• Accueil
  • > ECONOMIE
  • > Étude INSEE : des pauvres de plus en plus pauvres et des riches toujours plus riches

Étude INSEE : des pauvres de plus en plus pauvres et des riches toujours plus riches

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 avril 2013

 

INÉGALITÉ

Un Français sur deux vit avec moins de 1610 euros par mois

 

Étude INSEE : des pauvres de plus en plus pauvres et des riches toujours plus riches dans ECONOMIE secourscatholiqueCampagne du Secours catholique dans le métro

parisien en 2012

Trois études de l’Insee publiées aujourd’hui

montrent que, sous l’effet de la crise, le niveau

de vie de la majorité de la population stagne

ou recule, tandis que les plus riches continuent

de s’enrichir.

Le taux de pauvreté dépasse les 14 %.

 

En brossant un paysage des inégalités en termes de niveau de vie, en France, en 2010, une des trois études

que l’Insee rend publiques aujourd’hui (1), valide par les chiffres une réalité subie par les plus fragiles.

Même si 2010 signe, après le recul de 2009, une légère reprise de l’activité économique, « le niveau de vie

de la majorité de la population stagne ou baisse », introduit l’Insee. Et la persistance des inégalités

entre les ménages les plus riches et les ménages les plus modestes reste criante. Ainsi, le taux de pauvreté

monétaire, c’est-à-dire le nombre de personnes vivant dans un ménage dont le niveau de vie est en dessous

du seuil de pauvreté (964 euros/mois) est passé de 13,5 % en 2009 à 14,1 % de la population en 2010,

soit 440 000 personnes de plus. Cette hausse de la pauvreté, qui impacte à plus forte raison les retraités,

les étudiants et les chômeurs, « touche particulièrement les familles », rappelle l’Insee, qui chiffre à 2,7 millions

le nombre d’enfants qui grandissent dans des familles pauvres, en hausse de 278 000.

Moins de 10 430 euros par an pour les plus pauvres

Par ailleurs, le niveau de vie médian, au-dessus et en dessous duquel se situent 50 % des Français, a chuté

de 0,5 % (et seulement 0,3 % pour les plus riches) entre 2009 et 2010, pour atteindre 19 270 euros annuels

(1 610 euros/mois).

Les 10 % les plus pauvres survivent avec moins de 10 430 euros par an quand les 10 % les plus riches cumulent

au moins 36 270 euros annuels. Un rapport de 1 à 3,5.

En comparant les effets de la crise actuelle à ceux des précédentes, l’Insee souligne que, si « le précédent

ralentissement économique au début des années 2000 avait également pesé sur le niveau de vie du plus

grand nombre, la crise actuelle affecte cette fois plus spécifiquement les personnes modestes ».

Les 1 % les plus riches, eux, continuent de s’enrichir, grâce, entre autres, aux revenus de leur patrimoine,

qui expliquent, en partie, la hausse de près de 5 % de leur niveau de vie en 2010.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Lire aussi :

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy