• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 29 janvier 2013

Cuba crée quatre vaccins contre le cancer

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 janvier 2013

 

Cuba crée quatre vaccins contre le cancer :

une leçon aux firmes pharmaceutiques.

 

Cuba crée quatre vaccins contre le cancer dans Cuba cuba

José Manzaneda, coordinateur de Cubainformación.

Que Cuba ait déjà développé quatre vaccins contre différents types

de cancer est sans doute une nouvelle importante pour l’Humanité (1),

si nous tenons compte que, selon l’Organisation Mondiale de la Santé,

chaque année meurent dans le monde, par cette maladie,

environ 8 millions de personnes (2). Toutefois, les grands moyens

internationaux l’ont ignorée presque complètement.

 

 

En 2012 Cuba brevetait le premier vaccin thérapeutique contre le cancer du poumon au niveau mondial,

le CIMAVAX-EGF (3). ET en janvier 2013 on annonçait secondement, le Racotumomab (4).

Des essais cliniques dans 86 pays démontrent que ces vaccins, bien qu’ils ne traitent pas la maladie,

obtiennent la réduction des tumeurs et permettent une étape stable de la maladie, en augmentant

l’espérance et la qualité de vie.

Le Centre d’Immunologie Moléculaire de La Havane, appartenant à l’État cubain, est le créateur de tous

ces vaccins. Déjà en 1985 a été développé le vaccin de la méningite B (5), unique dans le monde, et plus

tard d’autres, comme celles qui combattent l’hépatite B ou la dengue (6). En outre, il fait des recherches

depuis des années pour développer un vaccin contre le VIH-SIDA (7). Un autre centre étatique cubain,

les laboratoires LABIOFAM, développe des médicaments homéopathiques aussi contre le cancer :

c’est le cas du VIDATOX, élaboré à partir du venin du scorpion bleu (8).

Cuba exporte ces produits pharmaceutiques dans 26 pays, et participe dans des sociétés mixtes en Chine,

au Canada et l’Espagne (9). Tout ceci casse complètement un stéréotype très étendu, renforcé par le silence

médiatique sur les avances du Cuba et d’autres pays du Sud : selon lequel la recherche

médico-pharmaceutique d’avant-garde se produit seulement dans les pays appelés « développés ».

[Lire la suite sur Le Grand Soir]

Vidéo1

Vidéo2

Publié dans Cuba, SANTE | Pas de Commentaire »

SUICIDE ET SACRIFICE Le mode de destruction hypercapitaliste (Jean-Paul Galibert)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 janvier 2013

 

Le suicide fait presque trois fois plus de victimes que les accidents de la route.

Suicide et sacrifice, par Jean-Paul Galibert

 

SUICIDE ET SACRIFICE Le mode de destruction hypercapitaliste (Jean-Paul Galibert) dans Culture suicide1Bernard Gensane

En 1897, Émile Durkheim postule que le suicide est un fait

social à part entière. Il observe que les individus intégrés

sont davantage préservés que les personnes marginalisées.

Les guerres, les révolutions protègent du suicide

car le sentiment d’appartenance à la société est renforcé

par de grands enjeux.

 

Durant le XXe siècle, la période durant laquelle les Français se sont le moins suicidés fut la Deuxième Guerre

mondiale. Un des pays où aujourd’hui, on se suicide le moins est Gaza. Même en temps de paix, on s’est

toujours moins suicidé au Mali qu’en Suède. Un suicide se produit en France toutes les quarante minutes.

700 000 personnes ont mis fin à leurs jours depuis 1945. Deux fois plus qu’au Royaume-Uni, en Espagne

ou au Pays-Bas. Le suicide fait presque trois fois plus de victimes que les accidents de la route.

L’intérêt du livre de Jean-Paul Galibert – qui va toujours à l’essentiel – est d’établir une relation dialectique

entre suicide et hypercapitalisme, un mode de production qui préfère « détruire que produire ».

Détruire le travail, détruire les classes ouvrières, en exigeant de tous et de chacun qu’ils soient

« absolument rentables, c’est-à-dire qu’ils rapportent tout et ne coûtent rien. » Une des stratégies de

l’hypercapitalisme est la scotomisation du réel par des écrans qui nous donnent tout à voir, mais qui sont

seuls à donner à voir. En outre, nous sommes libres, à condition d’être vus en permanence par les écrans.

L’hypercapitalisme « capte et supprime toutes les existences ». Il nie les cultures, les authenticités

et les remplace par des images.

Ce qui n’est pas rentable est détruit. La production sera donc détruite puisqu’elle ne fournit pas

de dividendes à deux chiffres. L’hypercapitalisme a choisi d’investir dans l’hyperrentabilité des activités

commerciales ou publicitaires, touristiques ou spectaculaires, où le travail est dérégulé. Le travailleur qui

ne peut se conformer à ces nouvelles exigences sera lui aussi détruit, ou se détruira.

Une entreprise rentable détruit du salaire en licenciant, en délocalisant, en infligeant des plans dits « sociaux ».

Le travailleur qui perd tout est renvoyé à lui-même, à ses déficiences, à sa faute. Comme par un fait exprès,

les employés et les ouvriers se suicident trois fois plus que les cadres. La littérature de fiction est désormais

riche de romans policiers ou noirs, où des travailleurs se tuent ou tentent de tuer les autres

(http://bernard-gensane.over-blog.com/article-florilege-34-70…). Plus de solidarité, mais la quête du maillon

faible (« le plus faible » dans le jeu anglais d’origine, ce qui signifie que TOUS les maillons sont faibles).

Lorsqu’un employé de France Télécom se suicide, les survivants se réconfortent en se disant qu’eux, au moins,

ne sont pas morts.

Autre stratégie de l’hypercapitalisme qui tue, le principe de précaution : « rassurer pour angoisser ». L’individu

ne doit plus avoir peur de quelque chose, il doit être, de manière intransitive, dans un état permanent de crainte.

suicide2 Jean-Paul Galibert dans POLITIQUE

[Lire la suite sur Le Grand Soir]

http://bernard-gensane.over-blog.com/


Publié dans Culture, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Dans l’Huma d’aujourd’hui : « Résistances à la chaîne dans l’automobile »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 janvier 2013

 

Ce mardi dans l’Humanité :

résistances à la chaîne dans l’automobile

 

Dans l'Huma d'aujourd'hui :

Débrayages pour dénoncer le « chantage »

aux fermetures de sites chez Renault,

reprise de l’occupation de l’usine PSA

d’Aulnay-sous-Bois…

Les salariés de l’automobile se mobilisent

contre les vastes restructurations prévues

dans les deux groupes.

Pour Pierre Khalfa, le coprésident de la

Fondation Copernic : « La question du coût

du capital n’est jamais posée ».

La direction de Renault espère boucler

aujourd’hui la négociation avec les syndicats

sur l’accord dit de « compétitivité-emploi ».

 

 

C’est aussi un des chapitres de l’accord national négocié avec le Medef.

Pourquoi la Fondation Copernic le qualifie d’accord « donnant-perdant » 
dans la note

qu’elle vient de publier ?

Pierre Khalfa. Il s’agit d’un accord profondément déséquilibré. Les « nouveaux droits pour les salariés »

qui y sont contenus sont de portée limitée, comportent nombre de dérogations qui en bornent

sévèrement l’application et de nombreuses dispositions qui en permettent le contournement. En revanche,

les mesures en faveur des entreprises amoindrissent considérablement les droits des salarié-e-s.

Deux exemples. Les signataires de l’accord se sont félicités de la majoration de cotisation des CDD.

Mais outre que cette majoration est de faible ampleur et ne sera donc pas un obstacle pour les employeurs,

elle peut être facilement contournée. Et le patronat a même obtenu une compensation financière

pour la mise en œuvre de cette mesure.

Par contre, un « accord de maintien dans l’emploi » pourra imposer aux salariés des baisses de salaires

et/ou une augmentation du temps de travail sous peine 
de licenciement, sans que l’employeur soit soumis

aux contraintes liées au licenciement économique. Le maintien dans l’emploi n’est prévu que le temps

de l’accord, c’est-à-dire deux ans maximum, les salariés pouvant être licenciés après.

Renault veut accroître le temps de travail, entériner la possibilité de baisser les salaires,

développer les mobilités internes forcées… L’accord national a négocié aussi ces points.

Délivre-t-il un permis de chantage patronal ?

Pierre Khalfa. L’accord donne de nouvelles possibilités à l’employeur pour imposer 
sa volonté. Il réduit

considérablement 
les possibilités pour les salariés de résister aux desiderata patronaux.

Ainsi, avec 
les « accords de maintien dans l’emploi », 
il remet en cause ce que les juristes appellent

le principe de faveur, 
qui empêche un accord d’entreprise d’être moins favorable aux salariés que la loi

ou les accords de niveau supérieur. Une garantie importante pour les salariés saute, les laissant seuls

dans un face-à-face avec l’employeur. Les salariés seront donc le dos au mur face au chantage patronal.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Publié dans ECONOMIE, Emplois, licenciements, Luttes, POLITIQUE, Politique industrielle, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Goodyear : « le gouvernement ne peut rester l’arme au pied »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 janvier 2013

 

Goodyear :

« le gouvernement ne peut rester l’arme au pied »

 

Goodyear : « le gouvernement ne peut rester l'arme au pied » dans Competitivite goodyear-amiens

Depuis 6 ans, les salariés de Goodyear sont mobilisés

pour maintenir les emplois et leur site de production,

dans le département de la Somme qui compte 12%

de chômeurs, 3 points de plus qu’au niveau national.

Aujourd’hui, le groupe américain riche de plus de

50 sites dans le monde a pour objectif de délocaliser

sa production de pneus pour suivre

les constructeurs automobiles, comme Renault et répondre à l’appétit de ses actionnaires.

Il risque d’annoncer le 31 janvier, lors du CCE la fermeture du site d’Amiens Nord.

Ce groupe américain, tout en continuant à verser des dividendes à ses actionnaires, s’apprête à jeter

1250 salariés et leur famille dans le chômage et la précarité de vie, au nom de la compétitivité et en

toute impunité. C’est honteux et inacceptable !

Les plans sociaux, délocalisations, fermetures frappent toutes les industries avec leurs conséquences

sur les PME TPE, sans réelle réaction du gouvernement qui reste l’arme au pied.

Comme l’exigent les parlementaires communistes et Front de Gauche, il est urgent que l’État prenne

la mesure de la dureté de l’attaque des grands groupes financiers comme Mittal, Butler, Unilever et

maintenant Goodyear contre les emplois industriels et fasse voter des lois contre les licenciements

boursiers.

Le PCF apporte toute sa solidarité aux salariés de Goodyear et soutient leur rassemblement à

Paris le 29 janvier.

Communiqué du PCF

Publié dans Competitivite, ECONOMIE, Emplois, France, licenciements, Luttes, PCF, POLITIQUE, Politique industrielle, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Éducation : « Un nouveau sale coup pour Maubeuge et le Val de Sambre »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 janvier 2013

 

Le Val de Sambre a droit à des formations supérieures de qualité !

 

Éducation :

 

A l’heure de l’ouverture d’un nouveau pôle universitaire

à Maubeuge, l’Académie de Lille décide de supprimer

des formations au Lycée André Lurçat.

 

 

C’est un nouveau sale coup pour notre ville et le Val de Sambre tout entier.

 

Pour maintenir une activité économique forte, notre territoire a besoin de formations supérieures de qualité.

C’est le cas du Diplôme de Comptabilité Générale, seul diplôme de niveau bac + 3 en lycée,

proposé au Lycée André Lurçat. De fait, c’est le plus haut diplôme d’enseignement supérieur proposé

dans notre arrondissement.

L’Académie de Lille a décidé unilatéralement de supprimer cette formation. Les étudiants en première

et seconde années ne pourront même pas finir sur place leurs études !

Nous partageons la colère des étudiants et des personnels du Lycée. Maubeuge doit cesser d’être méprisée

par les pouvoirs publics.

Parallèlement à la construction du pôle universitaire, les conditions d’accueil d’un grand nombre

d’étudiants doivent être créées. S’il le faut, le Lycée Lurçat doit être doté d’un internat, ce qui lui

permettrait d’attirer le nombre d’élèves nécessaires pour ses formations supérieures.

Cette nouvelle provocation fait suite à de nombreuses suppressions de diplômes et de classes tant

au Lycée Lurçat qu’au Lycée Forest (filières industrielles) ces dernières années.

Les communistes de Maubeuge appellent l’ensemble des citoyens à s’emparer de la question.

L’avenir économique du secteur dépend de la qualité de nos formations.

Les personnels de l’Éducation Nationale auront raison de profiter de la journée de grève

et d’action CGT/FSU/Solidaires du 31 janvier, s’opposant aux suppressions de postes,

à la journée de carence, et exigeant une revalorisation salariale globale dans la fonction publique.

Les communistes sont à leurs côtés.

Maubeuge, 26 janvier 2013

PCF Maubeuge

Xavier Dubois
secrétaire de la cellule de Maubeuge du PCF

Publié dans Education nationale, INFOS | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy