• Accueil
  • > Environnement
  • > « Les pollutions engendrées par l’industrie minière représentent un danger pour les décennies à venir »

« Les pollutions engendrées par l’industrie minière représentent un danger pour les décennies à venir »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 septembre 2013

 

EXTRACTIVISME

« Les pollutions engendrées par l’industrie minière

représentent un danger pour les décennies à venir »

 

 « Les pollutions engendrées par l’industrie minière représentent un danger pour les décennies à venir » dans Environnement mines-300x200par Simon Gouin

Des prix records, une demande croissante, un besoin

de sécurisation des approvisionnements :

une nouvelle ruée vers les minerais est à l’œuvre,

partout dans le monde.

 

 

Face aux multiples impacts de cette industrie, les résistances se multiplient, en Amérique

Latine comme en Afrique ou même en Europe. Réussiront-elles à protéger les eco-systèmes

menacés ? Entretien avec William Sacher, chercheur basé à Quito, qui travaille depuis 8 ans

sur l’exploitation minière industrielle. Un entretien accompagné de photos de cours d’eau

pollués par l’acide utilisé dans les mines.

Basta ! : Un permis d’exploration a été accordé à une société australienne, dans la Sarthe,

en juin dernier (lire l’article de Basta !). Comment expliquez-vous ce regain d’intérêts

pour les ressources minières, en France ?

William Sacher [1] : Nous assistons aujourd’hui à une nouvelle ruée vers les « ressources » du sous-sol

en Europe. Mais il faut comprendre que la notion de « gisement » est dynamique, et possède certes

une dimension géologique, mais aussi technologique, économique, politique, sociale et culturelle tout aussi

importantes. Des innovations dans les techniques d’extraction et une flambée de prix amènent à qualifier

aujourd’hui de « gisement » ce qu’hier on considérait encore comme de la terre « stérile ». La qualité

des gisements exploitable de façon rentable est d’ailleurs en baisse constante depuis le début de l’ère

industrielle. Les grandes sociétés aurifères, par exemple, vont même jusqu’à exploiter des gisements

dans lesquels l’or se trouve dans une concentration d’un gramme d’or par tonne de roches traitées.

C’est une des raisons pour lesquelles certains minéraux du sous-sol sarthois, bien que présents à l’état

de poussières dans la roche, sont aujourd’hui considérés comme intéressants par l’industrie minière.

Vous expliquez qu’il y a aussi des dimensions culturelle et géopolitique qui entrent en jeu.

Oui. Tout d’abord, même si on estimait que le sous-sol du 5ème arrondissement de Paris était riche,

un permis ne serait sûrement pas accordé ! La Sarthe n’est pas trop densément peuplée et ne présente

pas d’obstacle majeur : du point de vue du gouvernement, sa population ne dispose a priori pas

d’une influence politique et sociale qui serait à même de mettre en péril un projet minier !

[Lire la suite sur Basta !]

Notes

[1] William Sacher est titulaire d’un PhD en sciences de l’atmosphère et des océans de l’université de McGill de Montréal,

et co-auteur de Noir Canada (Écosociété, 2008) et de Paradis Sous Terre (Rue de L’échiquier, 2012). Il est aussi candidat

au doctorat en Économie du développement à la Faculté Latinoaméricaine des sciences sociales (FLACSO), Quito, Équateur.

En savoir plus : 

Le Canada, plaque tournante de l’industrie minière… et de ses magouilles.

L’or du Pérou attire de nouveaux conquistadors

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy