assistés ? C’est l’un des préjugés les plus répandus, dénonce ATD Quart Monde.

« Chaque campagne électorale on y a droit, chaque mois de novembre paraît un sondage concluant

que 8 Français sur 10 pensent que la France est un pays d’assistés… », déplore Jean-Christophe Sarrot,

rédacteur en chef de Feuille de route, le mensuel du mouvement. « Une rengaine libérale fétide  », tranche

l’économiste Christophe Rameaux. Un propos « démagogique, destiné à flatter une partie de l’électorat

sur des conceptions populistes », analysait le sociologue Serge Paugam dans Politis en mai 2011,

en réaction aux déclarations de Laurent Wauquiez, alors ministre des affaires européennes, selon lequel

« dérives de l’assistanat [seraient] le cancer de la société française ».

Pour couper court aux rumeurs infondées, ATD Quart monde vient de publier l’ ouvrage « En finir avec les idées

fausses sur les pauvres et la pauvreté », qui reprend et contredit pas loin de 80 idées fausses sur ce thème

des « assistés fraudeurs et profiteurs ». L’hebdomadaire Le Point y avait fait écho sur son site.

Mais cette semaine, prenant à contrepied ce qu’il défendait la semaine dernière, Le Point fait sa Une du 24 octobre

sur le thème : « Les Assistés, comment la France les fabrique ? » Avec une réponse en trois points :

« Peut-on vivre sans travailler ? Ces riches qui en profitent. Le grand délire des allocations. »

À l’intérieur du magazine, une dizaine de pages dont une enquête de Béatrice Parrino, rédactrice en chef adjointe,

intitulée « Hors de contrôle et surdimensionnée, notre État providence décourage le travail ». Soit 8 colonnes

où les éléments d’enquêtes sont peu ou mal sourcés et les exemples utilisés dans le sens qui vient justifier la Une.

Lire la suite sur Politis

Vu sur :  PCF-Grésivaudan

 

Publié dans Politis, Presse - Medias, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Didier porte : « Le billet du Jour » du 31/10/2013

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 novembre 2013

 

 Didier Porte présente « Le billet du jour » du 31/10/2013

http://www.dailymotion.com/video/x16n7b3

sur dailymotion

Par

Publié dans Humour, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Pierre Lemaitre prix Goncourt 2013 pour « Au revoir là-haut »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 novembre 2013

 

Le prix Goncourt décerné à Pierre Lemaitre pour « Au revoir là-haut »

 

Pierre Lemaitre prix Goncourt 2013 pour

 

 

Pierre Lemaitre a été sacré lundi par le prix Goncourt au terme

d’un vote très serré pour Au revoir là-haut (Albin Michel),

roman sur une génération perdue, les démobilisés

de la Première Guerre mondiale dont on commémorera

l’an prochain le 100e anniversaire.

 

 

 

 

http://www.dailymotion.com/video/x133owp

sur dailymotion

 

L’auteur, qui était l’un des favoris, a été choisi par le jury par six voix contre quatre à Frédéric Verger pour son premier roman, Arden (Gallimard), roman dont l’Humanité avait publié les bonnes feuilles, cet été. « Je suis le plus heureux des hommes. C’est un moment unique dans la carrière d’un écrivain. C’est comme une naissance, un mariage heureux », a dit à  le lauréat, auteur de romans noirs (Alex, Travail soigné) qui faisait là sa première incursion hors du roman policier. « Ce que l’Académie Goncourt a bien voulu couronner, c’est un savoir-faire qui vient du polar, du roman populaire, et c’est une bonne nouvelle pour la littérature populaire », a-t-il ajouté, confiant avoir pleuré à l’annonce de sa victoire.

Au revoir là-haut, roman picaresque sur une génération perdue, à la fois roman de l’exclusion, roman d’aventure et tragédie familiale, sociale et politique, est l’un des plus saisissants de la rentrée littéraire et le préféré des libraires et des critiques. Il a déjà été tiré à 100.000 exemplaires. Les éditions Albin Michel n’avaient pas décroché le Goncourt depuis dix ans.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Lire aussi :

 

« On croit mourir pour la patrie, on meurt pour des industriels » (Anatole France – juillet 1922). C’est le thème central du roman de Pierre Lemaitre.

>> Découvrir ici un extrait

Publié dans Culture, Litterature | Pas de Commentaire »

L’édito de l’Humanité : « Une opération camouflage »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 novembre 2013

 

Une opération camouflage, l’éditorial de Jean-Paul Piérot

 

L'édito de l'Humanité :

Délocalisations de productions, fermetures d’entreprises,

dumping social, productivisme ruineux… tout ce cocktail

explosif charrie un ras-le-bol social qui n’était pas absent,

loin s’en faut, de la manifestation de Quimper.

Des salariés y étaient venus, animés par une volonté

de défendre un emploi qui leur échappe, de continuer

à vivre et travailler au pays où ils se sont endettés

pour bâtir la maison familiale.

Et pourtant, pour nombre de ces manifestants, comment ne pas avoir

ressenti une impression de confusion mêlée de malaise

quand sourd l’étrange suspicion d’être manœuvrés à la vue, dans le cortège, de patrons peu connus

jusqu’à présent pour leur proximité avec le mouvement social ou leurs sympathies pour les revendications

ouvrières, arborer quasiment la posture de délégués syndicaux. Comment ne pas s’étrangler de rage

ou éclater de rire devant le spectacle carnavalesque du député UMP Le Fur coiffé d’un bonnet rouge

fustigeant une écotaxe pour laquelle il avait voté en son temps, sous le règne de Nicolas Sarkozy ?

C’est peu dire que la démonstration qui 
s’est déroulée dans le chef-lieu du Finistère était

hétéroclite. À la vérité, sur fond de désespérance et de colère sociale aveuglante, les forces qui portent

des responsabilités éminentes dans les difficultés qui assaillent des milliers de familles de salariés ont réussi,

au moins l’espace d’un week-end, à se livrer à une opération de camouflage et à réduire la portée

du ras-le-bol social à celle du « ras-le-bol fiscal ». En d’autres termes, à tenter d’entraîner des salariés

et des chômeurs, des familles qui galèrent dans les marges de la pauvreté, dans leur combat égoïste

pour les allégements fiscaux. On serait tenté de dire aux leaders du Medef, de la FNSEA et à la droite

bretonne : chapeau, les artistes !

La manœuvre peut sembler grossière, car il n’est pas besoin d’être grand clerc pour constater

que la taxe poids lourds n’a pas grand-chose à voir 
avec les problèmes d’emplois chez Alcatel, PSA ou Carl 
Zeiss,

ni pour remarquer que ceux-là mêmes qui portent le bonnet rouge des allégements fiscaux sont à l’origine

de la crise du système productiviste dans le secteur agroalimentaire qui a appauvri les petits producteurs

et jette à la rue les salariés sous les coups de la concurrence. De nombreux salariés, syndicalistes,

qui témoignent dans ces pages ne sont pas dupes et dénoncent les dangers d’une alliance contre nature

entre le loup et l’agneau. C’est ce qu’a exprimé le rassemblement 
de Carhaix, organisé à l’appel de la majorité

des syndicats et de la gauche.

Le ciment qui a pu agréger une partie des salariés et des familles populaires à la croisade anti-impôts

des plus riches n’est autre que la déception massive d’électeurs qui avaient voté pour François Hollande en mai 2012

dans l’espoir d’un changement qui n’est venu ni maintenant ni après. Selon le sondage Ifop publié dimanche,

ce n’est pas d’abord une nouvelle gouvernance ni une équipe gouvernementale remaniée que réclame l’opinion,

mais un changement de politique. Une partie des forces de gauche en est depuis longtemps convaincue,

au Front de gauche bien sûr, mais aussi 
au sein des écologistes et dans la gauche du PS. François Hollande,

particulièrement visé lors de la manifestation de Quimper, serait bien inspiré de porter son écoute à bâbord,

s’il veut éviter de nouvelles rafales et pas seulement en Bretagne.

Publié dans France, l'Humanité, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy