• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 16 mars 2013

Expulsion des Roms : 11 mars 2013 à Vigneux-sur-Seine (91)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 mars 2013

 

Le 11 mars, des familles Rroms ont été expulsées à Vigneux-sur-Seine.

Vidéo réalisée par l’Association de Solidarité en Essonne aux Familles Roumaines et Rroms : 

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

Christian Ionascu

Voir également cette vidéo

Lire :

Allô ? Non mais allô, quoi. T’es ministre de l’intérieur et tu connais pas la loi?

Valls promet des expulsions de Roms : « S’ils avaient été Qataris, on leur aurait ouvert les portes »

M. Valls appelle à la discrimination des Rroms

Publié dans France, Politique nationale, Racisme - Xenophobie | Pas de Commentaire »

Espagne : Les crédits hypothécaires, un négoce très juteux pour les banques

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 mars 2013

 

DETTES

Comment les Espagnols meurent à crédit pour leurs banques

 

Par Nathalie Pédestarres (12 mars 2013)

 

espagnemanjf dans Espagnemanifestation du 16 février

Depuis 2008, plus de 362 000 foyers espagnols

ont été victimes de saisies immobilières,

entraînant dans plusieurs cas des suicides…

Le gouvernement, en connivence avec les banques,

refuse de modifier une loi sur les hypothèques

obsolète et inhumaine. Celle-ci permet au créancier,

les banques, de gagner sur tous les tableaux et de s’enrichir sur la misère.

Les mouvements citoyens s’organisent pour freiner les expulsions et changer la loi.

Pendant que le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, lisait son discours sur l’état de la Nation,

le 20 février dernier, une femme s’immolait par le feu dans une succursale bancaire de Castelló

(région de Valence). Brûlée à 50%, elle serait une victime de plus des cas des saisies immobilières

qui se multiplient dans le pays : 362 776 saisies depuis 2008, d’après une étude de la Plateforme

des victimes de crédits hypothécaires (PAH), une association citoyenne. L’issue est parfois fatale…

Depuis l’été dernier, une quinzaine de personnes se sont défenestrées le jour où elles allaient être

expulsées de leur domicile.

Pas un mot, pourtant, du chef du gouvernement sur ce sujet dans son discours. Sauf lorsque

les députés de la gauche plurielle (minoritaires) ont insisté sur la nécessité de réformer la loi

sur les hypothèques, l’une des plus drastiques et obsolètes – elle date de 1909 – d’Europe. En Espagne,

toute personne se retrouvant en défaut de rembourser son crédit immobilier, perd non seulement

sa maison mais est condamnée à rembourser le reste du prêt concédé par la banque, prêt qui ne fait

qu’augmenter avec les taux d’intérêt variables et les pénalités pour retard de paiement.

Business et spéculation sur la misère

Petit exemple pratique pour bien comprendre le « jeu de bonneteau » des banques avec les crédits

hypothécaires… Une famille souscrit un prêt immobilier pour acheter une maison, mais se retrouve en défaut

de paiement quelques années plus tard. Si aucun accord de refinancement de la dette n’est atteint

avec la banque, la propriété est saisie et mise en vente par adjudication judiciaire. La loi espagnole autorise

les banques à participer à ces enchères et à racheter les propriétés à un minimum de 60% de leur valeur

initiale si elles sont les seules à enchérir. Mais elles ont trouvé une parade pour contourner la loi à leur profit :

elles ont créé leurs propres sociétés immobilières qui interviennent aussi dans les enchères comme « tiers »

et qui peuvent donc racheter les propriétés à un pourcentage encore plus bas de leur valeur initiale.

Tout reste donc dans le patrimoine de la banque ! Résumons : dans le « meilleur » des cas, la banque réussit

non seulement à se faire rembourser le prêt majoré des pénalités de retard, mais elle dégagera aussi

un bénéfice avec la revente de la propriété.

[Lire la suite sur Basta !]

Creative Commons License

 

Publié dans Espagne, Logement, Speculation | Pas de Commentaire »

Expulsions locatives : « Une pratique indigne d’une société avancée »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 mars 2013

 

PRÉCARITÉ

Expulsions locatives :

« Une pratique indigne d’une société avancée » pour Michèle Picard

 

Expulsions locatives : « Une pratique indigne d’une société avancée » dans France anti-expulsion

Serge Tarrassioux, maire de Pierre-Bénite, Michèle Picard,

maire de Vénissieux et Bernard Genin, maire de Vaulx-en-Velin, en 2011.

Maire (PCF) de Venissieux, Michèle Picard signera

ce vendredi, avec d’autres élus communistes

du département, une nouvelle série d’arrêtés

anti-expulsions et anti-coupures d’énergie.

Elle explique sa démarche de « résistance ». 

Avec d’autres maires communistes de l’agglomération lyonnaise, vous allez signer, ce vendredi,

de nouveaux arrêtés contre les expulsions. Pourquoi ?

Michèle Picard. Pour Vénissieux, nous allons signer trois arrêtés, l’un sur les expulsions, l’autre

sur les coupures d’énergie et d’eau, et un dernier sur les saisies immobilières. Il s’agit d’une démarche

ancienne, qui date de 1990. C’est une action symbolique mais aussi un acte de résistance politique et

de désobéissance. Même si, juridiquement, nous travaillons nos arrêtés pour qu’ils puissent passer.

Car il en faut très peu pour tomber dans la spirale de la précarité. Un arrêt maladie provoque une baisse

des indemnités, les impayés commencent… ça peut basculer très rapidement.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Lire aussi :

Publié dans France, Front de Gauche, Logement, PCF, POLITIQUE, PRECARITE | Pas de Commentaire »

Les pesticides nocifs aux abeilles ne seront pas interdits dans l’UE. Bayer se frotte les mains !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 mars 2013

 

Les pesticides nocifs aux abeilles ne seront pas interdits dans l'UE. Bayer se frotte les mains !  dans Apiculture pesticides

Lire :

Pesticides : les abeilles restent sans protection dans l’UE

L’UE échoue à protéger les abeilles et leur rôle crucial pour l’agriculture

 

Publié dans Apiculture, Environnement, EUROPE, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Mise en garde de l’Observatoire du stress contre les risques psycho-sociaux de l’accord sur l’emploi

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 mars 2013

 

Alerte sur les « risques psycho-sociaux » de l’accord sur l’emploi

 

Mise en garde de l'Observatoire du stress contre les risques psycho-sociaux de l'accord sur l'emploi dans Competitivite ani

L’Observatoire du stress met en garde

contre les risques psycho-sociaux

que pourraient générer certaines mesures

du projet de loi relatif à la sécurisation

de l’emploi.

 

 

L’association pointe par ailleurs que la version finale est sur certains points encore plus

défavorable aux salariés que la première version proposée par le MEDEF le 14 Novembre 2012.

« Notre expérience du fonctionnement réel des entreprises nous a conduits à identifier dans le texte

quatre risques majeurs pour la santé des travailleurs les plus fragiles et les plus précaires », écrit

l’Observatoire dans une lettre adressée au gouvernement et aux parlementaires.

La première critique (article 10) porte sur « l’absence de limites à la mobilité géographique des salariés ».

Le texte, qui sera examiné à l’Assemblée à partir du 2 avril, ne « fixe plus de borne à la mobilité, ne protège

plus les travailleurs les plus précaires contre des mobilités qu’ils n’ont pas les moyens de suivre », a déploré

Pierre Morville (CFE-CGC), l’un des fondateurs de l’Observatoire. « Les résultats sont connus de tous, c’est

la « liquidation » de 5 à 10% des travailleurs à chaque réorganisation et la destruction des vies professionnelles,

familiales et personnelles de milliers de foyers, allant jusqu’au suicide ».

La question de la mobilité

Quant à l’article 3 de la loi, la mobilité dite « volontaire et sécurisée », c’est une mesure « qui a été mise en

place à France Télécom pendant plusieurs années pour pousser les seniors hors de l’entreprise », explique

l’Observatoire dans son courrier. Et l’association en sait quelque chose, puisqu’elle a été lancée en 2007

par des syndicats de France Télécom en réaction au vaste plan de restructuration (22.000 postes supprimés

en trois ans). Elle s’est depuis élargie à d’autres grandes entreprises.

« Les salariés ont été humiliés et harcelés jusqu’à accepter cette mobilité sous n’importe quel prétexte, avec 90%

de chances de retour dans une situation bien pire qu’au départ, la mise au placard étant la plus douce des issues

qui leur soient imposées », a commenté M. Morville. L’Observatoire demande la suppression totale

de cet article « pour éviter les drames et les suicides à venir ».

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Competitivite, Emplois, SANTE, SOCIAL, Souffrance au travail | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy