• Accueil
  • > Racisme - Xenophobie
  • > La lutte contre l’immigration, nouveau marché en vogue pour les sociétés de sécurité et d’armement.

La lutte contre l’immigration, nouveau marché en vogue pour les sociétés de sécurité et d’armement.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 octobre 2012

 

SÉCURITÉ PRIVÉE

Le business de la xénophobie en plein boom

Par Nolwenn Weiler (30 octobre 2012)

 

La lutte contre l’immigration est le nouveau marché en vogue pour les sociétés de sécurité

et d’armement. Dans un livre, la juriste Claire Rodier décrypte le boom

de cette « xénophobie business ». Où l’on apprend que les sociétés privées, appuyées

par la Commission européenne, investissent des dizaines de millions d’euros

dans des technologies anti-migrants, que GDF-Suez, via une filiale, gère des centres

de rétention… Entretien.

La lutte contre l’immigration, nouveau marché en vogue pour les sociétés de sécurité et d’armement. dans Racisme - Xenophobie immigration-300x199

Basta !  : Lorsque le business de l’immigration est évoqué,

c’est le plus souvent pour pointer du doigt les « passeurs ».

Qui d’autre profite de la sécurisation des frontières ?

Claire Rodier [1]  : Les discours des responsables politiques

sur les « affreux passeurs » sont une façon pour les États de se

dédouaner, comme si ceux qui font passer les frontières moyennant

finances étaient les seuls responsables de ce qui arrive aux migrants.

D’autres « acteurs économiques » profitent de ces politiques de contrôle des frontières, en particulier les sociétés

de sécurité. C’est un marché qui ne cesse de croître depuis plus d’une décennie. En 2009, le chiffre d’affaires

de la « sécurité globale » est estimé à plus de 450 milliards d’euros, ce qui représente une progression annuelle

de plus de 10% en moyenne. Aux côtés de la lutte contre le terrorisme et de la sécurisation des lieux sensibles,

comme les aéroports, on trouve la protection des frontières contre l’immigration désignée comme clandestine.

Les entreprises de sécurité organisent un « salon mondial de la sécurité intérieure des États »,

Milipol, en région parisienne. Le marché de la sécurité intérieure détrônerait-elle l’industrie

de l’armement ?

On observe un glissement progressif du marché de l’armement militaire vers le secteur civil, où le marché de

la lutte contre l’immigration est très porteur. Le salon Milipol a été organisé au départ par des entreprises

françaises, soucieuses de se doter d’un outil de communication à destination d’un marché en pleine expansion.

Leur objectif est de développer une véritable industrie européenne de la sécurité en mesure de concurrencer

les pionniers que sont les États-Unis et Israël. Lancé fin 2010, le projet Oparus rassemble plusieurs entreprises

européennes – BAE systems (Grande-Bretagne), Dassault Aviation (France), EADS (France et Allemagne),

Sagem (France), Thales (France) – pour élaborer une stratégie commune d’exploitation des drones

pour la surveillance des frontières terrestres et maritimes. Le projet est financé à hauteur de 1,19 million

par le département recherche et développement de la Commission européenne.

L’argent public finance donc des recherches privées, à but lucratif. Ce business est-il plus

largement soutenu ?

[Lire la suite sur Basta !]

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy