• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 12 janvier 2013

Humour

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 janvier 2013

 

Glossaire Humoristique (un tantinet anti-clérical !)

 

Cliquez sur les images pour agrandir.

Humour  dans Humour humour241-300x217humour25-300x212 dans POLITIQUE

humour26-300x300humour27

Vu sur Moissac au Coeur

Publié dans Humour, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Négociations emploi : La CGT et FO dénoncent « un jour sombre pour les droits des salariés », qui « renforce la précarité ».

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 janvier 2013

 

Négociations emploi :

 

l’accord trouvé instaure plus de précarité

 

Récit.

Négociations emploi : La CGT et FO dénoncent

Plus de flexibilité pour les entreprises

contre quelques droits nouveaux

aux salariés.

L’accord sur la réforme du travail satisfait

amplement les représentants du patronat.

Ceux de la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC

en donnent un avis positif.

La CGT et FO dénoncent « un jour sombre pour les droits des salariés »,

qui « renforce la précarité ».

 

Retour sur cette journée particulière pour le droit du travail.

[...]

22 heures 15. Après une ultime interruption de séance, un projet d’accord est trouvé

La CFDT et la CFTC se disent prêtes à signer. La CFE-CGC réserve sa réponse qui devrait être positive.

Lors des dernières modifications, le patronat a notamment cédé sur la revendication de la CFDT sur la taxation

des CDD d’usage. Pour Patrick Pierron, de la CFDT, « ce projet d’accord est ambitieux pour lutter contre

le chômage, favoriser l’emploi et lutter contre précarité ».

Interrogé sur les nombreuses flexibilités du texte, facilités pour licencier et en prime la création de dernière

minute d’un CDI intérimaire(!), le syndicaliste botte en touche.

L’avis de Joseph Thouvenel de la CFTC, est aussi positif.

Pour Marie-Françoise Leflon, de la CFE-CGC, « on a abouti à un accord plus équilibré qu’au début

de la négociation ».

De son côté, Patrick Bernasconi, pour le Medef, se réjouit. Il a obtenu un texte très largement en faveur

du patronat. « Nous allons être une meilleure référence en terme de flexisécurité pour le travail

et les entreprises », sourit-il.

Pour FO et la CGT, c’est un « non » ferme. 

Stéphane Lardy, de Force ouvrière, enrage : « C’était les soldes pour les droits des salariés« . 

Pour Agnès le Bot, de la CGT, « c’est un accord proprement inacceptable, à contrario de l’objectif initial

de sécurisation de l’emploi. Les entreprises seront plus libres de licencier. On va informer et mobiliser

les salariés ».

Les centrales syndicales consulteront leurs instances la semaine prochaine pour confirmer leur avis sur la signature.

[Article complet sur humanite.fr]


 

accord-emploi dans CFE-CGCCliquez sur l’image pour lire

l’accord final sur la sécurisation de l’emploi

Publié dans CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, Chomage, droit du travail, ECONOMIE, Emplois, FO, France, licenciements, PRECARITE, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

Négociation emploi : Pas une seule avancée dans l’accord… sauf pour le patronat !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 janvier 2013

 

Négociations emploi 

 

  • Rien contre le chômage, le Medef a bloqué tout avancée

pour les salariés dans cet accord « AXA » signé par une minorité

syndicale

 

Rien contre le chômage, le Medef a bloqué tout avancée pour les salariés dans le contenu

des « accords de Wagram » signés par une minorité syndicale

L’encensement de cet « accord de Wagram » (il s’est tenu au siège du patronat !) par les médias ne durera pas,

l’accord est régressif, signé par une minorité de syndicalistes et ne fera pas un seul chômeur en moins.

Du point de vue de l’inversion de la courbe du chômage en 2013, ils sont hors sujet.

Il n’y a pas une seule avancée… sauf pour le patronat. C’est un « accord AXA ». 2,5 milliards pour AXA en 2016.

Et même pour les contrats courts, le patronat se met un différentiel de 45 millions dans la poche. Le plus grave

c’est que la loi Warsmann, article 40 présentée par Sarkozy le 31 janvier, publiée J0 le 22 mars, voit en quelque

sorte ses décrets d’application : les « accords dits de compétitivité » seront autant de ruptures de l’ordre public

social.

Appelons les directions de la CFDT, CGC, CFTC à ne pas faire bande à part, à ne pas le ratifier et à revenir

dans le cadre de l’unité syndicale !

Appelons les députés à ne pas s’engager dans la voie de ratification d’un pareil accord !

Mobilisons car rien de tout ça n’aboutira avant mai 2013 (le temps des ratifications, le temps du conseil

d’état, celui du conseil des ministres, et celui des assemblées et des recours).

Donc on a le temps d’expliquer, de combattre et de gagner !


Examinons ci dessous les 13 points (adoptés) qui portent malheur

[Lire la suite sur le blog de Gérard Filoche]

 

  • le code du travail chamboulé

 

moduler le temps de travail à la hausse en fonction des besoins de l’employeur

 

Négociation emploi : Pas une seule avancée dans l'accord... sauf pour le patronat ! dans Austerite travail

Le nouvel accord sur l’emploi trouvé ce vendredi

soir et qui devrait être signé par les représentants

du patronat d’un côté, de l’autre par la CFDT,

de la CFTC et de la CFE-CGC, fait pencher la balance

du côté de la flexibilité.

La sécurisation des parcours pour les travailleurs en prend

un sacré coup, malgré quelques petites avancées.

Voici les principaux points, qui pour s’appliquer, devront être traduits dans la loi.

Sécurisation des salariés et chômeurs

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Austerite, CFDT, CFE-CGC, CFTC, Chomage, Competitivite, droit du travail, ECONOMIE, France, licenciements, SOCIAL, Syndicats | Pas de Commentaire »

Dans la « vallée de la mort » en Normandie, la poussière n’a pas fini de tuer

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 janvier 2013

 

DÉSASTRE SANITAIRE

La « vallée de la mort » en Normandie continue de tuer

ses habitants et ses ouvriers

 

Dans la

Par Simon Gouin  8 janvier 2013

Les usines sont fermées, mais continuent de tuer. Les ouvriers qui y ont

travaillé comme les habitants qui vivent à proximité.

En cause : l’amiante, utilisé avant son interdiction par les entreprises Valeo,

Ferodo ou Honeywell, dans cette vallée industrielle entre Calvados et Orne.

Des poussières d’amiante continuent de s’échapper des usines abandonnées,

contaminant eau, air et sols. Certaines entreprises refusent pour l’instant

de dépolluer.

 

Reportage dans la « Vallée de la mort », où l’amiante n’a pas fini de provoquer des cancers,

dans l’indifférence générale.

 

caligny Amiante dans FranceL’ancienne usine est à l’abandon, au bord d’une petite route.

Des pans de murs menacent de tomber, la cheminée s’écroule,

le plafond s’effondre : certains jours, les riverains entendent

des éboulements.

Il suffit d’un peu de vent pour qu’un nuage de poussières

s’échappe alors par les vitres cassées.

De la poussière d’amiante. Ancienne filature de coton,

cette usine de Caligny, dans l’Orne, est exploitée

dans les années 1960 par l’entreprise Valéo/Ferodo, pour fabriquer des tissus à partir de fibres d’amiante [1].

Cinquante ans plus tard, alors que la région est ravagée par les conséquences de la poussière tueuse,

l’amiante est toujours présent dans cette usine du « Pont ». Et continue de polluer les alentours.

Aux premières loges : une dizaine de familles vivent à quelques mètres de l’usine. De l’autre côté de la route,

Odette Goulet assiste avec inquiétude à la détérioration du site. Elle habite ici depuis 1972. Le bâtiment était

alors en très bon état. Peu de gens s’inquiétaient de l’amiante. Au fil des ans, Odette a vu les conséquences

de l’amiante sur la région. Son mari est mort en 2008 d’un mésothéliome, un cancer de la plèvre lié

à l’exposition aux poussières d’amiante, après 24 ans de travail dans une usine de Condé-sur-Noireau,

à quelques kilomètres de là. Odette Goulet voit aujourd’hui s’écrouler, en face de chez elle, les cartons remplis

d’amiante qui isolaient le bâtiment. Dans une petite boite en plastique, elle a conservé un nid que son mari a

trouvé dans leur jardin.  « Il est constitué de fils d’amiante, explique-t-elle. Des fils qui polluent tout le terrain

de l’usine. » Son mari lui a demandé de bien garder ce nid. Pour témoigner, montrer la fibre qui l’a emporté.

De l’amiante dans l’eau potable ?

« Il y a de la poussière partout, collée au plafond », décrit Jean-Claude Barbé, vice-président de l’Association

locale de défense des victimes de l’amiante (Aldeva). Dans un grand classeur, il a rangé les photos de sa visite

à l’intérieur de l’usine, en 2006. « Imaginez comment ça doit être, désormais ! » Sur le terrain, tout autour,

des déchets ont été enterrés ou posés sur le sol. L’eau les charrie, quand les pluies abondantes gonflent

la rivière du Noireau, qui contourne l’usine, et le bief, ce canal qui apportait l’eau jusqu’à l’usine

avant de se jeter dans la rivière.

[Lire la suite sur Basta !]

Simon Gouin (texte et photos)

Photo de une : source

Creative Commons License

Publié dans Environnement, France, SANTE | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy