• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 27 février 2013

Sénat : Les sénateurs communistes soutiennent une proposition de loi d’amnistie sociale

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 février 2013

 

L’amnistie sociale cherche grâce au Sénat

 

Sénat :  Les sénateurs communistes soutiennent une proposition de loi d’amnistie sociale dans France huma2702Adrien Rouchaleou

À l’occasion de leur niche parlementaire,

les sénateurs communistes soutiennent

une proposition de loi d’amnistie sociale.

Mais les obstacles à son adoption s’avèrent

plus nombreux qu’on aurait pu s’y attendre

de la part d’une majorité et d’un gouvernement

de gauche.

Pour ou contre, personne ne pourra nier que c’est

une proposition d’actualité que défendront, cet après-midi,

les sénateurs du groupe communiste, républicain et citoyen

(CRC). Ils profiteront en effet de la « niche parlementaire »

qui leur est accordée ce jour pour proposer une

« loi d’amnistie sociale », déposée par les sénatrices

Annie David et Éliane Assassi, qui prévoit l’annulation des condamnations pénales pour des faits commis

à l’occasion de mouvements sociaux ou d’activités syndicales ou revendicatives. Mais aussi l’amnistie

des sanctions disciplinaires dans l’entreprise, la réintégration des salariés licenciés et la suppression

des empreintes génétiques et autres informations nominatives recueillies lors des procédures judiciaires.

[...]

Interrogée par Marie-George Buffet à l’Assemblée nationale, la porte-parole du gouvernement,

Najat Vallaud-Belkacem, répondait hier : « Le gouvernement participera activement à cette discussion

en essayant de trouver un équilibre nécessaire entre, d’une part, le droit syndical et, d’autre part,

le respect de la légalité républicaine. »

En commission des Lois, le texte n’a bénéficié que d’un soutien mitigé du PS qui s’est engagé à le voter

sous condition d’acceptation de ses amendements. Faute du soutien des radicaux de gauche, que certains

imaginent « pilotés », le texte n’y a pas trouvé de majorité, faisant planer un doute sur la possibilité qu’il la

trouve en séance publique, où tout se jouera à quelques voix près. Mais le texte est aussi menacé

par la limite de temps de quatre heures imparties à la niche parlementaire. Pour faire traîner les débats,

le groupe UMP a déposé une question préalable, fait inédit puisqu’il est de coutume au Sénat de laisser

chaque groupe disposer pleinement de son temps. Si le texte n’est pas voté dans les quatre heures,

il devra être renvoyé à une prochaine niche.

[Lire l’article complet]

  • Lire aussi :

Répression syndicale: « La violence faite à celles et ceux qui ont décidé de ne pas renoncer »

Au Sénat et à l’Assemblée, l’amnistie doit être votée par toute la gauche !

Mobilisation pour l’amnistie sociale

Publié dans France, PCF, POLITIQUE, Senat, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

L’Italie et le populisme de Beppe Grillo

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 février 2013

 

ITALIE :

le programme de Beppe Grillo décrypté

Quel est le contenu du projet Grillo ?

 

L'Italie et le populisme de Beppe Grillo dans Italie beppe-grilloG. D. S.

Le Parti populiste pour plus d’écologie

et de démocratie directe compte désormais

108 sièges à la Chambre des députés

et 54 au Sénat. La troisième formation

politique du pays, qui a attiré les électeurs

de droite comme de gauche, est au centre

des tractations pour la formation d’une nouvelle majorité.

Le Mouvement cinq étoiles (M5S) de Beppe Grillo a obtenu 25,5 % des voix pour l’élection des députés

et 23,8 % pour celle des sénateurs. Le M5S récolte les fruits du mécontentement vis-à-vis des politiques

austéritaires et du discrédit des partis au pouvoir, incapables de juguler la crise et perçus comme

s’accaparant des privilèges. Même si Beppe Grillo estime que « l’antifascisme n’est pas de (sa) responsabilité »,

difficile de classer ce parti à l’extrême droite.

coûts de la politique

Sa principale revendication est la diminution des coûts de la politique par l’abolition du financement public

des partis, l’abolition des départements, le regroupement des petites communes. Le M5S réclame plus de

démocratie directe. Cela passe par l’abrogation du quorum pour les référendums. Les citoyens doivent participer,

via Internet, aux rencontres publiques ou à l’élaboration des lois. Beppe Grillo se fait également chantre

d’un référendum sur la sortie de l’euro, sans 
exprimer sa propre position.

Le cheval de bataille du M5S est la moralisation de la politique. Un parlementaire ne doit pas faire plus de

deux mandats, ni exercer une autre profession afin d’éviter les conflits d’intérêts. Les 
citoyens condamnés

doivent être inéligibles… Ce qui explique que Beppe Grillo n’ait pas été lui-même candidat, 
car jugé responsable

d’un 
accident de la route.

Thèmes écologiques

Outre ce chapitre qui permet de vilipender les autres forces politiques, le M5S est très attentif aux thèmes

écologiques, notamment les transports ou les énergies renouvelables. Alors que certains syndicats sont

interdits (par la Fiat) de se présenter aux élections de représentants du personnel, on ne trouve aucun nouveau

droit pour les salariés dans le programme. Au contraire, dans un discours en janvier, Beppe Grillo demandait :

« Éliminons les syndicats qui sont une structure vieille comme les partis. » Les mots ont un sens.

A lire aussi :

 

Beppe Grillo : un clown inquiétant :

extrait :

« Je sais que l’on me reprochera d’avoir tu dans ces quelques lignes toutes les bonnes idées de Grillo

mais je ne sais même plus vraiment si elles valent la peine d’être considérées. On peut vouloir redonner

le pouvoir au peuple mais si c’est en parlant des rom comme d’une «bombe à retardement», en méprisant

journalistes et syndicats, en insultant les prostituées (à chaque fois qu’il hurle, dans un cri de colère,

«porca puttana», lors d’un meeting, en utilisant publiquement le mot «puttana» comme une insulte, oui,

Grillo manque de respect à toutes ces personnes qui vivent de la prostitution), en se vantant que

les femmes de son mouvement ne sont «pas des femmes siliconées mais des femmes qui élèvent

leurs enfants» (quelle intéressante image de la femme, réduite à la maternité…), j’en passe et des bien

pires, quel sens cela a-t-il ? »

 

Définition de populisme :

Historiquement, le populisme est un mouvement politique russe de la fin du XIXe siècle qui luttait contre le tsarisme en s’appuyant sur le peuple et en prônant la transformation des communautés agraires traditionnelles.

En politique, le populisme désigne l’idéologie ou l’attitude de certains mouvements politiques qui se réfèrent au peuple pour l’opposer à l’élite des gouvernants, au grand capital, aux privilégiés ou à toute minorité ayant « accaparé » le pouvoir… accusés de trahir égoïstement les intérêts du plus grand nombre.

Pour les « populistes », la démocratie représentative fonctionne mal et ne tient pas ses promesses. Prônant une démocratie plus directe, ils ont donc pour objectif de « rendre le pouvoir au peuple ». Lorsqu’ils sont au pouvoir, les populistes peuvent remettre en question les formes habituelles de la démocratie au profit d’un autoritarisme s’appuyant sur des institutions censées être authentiquement au service du peuple.

Le terme populisme est en général utilisé dans un sens péjoratif par ses opposants, c’est-à-dire les classes dirigeantes ou les politiciens au pouvoir, pour amalgamer et critiquer tous les « archaïsmes » et freins au développement de leur politique qu’ils pensent détecter parmi le peuple.

Le terme « populisme » sert aussi à dénoncer les démagogues qui mobilisent le peuple par des promesses électoralistes ou qui flattent ses « bas instincts » comme le nationalisme, la xénophobie, voire le racisme ou qui exacerbent les réflexes sécuritaires.

Le contour du mot « populisme » est relativement flou et varie selon celui qui l’utilise. De nos jours, il est souvent synonyme de démagogie, d’électoralisme, d’opportunisme.

Source :  La Toupie

 

Publié dans Italie | Pas de Commentaire »

Mort de Stéphane Hessel

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 février 2013

 

  • Les indignés de Stéphane Hessel

 

Mort de Stéphane Hessel   dans Hommages captureindjgnes

C’est le manifeste de Stéphane Hessel Indignez-vous !

qui est à l’origine du mouvement des Indignés.

Se réclamant des influences du Printemps arabe,

il est né sur la Puerta del Sol, en Espagne, le 15 mai 2011,

puis s’est propagé partout dans le monde.

En Grèce, aux États-Unis, au Japon ou encore en Israël,

retour en images sur ces Indignés de Stéphane Hessel

qui dénoncent la crise, la corruption et le chômage.

 

Voir les autres photos

 

  • Stéphane Hessel, ardent défenseur du droit de vote des étrangers

 

vote-etrangers indignés dans Hommages

L’ancien secrétaire à l’ONU à la rédaction de

la Déclaration universelle des droits de l’Homme

fut de longue date un partisan du droit de vote

des étrangers aux élections locales.

A l’heure où ce droit peine à se faire une place

dans un texte de loi à l’Assemblée nationale,

retour sur les raisons de son combat.

Le 6 mai 2000, Stéphane Hessel confiait à l’Humanité que le droit de vote des étrangers serait pour lui

un pas en avant dans le sens d’une société moderne, alors qu’une proposition de loi avait été adoptée

par la majorité de gauche à l’Assemblée nationale, avant d’être retoqué par le Sénat contrôlé par la droite.

« Il constituerait une avancée dans la bonne direction: dans le sens des transformations actuelles

de l’Europe et du monde en matière de citoyenneté et de nationalité, expliquait-il alors. Nous avons

besoin de donner à des résidents étrangers la possibilité de devenir des acteurs de la collectivité dans

laquelle ils vivent. Nous aurons, je pense, et pas seulement en France, de plus en plus de résidents,

qui s’établiront dans un pays, sans pour autant souhaiter perdre leur nationalité. »

[Lire la suite sur humanite.fr]

Lire également :

 

Publié dans Hommages | Pas de Commentaire »

Mort de Stéphane Hessel

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 février 2013

 

L’ancien résistant Stéphane Hessel est mort

 

Mort de Stéphane Hessel stephane-hessel

Résistant, déporté, diplomate et corédacteur

de la Déclaration des droits 
de l’homme

Stéphane Hessel est mort dans la nuit de mardi

à mercredi à l’âge de 95 ans.

Nous vous proposons un entretien qu’il avait accordé

à l’Humanité, le 31 décembre 2010 à l’occasion

de la publication d’Indignez-vous !.

 

Né en 1917 à Berlin, il était arrivé enfant en France et a été

naturalisé en 1937. Résistant, déporté, ambassadeur,

Stéphane Hessel était notamment connu pour ses prises

de position concernant les droits de l’Homme, le droit d’asile,

l’accueil des migrants et le Proche-Orient.

Ancien élève de l’École normale supérieure, cet ami personnel de Pierre Mendès-France et Michel Rocard

avait fait carrière dans la diplomatie, notamment aux Nations-Unies. Plus récemment, il a été membre

du collège des médiateurs pour les sans-papiers en 1996. Son petit ouvrage Indignez-Vous !, défendant

l’esprit de résistance, paru en 2010, a connu un retentissement mondial, traduit dans de nombreuse

langues et tiré à plusieurs millions d’exemplaires.

Comment recevez-vous le succès de ce livre ? Répondait-il 
à un besoin qui sied 
à la période ?

Stéphane Hessel. J’ai été naturellement surpris et même émerveillé par le succès de ce petit pamphlet.

Je l’explique par le fait que nous vivons un moment de relative angoisse, on ne voit pas bien où nous allons.

Nous avons la claire conscience que nous sommes au milieu – et non pas à la fin – d’une grave crise

de l’économie néolibérale sans régulation, il est donc normal de se poser des questions sur la raison

des dysfonctionnements de nos sociétés. Lorsque l’on vit dans des sociétés qui fonctionnent mal, la première

chose que nous avons envie de faire, c’est de nous indigner. On se souvient que, dans d’autres périodes

de notre histoire, il fallait aussi s’indigner si l’on ne voulait pas subir l’occupation étrangère de la France,

ou dans des situations de pénurie passive.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Stéphane Hessel et le mariage pour tous

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

ARTE

Lire aussi :

  • En 2008, à l’occasion des 60 ans de la déclaration des droits de l’homme, Stéphane Hessel

répondait à l’Humanité : « La Déclaration universelle des droits de l’homme nous a enthousiasmés »

  • En 2007, sur l’image hors de nos frontières de la politique d’immigration française :

« Une loi contraire aux valeurs traditionnelles de la France »

Par Charles Silvestre


Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy