• Accueil
  • > Chili
  • > Victor Jara : quarante ans après son assassinat, ses tortionnaires enfin poursuivis par la justice

Victor Jara : quarante ans après son assassinat, ses tortionnaires enfin poursuivis par la justice

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 janvier 2013

 

Assassinat du chanteur et militant communiste chilien Victor Jara :

quarante ans après, ses tortionnaires enfin poursuivis par la justice

*

Victor Jara : quarante ans après son assassinat, ses tortionnaires enfin poursuivis par la justice dans Chili jaraArticle AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

Quarante ans après l’assassinat sauvage du chanteur

et militant communiste Victor Jara, l’arrestation de huit

de ses tortionnaires fait vivre un espoir bien tardif.

Que justice soit enfin faite.

Victor Jara aurait 80 ans aujourd’hui. Mais cinq jours après

le coup d’État qui a tué le président démocratiquement élu

Salvador Allende, et avec lui l’espoir du socialisme

à la chilienne, la figure de la « Nueva cancion » chilienne

engagée était réduit à jamais au silence.

Le 11 septembre 1973, les forces armées putschistes encerclaient l’Université technique d’État du Chili,

internant dans le stade de Santiago du Chili l’ensemble des étudiants et enseignants qui occupaient le campus.

« Quel visage horrible que celui du fascisme ! » : les dernières paroles du chanteur aux mains brisés

Parmi eux, Victor Jara, militant du Parti communiste et voix de la révolution. Deux bonnes raisons

pour les militaires putschistes de faire taire celui qui « ne chantait pas pour chanter ».

*

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

Emmenés dans les vestiaires improvisés en salle de torture, il est soumis à la « question ».

Son instrument de travail, ses mains sont brisées par ses tortionnaires. Ramené à ses camarades,

il livre alors ses dernières paroles :

« Nous sommes 5 000 ici, ici se trouvent 10 000 mains qui cultivent la terre et font tourner

les usines. Le visage d’une humanité soumis à la faim, au froid, à la peur, à la souffrance,

aux pressions morales, à la terreur et à la folie humaine.

Quel visage horrible que celui du fascisme. Ils appliquent leurs plans avec une précision

diabolique, sans se soucier du reste. Le sang est leur récompense.

Mais ma conscience se réveille soudain et je vois que cette marée n’a aucun cœur qui bat,

si ce n’est le battement des machines et des militaires montrant leurs doux visages

d’accoucheurs. Qu’il est difficile de chanter l’horreur ! »

[Lire la suite sur solidarite-internationale-pcf]

Ses funérailles, 36 ans après son assassinat

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

Image de prévisualisation YouTube

sur youtube

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy