• Accueil
  • > Austerite
  • > Hausse du chômage, baisse du pouvoir d’achat… Il est urgent de changer de politique !

Hausse du chômage, baisse du pouvoir d’achat… Il est urgent de changer de politique !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 28 mars 2013

Hausse du chômage, baisse du pouvoir d’achat, croissance nulle…

Et si on changeait de politique ?

 

Hausse du chômage, baisse du pouvoir d'achat... Il est urgent de changer de politique ! dans Austerite chomage_2

La dernière livraison de l’INSEE est sans appel.

L’économie française a eu une croissance nulle

pour 2012 et les prévisions de croissance

pour 2013 et 2014 sont tout aussi sombres.

Mais comment pourrait-il en être autrement ?

La politique d’austérité et de baisse des coûts

salariaux se traduit par une pression sur l’emploi

au nom de la compétitivité, qui fait exploser

le chômage au point de presque atteindre

les records de 1997.

Elle contribue à transférer le poids de la fiscalité des entreprises sur celle des ménages (10 milliards d’euros

par le CICE) ce qui réduit d’autant leur pouvoir d’achat et pèse sur leur consommation. Elle diminue

la dépense publique en ponctionnant les services publics nationaux et locaux, au point de les empêcher

de fonctionner, de répondre aux besoins de la population et de financer l’activité locale. Autant de mesures

qui enferment de fait la France dans la stagnation.

Hausse du chômage, baisse du pouvoir d’achat, croissance nulle… Et si on changeait de politique ?

Demain soir, lors de son intervention télévisuelle, François Hollande ne peut se contenter d’un exercice

d’autopromotion d’une orientation économique et sociale qui conduit droit à l’échec. Il est possible et urgent

de faire autrement. C’est pourquoi avec ses partenaires du Front de gauche, le PCF veut ouvrir sur l’alternative :

  • Face à la « flexicurité », avançons la lutte pour une sécurisation de l’emploi et de la formation

construite sur la conquête de nouveaux pouvoirs des salariés et une expansion de la dépense de formation ;

  • Face à la baisse du « coût du travail », travaillons à la baisse du coût du capital, plutôt que

la baisse des « charges sociales » optons pour celle des charges financières du crédit aux entreprises,

avec la lutte pour un Pôle financier public et un nouveau crédit sélectif pour les investissements créateurs

d’emplois et de formations ;

  • Face au pacte budgétaire (TSCG), opposons la lutte pour le financement d’une relance massive

des services publics grâce à la création monétaire de la BCE, via un Fonds social, solidaire et écologique

de développement européen et une réforme radicale de fiscalité ;

  • Face à l’augmentation de la CSG, obtenons une refonte des prélèvements obligatoires notamment

par une nouvelle fiscalité incitatives à l’essor de l’emploi, des qualifications, des salaires et pénalisant

les placements financiers ;

  • Face aux privatisations, engageons la lutte pour une nouvelle maîtrise sociale des entreprises

publiques et la promotion de Pôles publics d’impulsion et de coopération favorisant un redressement

des filières industrielles et de service.

Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy