• Accueil
  • > France
  • > Libération de Georges Ibrahim Abdallah : la justice reporte sa décision

Libération de Georges Ibrahim Abdallah : la justice reporte sa décision

Posté par communistefeigniesunblogfr le 14 janvier 2013

 

Libération de Georges Ibrahim Abdallah :

la justice reporte sa décision

 

Libération de Georges Ibrahim Abdallah : la justice reporte sa décision dans France abdallah

Une nouvelle période d’incertitudes s’ouvre

pour le révolutionnaire libanais Georges

Ibrahim Abdallah, condamné à perpétuité

et emprisonné depuis 28 ans dans la prison

de Lannemezan (Hautes-Pyrénées), après

la décision de la justice française

de repousser toute décision sur sa libération

conditionnelle dans l’attente d’un hypothétique arrêté d’expulsion.

Le tribunal d’application des peines de Paris (TAP) réuni lundi, a finalement convenu d’attendre quinze jours,

le 28 janvier, pour dire s’il accorde ou non une remise en liberté à l’ancien chef des Fractions armées

révolutionnaires libanaises (FARL), incarcéré depuis 1984 en France pour complicité dans l’assassinat de

deux diplomates. Cette requête bloque actuellement sur l’absence d’arrêté d’expulsion du territoire de

Georges Ibrahim Abdallah, sans lequel la justice ne peut l’autoriser à sortir de prison.

En l’attente de cet hypothétique arrêté, dont la signature relève de l’Intérieur, le TAP avait

une première fois ajourné sa décision au 14 janvier. Dans le même temps, il avait émis, en novembre,

un avis positif de principe sur la libération du Libanais qui n’avait pas valeur définitive. Constatant lundi

qu’aucune initiative n’avait été prise place Beauvau, les juges ont donc décidé d’un nouveau délai plutôt

que de rejeter la requête de Georges Ibrahim Abdallah, ce qui sera inévitable si l’arrêté d’expulsion n’était

pas pris.

Cet ajournement traduit, aux yeux des défenseurs du Libanais, un affrontement à fleurets mouchetés entre

la justice et l’exécutif français sur le sort de l’ancien activiste.

« Est-ce que le gouvernement est contre les juges et contre la liberté, pour les États-Unis et pour Israël ? »,

a fulminé son avocat Jacques Vergès.

[Lire la suite sur humanite.fr]

À lire :

la plaidoirie qu’une avocate avait présentée, en novembre 2012, pour le 24e Concours International

de Plaidoiries pour les Droits de l’Homme du Mémorial de Caen, qui aura lieu en février 2013.

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy