• Accueil
  • > Exploitation
  • > Royaume-Uni : Retour au temps de Dickens avec le contrat à « zéro heure »

Royaume-Uni : Retour au temps de Dickens avec le contrat à « zéro heure »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 août 2013

 

Des salariés du Royaume-Uni sont toujours à l’époque de Dickens

 

MENOU 69

 

Français un contrat de travail à « zéro heure » à la mode britannique cela vous tente ?

 

Royaume-Uni : Retour au temps de Dickens avec le contrat à Tout d’abord c’est quoi un contrat de travail à « zéro heure » ?

Un contrat de travail à « zéro heure » est une particularité

du Royaume-Uni, il n’oblige pas l’employeur à fixer un temps de travail

minimal et un salaire minimum. Il stipule par ailleurs quelque fois

que l’on n’a pas le droit de travailler pour un autre employeur,

histoire d’être toujours disponible. En contre-partie on n’est pas tenu d’accepter les heures de travail

qu’on nous propose. Mais il semble que le droit de refus du travail accordé au salarié, soit très relatif.

Il vaut mieux se rendre disponible, car sinon comme par malchance, les offres deviennent brutalement

rares.

Les horaires vacillent suivant les semaines et le salaire fluctue considérablement. En conséquence, il est

difficile pour le bénéficiaire de ce contrat de se fixer un budget, de rembourser des crédits ou bien d’établir

un programme pour d’autres obligations de la vie. Car il est averti du travail qui lui est proposé que quelques

heures avant sa prise de service

Ce qui fait dire à Larry Elliot, un éditorialiste du Guardian, que ce type de contrat de travail fleure bon

le XIXème siècle : « De la pure exploitation, le genre de conditions de travail qui ont donné naissance

aux syndicats (…). C’est comme si la Grande-Bretagne avait remonté le temps, retournant à un âge

où l’employeur avait le fouet en main et où les droits dont jouissaient les travailleurs sous le système féodal

avaient été supprimés. »

Depuis quand ce contrat de travail existe au Royaume-Uni ?

Les contrats de travail « zéro heure » existent depuis longtemps en Grande-Bretagne. Leur mouture actuelle

découle des lois sur l’emploi et les salaires de 1996 et 1998.

L’idée originelle de ces contrats était de permettre à des entreprises qui ont parfois des pics d’activité

ou une demande ponctuelle d’y répondre sans avoir à embaucher des salariés permanents. D’ailleurs, l’exemple

fourni sur le site officiel du gouvernement britannique est éclairant : il s’agit du recours à des traducteurs-interprètes.

Quels employeurs utilisent ce type de contrat de travail ?

macdo dans Grande Bretagne

Aujourd’hui, ces contrats sont utilisés par de nombreuses grandes

entreprises, généralement des commerces, pour avoir sous la main

une main-d’œuvre disponible et docile. Comme notamment les chaînes

de magasins de sport : Sports Direct, les cinémas : Cineworld,

les pharmacies : Boots, la restauration rapide : McDonald’s,

Burger King ou Subway.

Ils sont parmi les plus gros employeurs de contrats « zéro heure ».

[Lire la suite sur Le Grand Soir]

Sur le même sujet :

Le contrat zéro-heure, la flexibilité made in Grande-Bretagne

Royaume-Uni, le « contrat zéro heure » ne fait pas le bonheur de tous

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy