• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 10 mai 2013

« Lame de fond sociale au Chili »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 mai 2013

 

Lame de fond sociale au Chili

Paul Walder

Traduit par Pascale Cognet

Édité par Fausto Guidice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي 

 

 

gal_6780 Amérique Latine | Mouvement étudiant | Mouvements sociaux | Luttes de travailleurs | Assemblée Constituante | Gauche chilienne dans Chili

La première marche de cette année, appelée

par l’ensemble des organisations étudiantes,

a atteint tous ses objectifs.

La mobilisation du 11 avril non seulement a

permis de démontrer  que le mouvement étudiant

chilien s’est consolidé sans fractures après plusieurs

années de lutte, mais aussi qu’il s’est imposé

comme référent sur lequel commencent

à s’aligner d’autres organisations sociales :

la manifestation massive du jeudi 11 

a eu comme antécédents immédiats un débrayage national des travailleurs du cuivre des secteurs public

et privé, des actions de protestations en guise d’avertissement de la part des quinze mille puéricultrices

et jardinières d’enfants d’Integra [Fondation privée gérant des crèches et jardins d’enfants, NdT] et l’arrêt

de travail des travailleurs portuaires, réussissant  à paralyser pendant plusieurs jours le trafic maritime

de marchandises et à mettre sur les dents le gouvernement et les entrepreneurs exportateurs qui chiffraient

 déjà  les pertes possibles en millions de dollars.

La  manifestation importante  des étudiants, qui a atteint les chiffres de 2011, ainsi que les mouvements

de protestations des travailleurs, sont des actions qui  se déroulent pendant une année d’élections

et que l’on présente comme le début d’une stratégie d’activisme social qui aura tendance à se renforcer

au cours des prochains mois. A la différence des grèves sporadiques et sectorielles antérieures ou aussi 

contrairement aux premières protestations étudiantes des débuts de cette décennie, les manifestations

actuelles, au départ sectorielles et corporatistes, tendent à déboucher sur le politique. Les différents

mouvements sociaux et syndicaux se retrouvent aujourd’hui sur un plan politique dont ils partagent chaque

fois davantage  les axes. Le renouvellement du discours politique est impulsé depuis la base.

[Lire la suite sur TLAXCALA]

Copyleft

Publié dans Amerique latine, Chili, Luttes, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Accord commercial entre Canada et UE : menace les interdictions de la fracturation hydraulique

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 mai 2013

 

mercredi 8 mai 2013

L’accord commercial entre le Canada et l’UE menace les interdictions de la fracturation hydraulique

 

Accord commercial entre Canada et UE : menace les interdictions de la fracturation hydraulique dans Canada canada-bdace

Alors que les états membres de l’Union Européenne (UE) analysent les conséquences

environnementales du développement du gaz de schiste par la fracturation hydraulique,

des négociations sont en cours pour un Accord Économique et Commercial Global (AECG)

entre le Canada et l’Union Européenne.

Controversé, ce dernier permettrait aux investisseurs de contester la décision

des gouvernements de réguler ou d’interdire la fracturation.

Ce document met en relief le débat public entourant la fracturation ; les intérêts

des compagnies pétrolières et gazières dans les réserves de gaz de schiste

en Europe et les conséquences que la clause regardant la protection

des investissements inclue dans l’AECG pourrait avoir sur le pouvoir des gouvernements de réglementer

ou d’interdire la fracturation.

Télécharger le rapport au format pdf (718 ko)

[Lire la suite sur stopaugazdeschiste07.org]

 

Publié dans Canada, Democratie, ECONOMIE, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Dans L’Humanité Dimanche de cette semaine : Loi sur l’amnistie sociale, paroles de militants

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 mai 2013

 

Dans L'Humanité Dimanche de cette semaine : Loi sur l'amnistie sociale, paroles de militants dans Humanite Dimanche hd1005

Alors que le 16 mai prochain, la CGT doit manifester

devant l’Assemblée pour que la gauche adopte la loi

d’amnistie sociale, l’Humanité dimanche dresse

le portrait de quatre militants.

Leur crime ? Ils ont défendu avec énergie emploi,

salaire, droit à la retraite.

Le témoignage d’Agathe Martin, militante CGT

à PSA Aulnay :

Agathe Martin travaille à PSA Aulnay, depuis dix-sept ans,

comme magasinier cariste. Elle est aussi militante CGT,

déléguée au CHSCT et bien sûr engagée dans la grève

entamée depuis le 16 janvier contre la fermeture de l’usine

(2 500 CDI), programmée par la direction du groupe

pour 2014.

 

Les premières semaines, les tensions sont extrêmement fortes. La direction embauche plus d’une centaine

de vigiles, fait venir des cadres d’autres sites, affublés de gilets jaunes, qui se déplacent en essaim

pour épier faits et gestes des grévistes. Elle fait aussi appel à des huissiers pour noter le tout minutieusement.

En complète illégalité, alors que le nombre de grévistes atteint les 600, elle décide même, le 18 janvier, le lock-out

de l’usine pendant une semaine, prétextant des problèmes techniques.

« Le 4 février, j’ai été convoquée à la sûreté territoriale de Bobigny, raconte Agathe. On m’a demandé

ce que j’avais fait le 28 janvier. Un huissier avait déposé une plainte contre moi, m’accusant de l’avoir invectivé

et d’avoir incité d’autres grévistes à le frapper. » Un jour terrifiant pour Mathilde et Camille, les deux petites filles

d’Agathe, incapables de concevoir que la police puisse en vouloir à leur maman. «Depuis je n’ai pas de nouvelles.

Je ne sais pas quelles suites seront données à cette plainte», précise Agathe.

Pour les mêmes faits, la direction de PSA Aulnay entendait la licencier pour faute grave avec mise à pied

conservatoire. Devant l’incohérence et les contradictions émaillant les témoignages fournis, l’inspection du travail

a refusé son licenciement. Et la direction a dû d’ores et déjà payer à Agathe les jours de mise à pied subis

du 28 janvier au 19 mars.

 

À revoir :

Agathe Martin avec Saïd et Julien, rédacteurs en chef d’un jour à l’Humanité.

Ils nous expliquent leur combat contre la fermeture de PSA Aulnay :

 

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

Journal l’Humanité

À lire également dans l’Humanité Dimanche du 10 au 15 mai :

  • Ils étaient 180 000 à la Bastille : ce que le 5 mai a changé
  • Zones de sécurité prioritaires : le premier bilan
  • Économie : les baisses de salaire, la fausse bonne solution
  • Politique : Copé veut-il un coup d’État ?
  • Medef : une ligne dure se profile au patronat
  • Syrie : les masques tombent
  • Bulgarie : reportage de notre envoyé spécial pour les élections législatives
  • Cinéma : entretien avec Ken Loach à l’occasion de la sortie du documentaire L’esprit de 45

 

Retrouvez l’Humanité Dimanche de cette semaine en numérique


Publié dans Humanite Dimanche, Presse - Medias | Pas de Commentaire »

Coronavirus : un troisième cas suspect détecté à Douai

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 mai 2013

 

Un troisième cas suspect du Coronavirus détecté à Douai

 

Coronavirus : un troisième cas suspect détecté à Douai dans SANTE coronaviruspar Céline Agostini

Un troisième cas suspect de Coronavirus – appelé NCoV

dans le jargon médical et proche du virus du Sras

qui a fait 8 00 morts dans le monde en 2003 – a été

recensé à Douai, dans le Nord-Pas-de-Calais. Il s’agit

d’une infirmière qui a été en contact avec le seul malade

français identifié le 7 mai dernier.

 

 

L’enquête autour du Coronavirus continue. Une infirmière de Douai a été mise en quarantaine ce matin

pour une batterie de tests. Elle présenterait elle aussi les symptômes d’une infection respiratoire propres

à ce nouveau virus. Ce troisième cas suspect s’ajoute à deux autres; un médecin de 35 ans et un homme

de 50 ans, voisin de chambre du premier patient chez qui le virus a été repéré en France.

Interrogé par France Inter ce matin, la directrice adjointe de l’ARS (Agence Régionale de Santé)

Nord-Pas-de-Calais Sandrine Segovia-Kueny s’est voulu rassurante. Elle a assuré que tous les cas suspects

recensés jusqu’alors faisaient partie de l’enquête menée autour du seul cas officiellement reconnu sur le sol

français. »Ces personnes ne présentent pas exactement les mêmes symptômes » a expliqué Sandrine

Segovia-Kueny en ajoutant que tous les individus ayant eu des contacts avec le patient malade avaient

été examinés.

[Lire la suite humanite.fr]

 

coronavirus1 Arabie saoudite dans SOCIETE

Coronavirus, un virus de la même

famille que le Sras.

Le risque d’épidémie créé par l’apparition

du coronavirus, rappelle l’alerte lancée en 2003

par l’OMS contre le virus du Sras. En effet, ce nouveau

virus, d’aspect circulaire et entouré d’une couronne

est relativement proche de celui qui avait provoqué

le syndrome respiratoire aigu sévère (Sras)

dont l’épidémie mondiale avait causé la mort de près

d’un millier de personnes et provoqué un début

de psychose mondiale.

Aujourd’hui le coronavirus semble bien moins

contagieux, avec 31 cas recensé depuis le mois

de septembre dans le monde entier, bien que l’OMS

ait noté une « flambée » des cas en Arabie Saoudite

avec déjà 13 malades dénombrés au mois de mai

dans le pays.

Lire aussi :

 

Dix questions sur le nouveau coronavirus

 

capturecoronavirus coronavirus

capture d’écran

Cliquez sur l’image pour voir la vidéo

Publié dans SANTE, SOCIETE | Pas de Commentaire »

ESCLAVAGE « Les départements d’outre-mer veulent briser leurs chaînes »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 mai 2013

 

10 mai

ESCLAVAGE

« Les départements d’outre-mer veulent briser leurs chaînes »

 

ESCLAVAGE  « Les départements d’outre-mer veulent briser leurs chaînes » dans DOM-TOM biardpar Adrien Rouchaleou

 

Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), envoyé spécial.

Le passé esclavagiste et colonial

des départements doutre-mer continue

à peser lourdement sur leur développement

économique. En se réappropriant lhistoire,

ils cherchent aujourd’hui à le dépasser. 

 

 

 

L’esclavage est un événement fondateur, ce qui implique qu’il se prolonge dans l’histoire par la persistance

d’un héritage. On peut en distinguer les manifestations les plus heureuses : des langues particulières

– les créoles –, des musiques particulières… On en distingue aussi et avant tout une manifestation physique :

les couleurs des peaux des habitants des terres au passé esclavagiste. Loin d’être une question secondaire,

la question raciale a fait l’objet d’une abondante littérature depuis l’ouvrage fondateur de Frantz Fanon,

Peau noire, masques blancs. Mais, dans leurs structures économiques mêmes, les départements d’outre-mer

subissent encore les conséquences d’un passé non réglé.

Si on ne peut expliquer entièrement ces maux par le passé esclavagiste, celui-ci en est tout de même une cause

essentielle. D’abord parce que la transition de l’esclavage au salariat n’a pas été, loin de là, menée

avec une vision égalitaire. Comme le rappelle la chercheuse Françoise Vergès, « au plan juridique, avec l’abolition

de l’esclavage, les maîtres subissent un préjudice matériel, alors que la fin de la servitude forcée constitue

en elle-même une compensation suffisante pour les affranchis. Les maîtres reçoivent un dédommagement

financier ; les esclaves sont libres à condition de signer un contrat de travail » (*). Ainsi sont perpétués

les schémas de domination, qui perdurent, surtout en Martinique, avec la domination des « békés » – les Blancs

descendants d’esclavagistes qui possèdent encore la plupart des entreprises – sur le reste de la population.

C’est aussi par l’esclavage et la période coloniale que l’on peut en grande partie expliquer les retards

de développement économique des DOM. Pour l’économiste martiniquais Fred Célimène, de l’université

des Antilles et de la Guyane, lors d’un colloque organisé sur la mémoire de l’esclavage en novembre 2012

par la région Guadeloupe : « Il est évident que les problèmes que nous connaissons dans nos départements

d’outre-mer sont liés à la période de l’esclavage. N’oublions pas qu’il était interdit aux colonies de commercer

avec un tiers. Elles ne pouvaient commercer qu’avec la métropole. » D’où une hyper-spécialisation de l’économie

dans la production de canne, de banane, de coton ou de cacao, qui ne peut aujourd’hui plus faire face

à la concurrence à coût bien plus bas des États voisins indépendants.

[Lire la suite sur humanite.fr]

(*) La mémoire enchaînée, de Françoise Vergès, Hachette littératures, 2008, 204 pages, 7,50 euros.

Lire également :  La Caisse des dépôts poursuivie pour avoir tiré profit de l’esclavage

Publié dans DOM-TOM, France, Guadeloupe, HISTOIRE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

L’Enfer du surendettement

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 mai 2013

 

Enfer du surendettement :

après Michel Madec, Crystel témoigne et alerte!

 

L'Enfer du surendettement   dans Pauvrete surendettement1

Après le combat du carhaisien Michel Madec,

voici un autre témoignage sur la spirale infernale 

du surendettement, celui de Crystel, habitante

de la région de Morlaix qui a pris contact avec

Le Chiffon Rouge suite à sa lecture des articles

sur la grève de la fin et le collectif de soutien

de Michel Madec. 

Cf :  

le-chiffon-rouge-pcf-morlaix.over-blog.com/article-

l-histoire-de-michel-madec…

 

le-chiffon-rouge-pcf-morlaix.over-blog.com/article-michel-madec-en-greve-de-la-faim-pour-denoncer…

 

A la base de la plupart des surendettements : non pas forcément et toujours l’achat irresponsable

mais l’encouragement à la consommation, le chômage, la précarité et l’exploitation au travail,

 et des propositions de prêts des banques trop risquées ou mal évaluées dans l’intérêt des emprunteurs.  

 Une fois la personne enfermée dans une situation où elle ne parvient plus à honorer ses traites,

ses factures, ses abonnements et le remboursement de ses emprunts, elle vit une véritable descente

aux enfers qui se traduit pas le fait qu’elle est dépossédée de son avenir et ne voit plus d’issues

possibles. La menace est alors de perdre son logement, de ne plus être en mesure de garder

son autonomie, de faire face aux besoins familiaux, de retrouver du travail.

[Lire la témoignage de Chrystel]

 

Publié dans Pauvrete, SOCIAL, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Peste brune : Non à la parade de l’extrême-droite le 12 mai à Paris

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 mai 2013

 

Non à la parade de l’extrême-droite le 12 mai à Paris

 

Peste brune : Non à la parade de l'extrême-droite le 12 mai à Paris dans Extreme-droite antifasciste

Appel publié par Mémorial 98  et  Opération Poulpe

 

Ce 12 mai, une nouvelle fois, l’extrême-droite la plus violente

annonce plusieurs manifestations dans Paris.

Plusieurs groupes et organisations, dont certains sont ouvertement

néo-nazis, vont en effet « commémorer » à leur manière, la mort

d’un de leurs militants, survenue le 9 mai 1994 suite

à une manifestation non autorisée et violente, organisée par le GUD ;

pour certains d’entre eux il s’agit aussi de rendre leur « hommage »

à Jeanne d’Arc.

 

[...]

 

ll ne s’agit pas de « groupuscules » sans importance ou anecdotiques : ces groupes sont parfaitement

intégrés et tolérés, aussi bien dans les manifestations homophobes soutenues par l’UMP que dans les défilés

du FN  » dédiabolisé » quoi qu’en disent Marine Le Pen ou Frigide Barjot.

C’est bien au sein du défilé du FN du 1er mai, au vu et au su de son service de sécurité, qu’ont par exemple

été diffusées et collées des affiches comportant l’adresse personnelle de journalistes et d’intellectuels

désignés comme les cibles à abattre (9).

Comment comprendre que de tels défilés belliqueux, organisés par des individus et des organisations

ayant fait la preuve de leur violence, se voient autorisés ?

Stopper cette agitation haineuse et dangereuse doit constituer une priorité pour un gouvernement

se revendiquant du progressisme et affirmant vouloir protéger les minorités mises en cause.

Il n’y a aucun obstacle juridique pour interdire ces manifestations du 12 mai : les précédents violents

lors des manifestations d’extrême-droite sont légion, même en prenant uniquement en compte

les derniers mois.

Le «  trouble à l’ordre public » est donc bien constitué sauf si l’on considère que l’attaque de certaines

catégories de la population ne provoque pas un trouble conséquent et important.

La démocratie, c’est la protection du droit de chacun à vivre en paix ; elle ne consiste à pas autoriser

les appels à la violence contre une partie de la population, même sous couvert de liberté d’expression.

Ça suffit. Nous refusons de vivre dans la peur des violences qui entourent ces défilés de la haine. (…)


[Lire l’article complet sur humanite.fr]

Pour relayer efficacement cet appel, infos en fin de texte

Publié dans Extreme-droite, France, Montée du fascisme | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy