• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 14 février 2013

Irak : Nadine Dendoune libéré !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 février 2013

 

Nadir Dendoune est libre !

 

Irak : Nadine Dendoune libéré ! dans l'Humanité nadir31

Le journaliste français emprisonné en Irak depuis 22 jours

a été libéré selon plusieurs sources.

La justice irakienne lui reprochait d’avoir photographié

des installations militaires. Il se trouve actuellement

à l’ambassade de France à Bagdad selon Alain Gresh,

journaliste au Monde diplomatique.

nad Nadir Dendoune dans l'Humanité

 

Publié dans l'Humanité | Pas de Commentaire »

Ce jeudi dans l’Humanité : gaz de schiste, le grand boum international

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 février 2013

 

GAZ DE SCHISTE

Une bombe géopolitique

 

Ce jeudi dans l'Humanité : gaz de schiste, le grand boum international dans Energie huma1402

Emmenée par les États-Unis, la course

aux hydrocarbures paraît officiellement

lancée à l’échelle internationale.

Disposant de réserves estimées non

négligeables, la France n’est pas sans

porter un certain intérêt à l’affaire.

Pour Marie-Claire Cailletaud,

de la fédération nationale des mines et

de l’énergie CGT, la France ne doit

ni renoncer à l’exploitation

de ses ressources ni se précipiter.

Entretien réalisé par Marie-Noëlle Bertrand.

 

 

La CGT mines énergie 
est contre la fracturation hydraulique et pour la poursuite de la recherche


en matière de gaz de schiste (1). 
Où placez-vous votre curseur ?

Marie-Claire Cailletaud. Notre position est claire : nous n’accepterons pas l’usage d’une technologie

susceptible d’occasionner des dégâts environnementaux ou sociaux. Or, c’est le cas de la fracturation

hydraulique aujourd’hui. En revanche, nous plaidons pour un renforcement des pôles de recherche.

Celle-ci nous a déjà permis et nous permettra encore de déboucher sur de nouveaux possibles.

Cela s’est vu pour le gaz de Lacq, trop soufré pour être utilisé tel quel, mais dont l’exploitation a finalement

été rendue possible grâce à la recherche. Des progrès sont par ailleurs attendus concernant le stockage

de l’électricité, par exemple, ou l’optimisation des énergies renouvelables. Il n’y a aucune raison de penser

que cela ne puisse pas être vrai pour le gaz de schiste. En outre, il nous paraît indispensable de quantifier

précisément les ressources dont nous disposons sous nos pieds. Que ce soit en matière de technologie

ou de potentiel de production, nos choix doivent s’appuyer sur des réalités scientifiques fiables.

Les industriels semblent prêts 
à promouvoir la première technologie venue…

Peut-on avoir confiance 
dans les données avancées ?

Marie-Claire Cailletaud. Le fait est 
que les intérêts financiers suscités sont très forts. Ce n’est pas

seulement vrai pour le schiste : à peine évoquée la possible exploitation du gaz de houille en Lorraine,

on entendait parler de compagnies australiennes ou britanniques intéressées par 
les contrats…

C’est le plus inquiétant dans le contexte actuel :

on voit arriver des entreprises étrangères qui ne s’intéressent, à travers ces exploitations, 


qu’à des mannes financières. 


[Lire la suite]

Publié dans Energie, Environnement, France | Pas de Commentaire »

Accord sur l’emploi : La FSU et Solidaires manifesteront avec la CGT et FO le 5 mars

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 février 2013

 

La FSU et Solidaires s’associent à la mobilisation du 5 mars

contre l’accord sur l’emploi

 

Accord sur l'emploi : La FSU et Solidaires manifesteront avec la CGT et FO le 5 mars dans CGT medef2

La FSU a fait savoir jeudi, lors de son 7e congrès

national à Poitiers, qu’elle s’associerait à la journée

de mobilisation du 5 mars organisée par la CGT et FO

contre le projet de loi sur la « sécurisation de l’emploi »,

l’union syndicale Solidaires indiquant qu’elle ferait

de même.

« Le 5 mars, nous serons ensemble dans cette bataille

contre cet accord », a indiqué la secrétaire générale

de la FSU Bernadette Groison, s’adressant au futur chef

de file de la CGT, Thierry Lepaon, venu intervenir devant

les congressistes.

Quelques minutes avant, ce dernier avait appelé

les adhérents de la FSU, principale fédération

de l’Éducation et seconde force de la fonction publique d’État,

à être « au coude à coude » avec la CGT pour protester contre l’accord sur l’emploi ,

un accord « en trompe l’oeil » qui « sécurise juridiquement les employeurs et flexibilise au maximum les salariés ».

D’une manière générale, il a dit « constater le retard pris par la politique pour trouver des voies de sortie

de crise. Depuis plus de 5 ans, depuis l’été 2007, nous ne pouvons noter aucune action d’envergure,

au contraire : les politiques d’austérité ont aggravé la crise », a-t-il ajouté.

« Seule l’intervention massive des salariés et de leurs syndicats peut permettre de changer

la donne, de modifier le rapport de force en faveur du travail », a-t-il poursuivi, soulignant que

« c’est dans ce cadre que depuis 2009, la CGT et la FSU ont choisi d’approfondir leurs relations ».

« Rien n’est acquis, comme on le voit avec l’accord national interprofessionnel (sur l’emploi). La conquête

des espaces de droit et de liberté est à chaque fois à remettre sur le métier », a souligné de son côté

Bernadette Groison, évoquant « d’énormes batailles à mener ensemble pour que soient respectés

les salariés, les chômeurs et le jeunes ».

Annick Coupé, porte-parole de Solidaires, a également indiqué que l’union syndicale, qui regroupe

notamment les syndicats SUD, s’associerait à la mobilisation. Pour Annick Coupé, cette manifestation a

un « double enjeu » : sur le fond du texte sur l’emploi, qui constitue une « régression très importante« ,

mais aussi sur la méthode choisie par le gouvernement, visant à transcrire le texte tel quel dans la loi.

« On a peur qu’ensuite on ait ça sur des dossiers comme celui des retraites », a-t-elle expliqué.

« Si cette affaire là passe, ce n’est pas bon pour les salariés, et cela ne présage rien de bon

pour les autres dossiers qui sont sur la table ».

La mobilisation du 5 mars aura lieu à la veille de la présentation en Conseil des ministres du projet de loi

sur la sécurisation de l’emploi, issu de l’accord signé le 11 janvier par trois centrales (CFDT, CFTC,

CFE-CGC) et le patronat.

*
humanitefr accord compétitivité dans Competitivite 14 Février 2013

Publié dans CGT, Competitivite, droit du travail, FO, France, FSU, Luttes, SOCIAL, Solidaires, Syndicats | Pas de Commentaire »

Tout savoir sur les pièges et les ruses de l’accord dit de « sécurisation de l’emploi » (L’Humanité Dimanche)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 février 2013

 

L’Humanité Dimanche décrypte l’accord de sécurisation de l’emploi

 

Tout savoir sur les pièges et les ruses de l'accord dit de Tout savoir sur les pièges et ruses de l’accord

dit de sécurisation de l’emploi, signé par le Medef

et trois organisations syndicales le 11 janvier

dernier. Sous couvert de droits nouveaux,

ce texte, qui détricote le code du travail, arrive

devant le Parlement en avril.

Il y a longtemps que les conquêtes sociales ne sont

plus vraiment au programme des accords

interprofessionnels. Or, dans l’accord conclu le 11

janvier entre le patronat et trois syndicats (CFDT, CFTC,

CFE-CGC), on nous parle de «généralisation

de la couverture complémentaire de frais de santé» (art. 1),

de «droits rechargeables à l’assurance chômage» (art. 3),

d’un «compte personnel de formation» (art. 5) ou encore

d’un «droit à une période de mobilité volontaire sécurisée»

(art. 7).

Dans le même temps, deux mesures sont conçues pour dissuader les employeurs d’abuser du CDD (art. 4)

et du temps partiel (art. 11), deux facteurs importants de précarité. On applaudit!

Nouveaux outils de flexibilité

Mais, au fil de l’accord, on découvre que, derrière les titres prometteurs des articles, au mieux ils n’apportent

pas grand-chose et le plus souvent font régresser les droits des salariés. Les employeurs, eux, gagnent

de nouveaux outils de flexibilité. Heureusement, les spécialistes du droit estiment que le texte n’est pas

transposable tel quel dans la loi. Mal écrit, imprécis, parfois même inapplicable ou contrevenant à des textes

aussi fondamentaux que la Constitution, la convention 158 de l’Organisation internationale du travail (OIT)

ou des directives européennes, l’accord national interprofessionnel (ANI) du 11 janvier nécessitera

un important travail de réécriture législative.

[Lire la suite]

 

Publié dans Competitivite, droit du travail, France, Humanite Dimanche | Pas de Commentaire »

Les PSA Aulnay sur les Champs-Élysées

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 février 2013

 

Cliquez sur l’image pour voir la vidéo

Les PSA Aulnay sur les Champs-Élysées  dans CGT psaaulnay2

capture d’écran

 

 

 

 

 

 

 

 *****************************************************

*

Perte historique pour PSA : un « effet d’annonce » pour la CGT

 

Cliquez sur l’image pour voir la vidéo

psamercier PSA Aulnay dans Emplois

capture d’écran

La CGT a contesté mercredi

les résultats financiers de

PSA Peugeot Citroën, qui dit

avoir essuyé en 2012

une perte nette historique

de 5 milliards d’euros, dénonçant un « jeu d’écriture comptable » de la part du groupe destiné,

selon le syndicat, à « noircir le tableau ».

« Nous contestons formellement ces chiffres », a indiqué Jean-Pierre Mercier, délégué CGT à l’usine PSA

d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) qui doit fermer en 2014 dans le cadre d’un vaste plan

de restructuration en France et est paralysée par une grève depuis la mi-janvier.

« Quand on analyse la situation, on note qu’il y a 4,7 milliards d’euros de dépréciations d’actifs, qui sont

purement un jeu d’écriture comptable. Les 300 millions d’euros restants ont été provisionnés

pour financer les 11 000 suppressions d’emploi », a assuré le délégué.

« Ce n’est pas de l’argent qui est sorti du groupe. (…) Comme d’habitude, la direction fait un effet

d’annonce, elle veut noircir le tableau pour justifier l’injustifiable« , a ajouté le responsable de la CGT.

« C’est un jeu avec le gouvernement pour obtenir des aides financières supplémentaires et pour choquer

l’opinion publique, choquer les salariés du groupe, faire avaler la pilule et préparer le terrain

sur de futurs accords de compétitivité dès que la fermeture d’Aulnay sera bouclée » (…)

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans CGT, Emplois, licenciements, Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Exigeons l’annulation des poursuites et des procédures de licenciement contre les militants syndicaux de PSA Aulnay

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 février 2013

 

Contre le licenciement et les poursuites judiciaires

à l’encontre des salariés en lutte à PSA Aulnay-sous-Bois

 

Exigeons l’annulation des poursuites et des procédures de licenciement contre les militants syndicaux de PSA Aulnay dans France militant

Depuis le 16 janvier, des centaines de salariés de PSA Aulnay-sous-Bois sont en grève contre la fermeture de leur usine et pour qu’aucun d’entre eux ne se retrouve au chômage. S’inscrivant dans un vaste plan de 11 200 suppressions d’emplois, cette fermeture aurait des conséquences désastreuses pour les 3 000 salariés de l’usine d’Aulnay, pour leurs familles et, au-delà, pour la Seine-Saint-Denis, un département sinistré. Après avoir longtemps menti en niant ce plan de licenciements, la direction de PSA veut aller vite en besogne. Cette grève constitue pour elle un obstacle, qu’elle veut briser au plus vite. PSA s’est engagée dans une stratégie de la tension, renouant avec des méthodes dont Citroën et Peugeot sont coutumières depuis toujours : lock-out, vigiles aux portes de l’usine, mobilisation de cadres et agents de maîtrise d’autres sites pour intimider les grévistes, campagne de presse, etc.

Elle se lance maintenant dans la criminalisation de l’action revendicative : Najib Azahriou, Onay Bunul, Salah Keltoumi, Samir Lasri, Agathe Martin et Julien Méléard ont été convoqués pour entretien préalable au licenciement, avec mise à pied conservatoire, et donc sans salaire. Quatre d’entre eux, ainsi qu’Ahmed Berrazzel, Abelghani Gueram et Youcef Zanoune, ont été convoqués à la Sûreté territoriale sur plainte d’huissiers payés par PSA. Tous sont ouvriers à PSA Aulnay depuis des années. Tous sont des militants actifs de la grève : en les visant, c’est la résistance ouvrière que cible la direction.

Nous ne pouvons rester indifférents ! En criminalisant, en licenciant ces militants, c’est la liberté syndicale qu’on met en cause. Le combat des salariés de PSA Aulnay est juste. Nous exigeons l’annulation des poursuites et des procédures de licenciement contre les militants syndicaux de PSA Aulnay.

Signer la pétition de soutien

Publié dans France, licenciements, Luttes, PETITION, SOCIAL | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy