• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 24 janvier 2013

François Daniellou : « La compétitivité des entreprises passe par le renforcement du pouvoir des salariés »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 janvier 2013

 

DÉMOCRATISER LE TRAVAIL

« La compétitivité des entreprises passe par le renforcement

du pouvoir des salariés »

 

François Daniellou : « La compétitivité des entreprises passe par le renforcement  du pouvoir des salariés » dans Chomage travail3Par Ivan du Roy (24 janvier 2013)

Que signifie vraiment être compétitif

pour une entreprise ?

Est-ce réduire les coûts à tout prix, quitte

à détruire les compétences des salariés

et à étouffer toute créativité ?

Pour François Daniellou, professeur

d’ergonomie à l’École nationale

supérieure de cognitique,

la compétitivité des entreprises françaises passe au contraire par une démocratisation du travail

et un renforcement du pouvoir des salariés, les mieux à même de définir

« ce qui fait la performance de leur activité ». Une démocratisation dont le patronat ne veut pas.

Basta ! : « La crise sert à tester jusqu’où on peut aller dans la flexibilité », alertiez-vous

il y a quatre ans. Quel bilan dressez-vous aujourd’hui ?

François Daniellou [1] : Il existe une flexibilité visible : le chômage partiel, les grands plans de licenciements

ou de suppressions d’emplois dans l’industrie. Et une flexibilité quasiment invisible : la sous-traitance

en cascade dans le BTP, le recours à des salariés, notamment étrangers, dans des conditions extravagantes.

Le niveau d’inventivité de formes d’emplois de plus en plus précaires est sans limite ! En tant qu’ergonome,

quand j’accompagne un inspecteur du travail, j’ai l’impression de visiter les soutes de la République.

Dans une agence d’intérim, un inspecteur a même découvert un logiciel d’optimisation des fraudes. La crise a

bien été l’occasion de perfectionner sans arrêt la précarité de l’emploi.

Comment renverser le discours dominant qui présente le travail essentiellement comme un coût,

comme une charge pour les entreprises ?

Si on paie un ouvrier, cela veut bien dire que l’on a besoin de son intelligence, sinon le poste serait automatisé.

Si c’est juste faire ce qui est prévu, il n’y a pas besoin d’un travailleur. Ce qui fait la compétitivité

des entreprises, c’est la compétence des salariés. Dans toute situation de travail, des choses ont été prévues

par l’organisation et le management, d’autres non. Si les travailleurs faisaient seulement ce qu’on leur demande,

rien ne sortirait des ateliers ou des bureaux. Cela s’appelle la grève du zèle. Pour pallier l’imprévu, les travailleurs

déploient leur intelligence. Or, dans la majorité des entreprises françaises, les travailleurs sont obligés de

se battre contre l’organisation pour compenser ce qui n’a pas été prévu. Ils le font dans l’ombre, sans que cela

soit reconnu, débattu ou rémunéré. Quand ils sont obligés de prendre énormément sur eux pour bien faire

leur travail, quand l’écart entre ce que le management leur dit de faire et ce qu’ils doivent réellement accomplir

pour que cela fonctionne est trop important, cela engendre des problèmes de santé. En France, on utilise

l’intelligence des salariés à compenser les carences de l’organisation plutôt qu’à la faire progresser.

[Lire la suite sur Basta !]

En photo : scène du film Brazil (Terry Gilliam, 1985)

Creative Commons License

Publié dans Chomage, droit du travail, IDEES - DEBATS - PHILO, SOCIAL | Pas de Commentaire »

La commission européenne vient de démentir sa volonté de geler les procédures d’autorisation de cultures de nouveaux OGM

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 janvier 2013

 

Consultation OGM :

les citoyens européens invités à se prononcer 

 

La commission européenne vient de démentir sa volonté de geler les procédures d’autorisation de cultures de nouveaux OGM dans Agriculture ogm-attention-danger

Par Sophie Chapelle (24 janvier 2013)

Marche arrière toute. La commission européenne vient de

démentir sa volonté de geler les procédures d’autorisation

de cultures de nouveaux OGM, contrairement à ce qu’affirmait

le titre d’une dépêche AFP largement reprise telle quelle

dans les médias.

Deux OGM sont actuellement autorisés à la culture dans

l’Union européenne, la pomme de terre Amflora de BASF et

le maïs Mon810 de Monsanto.

Sept demandes d’autorisations à la culture sont en attente :

six pour du maïs et une pour du soja.

Loin de geler ces demandes de mise en culture, la Commission

n’a en fait pas encore décidé les procédures d’autorisation

qu’elle allait mettre en œuvre, en lien avec les États membres. « Notre priorité est de nous mettre d’accord

sur de nouvelles règles »précise le porte-parole de Tonio Borg, le nouveau commissaire de la Santé et

des Consommateurs. Jusqu’à présent, seuls des arguments scientifiques, prouvant un danger manifeste pour

l’environnement ou la santé, pouvaient justifier « une clause de sauvegarde », adoptée par huit pays :

la France, l’Allemagne, le Luxembourg, l’Autriche, la Hongrie, la Grèce, la Bulgarie et la Pologne.

Imbroglio européen

Le nouveau commissaire souhaite relancer les discussions en laissant aux États-membres la possibilité de

s’opposer à des cultures d’OGM sur la base d’arguments « socio-économiques », comme par exemple

la disparition d’une agriculture paysanne au profit d’une agriculture industrielle. Mais plusieurs pays,

dont la France, bloquent cette proposition. Ils considèrent que ces règles pourraient être rejetées par

l’Organisation mondiale du commerce et plaident pour le renforcement des évaluations au niveau européen [1].

Illustration supplémentaire des divisions européennes sur les OGM : le Commissaire européen à l’Agriculture,

Dacian Ciolos, a lancé le 15 janvier une offensive contre les plantes génétiquement modifiées avec

l’ouverture d’une consultation pour demander aux Européens s’ils veulent le développement d’une agriculture

biologique sans OGM. La consultation est ouverte jusqu’au 10 avril 2013.

Notes

[1] Lire à ce sujet : OGM : la Commission européenne tente de passer en force

Source : Basta !

Illustration ajoutée par nous

Creative Commons License

Publié dans Agriculture, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Évasion fiscale de Bernard Arnault : silence sur les révélations de l’Humanité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 janvier 2013

 

Bernard Arnault en Belgique

Révélations sur l’évasion fiscale d’Arnault :

il fallait lire l’Humanité il y a 6 mois !

 

Évasion fiscale de Bernard Arnault : silence sur les révélations de l'Humanité dans Fraude fiscale huma1

Dans son édition du 19 septembre dernier,

l’Humanité révélait, chiffres à l’appui,

la vaste opération d’évasion fiscale de

Bernard Arnault en Belgique.

Des chiffres tus à l’époque, soudainement

repris ce jeudi dans la presse sous forme de révélation.

Arnault : silence sur nos révélations

Remarquable discrétion des principaux médias, hier, sur l’enquête révélant l’ampleur des transferts

financiers effectués par le patron de LVMH en Belgique.

 

une-hq_6 Bernard Arnault dans l'Humanité

Hier matin, à notre connaissance, à l’exception des revues

de presse de France Inter, les principaux médias s’en sont

tenus à la « motus et bouche cousue attitude » sur

nos révélations concernant la délocalisation par Bernard

Arnault

d’une partie de son patrimoine en Belgique et la préparation,

dans ce même pays, de sa propre succession à moindres frais.

Pourtant, notre journal a publié un communiqué envoyé

à l’ensemble de la presse. Il y reprenait succinctement

nos révélations. Il indiquait notamment que « l’Humanité apporte

dans son édition de mercredi de nouvelles révélations sur les

transferts de fonds colossaux réalisés par le patron

de LVMH vers des sociétés belges.

 

 

huma190911 évasion fiscale

De 2008 à 2010, l’actif des onze sociétés belges de l’empire Arnault

– mais essentiellement LVMH Finance Belgique et Hanninvest

 – est passé de 2,2 milliards à 16,6 milliards d’euros. Celles-ci ont

bénéficié des principales déductions offertes par la législation belge !

Résultat : ces sociétés n’ont payé que 24 millions d’impôts

sur un bénéfice de 630 millions, soit un taux d’imposition de 3,84 % ».

Chez LVMH, on n’est pas au courant…

Le communiqué informait en second lieu que notre journal révélait

également « les libertés prises » par Bernard Arnault avec les obligations

légales : Pilinvest, la société mère de la fondation privée

Protectinvest, destinée à préparer la succession de Bernard Arnault

et à verser des rentes à ses héritiers, « n’a pas publié de comptes annuels en 2010 et 2011,

alors qu’elle a connu de gros transferts de fonds ».

[Lire la suite sur humanite.fr]

Publié dans Fraude fiscale, l'Humanité | 1 Commentaire »

Lancement de la « campagne contre l’austérité » : revivez le meeting du Front de gauche à Metz

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 janvier 2013

 

Lancement de la campagne « L’alternative à l’austérité, c’est possible »

 

Retrouvez les interventions des salariés d’ArcelorMittal, de Sanofi ou de Virgin

ainsi que celles de Clémentine Autain, Christian Picquet, Myriam Martin,

Jean-Luc Mélenchon et Pierre Laurent au meeting de Metz


Interventions des salariés et discours de Jean-Luc Mélenchon

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

CNPCF

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

CNPCF

Clémentine Autain de la FASE

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

CNPCF

Christian Picquet de la Gauche unitaire

*

Myriam Martin de la Gauche anticapitaliste

 

 

Publié dans Austerite, Emplois, France, Front de Gauche, Gauche unitaire, Jean-Luc Melenchon, Luttes, Parti de gauche, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE, Pouvoir d'achat, Salaires, Syndicats | Pas de Commentaire »

Dans l’Huma d’aujourd’hui : NATIONALISATION : Les sidérurgistes rouvrent le dossier

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 janvier 2013

 

ArcelorMittal

Dans l’Humanité ce jeudi :

pour les sidérurgistes, la solution s’appelle nationalisation

 

Dans l'Huma d'aujourd'hui : NATIONALISATION : Les sidérurgistes rouvrent le dossier dans ECONOMIE huma24011

Mercredi, une centaine de salariés lorrains

d’ArcelorMittal ont, dans un climat tendu,

fait le siège de l’Élysée. Ils refusent l’arrêt

des hauts-fourneaux, avalisés par Jean-Marc

Ayrault et réclament toujours

la « nationalisation temporaire » du site.

 

 

A lire dans notre édition :

   – De Florange à l’Élysée, la déception monte chez

les sidérurgistes, récit de leur journée de lutte

   – « Il est temps de construire une stratégie de conquête« ,

entretien avec le député PCF du Nord, Alain Bocquet,

rapporteur de la commission d’enquête sur la sidérurgie

   – Les députés mènent l’enquête

   – L’acier au clair soleil de la Bourse, l’édito de Patrick Apel-Muller

Et aussi :

  • La belle affaire du crédit d’impôt compétitivité
  • Ecole: « Parler de privilégiés est aberrant », entretien avec Sébastien Sirr, responsable du SNUIpp-FSU
  • « La crise malienne est celle d’un État en faillite », l’analyse de Martin Verket, anthropologue
  • Culture: notre sélection de livres
  • Cactus, notre supplément hebdomadaire corrosif

Toute l’actualité sur l’Humanité.fr

Publié dans ECONOMIE, l'Humanité, POLITIQUE, Politique industrielle | Pas de Commentaire »

Accord « sécurisation de l’emploi » : Le droit au travail dynamité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 janvier 2013

 

Accord

Cliquez sur l’image pour lire le tract

travail2 dans Emplois

 

Publié dans droit du travail, Emplois, Luttes, PCF, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Rapport de la Cour des comptes sur le marché du travail : une offensive générale contre l’emploi !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 janvier 2013

 

Rapport Cour des comptes :

une offensive générale contre l’emploi !

 

Rapport de la Cour des comptes sur le marché du travail : une offensive générale contre l'emploi ! dans Chomage chomage

Dans un contexte où le chômage atteint en France

des records, où le président de la République a fait

de l’inversion de la courbe du chômage l’essentiel

de son objectif pour 2013, la Cour des comptes

vient de rendre public son rapport sur le marché du travail.

Clairement inscrit dans les accords de sécurisation

de l’emploi refusés par la CGT et FO, mais entérinés

par les organisations patronales, MEDEF en tête, la CFDT,

la CFTC et la CFE-CGC, le rapport vise à inciter

à l’adaptation de cette politique publique de l’emploi

aux mesures préconisées dans cet ANI du 11 janvier 2013.

Chaque élément clé de cet accord interprofessionnel y est traité, alors même qu’il doit faire l’objet

d’une transposition dans la loi et donc faire l’objet d’un débat parlementaire par la représentation nationale.

En réalité, la Cour des comptes fournit avec ce rapport une trame très orientée contre les chômeurs et l’emploi

aux futures renégociations de la convention Unédic.

Dans le même temps, le rapport s’inquiète de l’explosion du chômage en France, qui rend déjà caduc la promesse

de François Hollande sur l’inversion de la courbe du chômage à la fin de l’année. Et il recherche par tous

les moyens à freiner le niveau des dépenses d’indemnisation des chômeurs d’ores et déjà prévisible, au nom de

la maitrise des déficits publics. A la grande joie du patronat.

Après les accords de sécurisation de l’emploi, ce rapport ouvre un front supplémentaire dans la grande offensive

menée par le patronat contre l’emploi et les chômeurs. On regrette une fois de plus l’appui que lui donne

le gouvernement. Les français n’ont pas voté pour cela en mai dernier.

Communiqué du PCF

Lire également :

Mise en condition des esprits pour un nouveau dépeçage de l’assurance chômage

Droits rechargeables pour les chômeurs, c’est du pipeau !

 

Publié dans Chomage, Emplois, France, POLITIQUE, Politique nationale, SOCIAL | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy