• Accueil
  • > CGT
  • > Entretien avec Thierry Lepaon, secrétaire général de la CGT

Entretien avec Thierry Lepaon, secrétaire général de la CGT

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 avril 2013

 

Dans l’Humanité Dimanche cette semaine :

entretien avec Thierry Lepaon

 

Entretien avec Thierry Lepaon, secrétaire général de la CGT dans CGT hd2504

 

 

Plus de 100 manifestations son prévues dans toute

la France pour fêter ce premier 1er Mai du quinquennat

de François Hollande alors que les promesses

du changement ont tourné court.

Chômage et précarité explosent et à l’Assemblée,

les parlementaires viennent d’entériner un projet de loi

estampillé MEDEF qui démantèle le code du travail.

Dans ce contexte, Thierry Lepaon, le secrétaire général

de la CGT dessine l’État sociale de la France et avance

des propositions pour sortir de la crise. Extraits.

 

 

 


HD. Dans un contexte difficile pour les salariés, on n’a jamais eu autant besoin d’un 1er Mai dynamique.

Peut-on l’espérer ?

Thierry Lepaon. Au Congrès confédéral de la CGT, j’ai lancé aux autres organisations syndicales un appel

à l’unité le 1er Mai, sans pour autant passer sous silence nos désaccords. En France, afficher une division

syndicale au moment où le MEDEF a les dents longues et l’oreille du gouvernement, c’est lui faire un cadeau

extraordinaire. Lors de ce congrès, j’ai écouté les camarades des délégations internationales. La situation

des salariés dans le monde appelle le syndicalisme à intervenir à l’échelle mondiale et à la solidarité

entre les salariés. Certains nous ont expliqué qu’ils avaient été emprisonnés, privés de droits et de travail.

Le 1er Mai, c’est l’occasion d’affirmer notre solidarité avec ces syndicalistes qui, partout, dans le monde

se battent pour leurs droits. Les syndicats français, ensemble, leur devaient au moins cela.

Plus que jamais il y a aussi un besoin de réaffirmer une solidarité des travailleurs en Europe. La CFDT, par exemple,

renvoie la responsabilité de la division sur la CGT, estimant avoir été insultée par des militants au cours du congrès…

Un congrès confédéral, c’est un lieu d’expression des syndicats de la CGT. Les camarades expriment avec leurs mots

ce qu’ils ressentent. Et ils ont vécu comme une agression le fait de voir la CFDT signer si rapidement un accord

aussi nocif. S’ils ne l’expriment pas lors du congrès, où le feront-ils ? Cela n’empêche pas que la démarche

du « syndicalisme rassemblé » ait été confirmée par plus de 85 % des syndicats réunis en congrès. Et puis, je veux

bien recevoir des leçons mais pas de tout le monde et pas n’importe quand. Que chacun balaye devant sa porte.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Propos recueillis par Cyprien Boganda, Pierre-Henri Lab et Dominique Sicot

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy