L’Italie et le populisme de Beppe Grillo

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 février 2013

 

ITALIE :

le programme de Beppe Grillo décrypté

Quel est le contenu du projet Grillo ?

 

L'Italie et le populisme de Beppe Grillo dans Italie beppe-grilloG. D. S.

Le Parti populiste pour plus d’écologie

et de démocratie directe compte désormais

108 sièges à la Chambre des députés

et 54 au Sénat. La troisième formation

politique du pays, qui a attiré les électeurs

de droite comme de gauche, est au centre

des tractations pour la formation d’une nouvelle majorité.

Le Mouvement cinq étoiles (M5S) de Beppe Grillo a obtenu 25,5 % des voix pour l’élection des députés

et 23,8 % pour celle des sénateurs. Le M5S récolte les fruits du mécontentement vis-à-vis des politiques

austéritaires et du discrédit des partis au pouvoir, incapables de juguler la crise et perçus comme

s’accaparant des privilèges. Même si Beppe Grillo estime que « l’antifascisme n’est pas de (sa) responsabilité »,

difficile de classer ce parti à l’extrême droite.

coûts de la politique

Sa principale revendication est la diminution des coûts de la politique par l’abolition du financement public

des partis, l’abolition des départements, le regroupement des petites communes. Le M5S réclame plus de

démocratie directe. Cela passe par l’abrogation du quorum pour les référendums. Les citoyens doivent participer,

via Internet, aux rencontres publiques ou à l’élaboration des lois. Beppe Grillo se fait également chantre

d’un référendum sur la sortie de l’euro, sans 
exprimer sa propre position.

Le cheval de bataille du M5S est la moralisation de la politique. Un parlementaire ne doit pas faire plus de

deux mandats, ni exercer une autre profession afin d’éviter les conflits d’intérêts. Les 
citoyens condamnés

doivent être inéligibles… Ce qui explique que Beppe Grillo n’ait pas été lui-même candidat, 
car jugé responsable

d’un 
accident de la route.

Thèmes écologiques

Outre ce chapitre qui permet de vilipender les autres forces politiques, le M5S est très attentif aux thèmes

écologiques, notamment les transports ou les énergies renouvelables. Alors que certains syndicats sont

interdits (par la Fiat) de se présenter aux élections de représentants du personnel, on ne trouve aucun nouveau

droit pour les salariés dans le programme. Au contraire, dans un discours en janvier, Beppe Grillo demandait :

« Éliminons les syndicats qui sont une structure vieille comme les partis. » Les mots ont un sens.

A lire aussi :

 

Beppe Grillo : un clown inquiétant :

extrait :

« Je sais que l’on me reprochera d’avoir tu dans ces quelques lignes toutes les bonnes idées de Grillo

mais je ne sais même plus vraiment si elles valent la peine d’être considérées. On peut vouloir redonner

le pouvoir au peuple mais si c’est en parlant des rom comme d’une «bombe à retardement», en méprisant

journalistes et syndicats, en insultant les prostituées (à chaque fois qu’il hurle, dans un cri de colère,

«porca puttana», lors d’un meeting, en utilisant publiquement le mot «puttana» comme une insulte, oui,

Grillo manque de respect à toutes ces personnes qui vivent de la prostitution), en se vantant que

les femmes de son mouvement ne sont «pas des femmes siliconées mais des femmes qui élèvent

leurs enfants» (quelle intéressante image de la femme, réduite à la maternité…), j’en passe et des bien

pires, quel sens cela a-t-il ?« 

 

Définition de populisme :

Historiquement, le populisme est un mouvement politique russe de la fin du XIXe siècle qui luttait contre le tsarisme en s’appuyant sur le peuple et en prônant la transformation des communautés agraires traditionnelles.

En politique, le populisme désigne l’idéologie ou l’attitude de certains mouvements politiques qui se réfèrent au peuple pour l’opposer à l’élite des gouvernants, au grand capital, aux privilégiés ou à toute minorité ayant « accaparé » le pouvoir… accusés de trahir égoïstement les intérêts du plus grand nombre.

Pour les « populistes », la démocratie représentative fonctionne mal et ne tient pas ses promesses. Prônant une démocratie plus directe, ils ont donc pour objectif de « rendre le pouvoir au peuple ». Lorsqu’ils sont au pouvoir, les populistes peuvent remettre en question les formes habituelles de la démocratie au profit d’un autoritarisme s’appuyant sur des institutions censées être authentiquement au service du peuple.

Le terme populisme est en général utilisé dans un sens péjoratif par ses opposants, c’est-à-dire les classes dirigeantes ou les politiciens au pouvoir, pour amalgamer et critiquer tous les « archaïsmes » et freins au développement de leur politique qu’ils pensent détecter parmi le peuple.

Le terme « populisme » sert aussi à dénoncer les démagogues qui mobilisent le peuple par des promesses électoralistes ou qui flattent ses « bas instincts » comme le nationalisme, la xénophobie, voire le racisme ou qui exacerbent les réflexes sécuritaires.

Le contour du mot « populisme » est relativement flou et varie selon celui qui l’utilise. De nos jours, il est souvent synonyme de démagogie, d’électoralisme, d’opportunisme.

Source :  La Toupie

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy