• Accueil
  • > EUROPE
  • > OGM : une étude bidonnée par Monsanto validée par les autorités sanitaires européennes

OGM : une étude bidonnée par Monsanto validée par les autorités sanitaires européennes

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 octobre 2012

 

SANTÉ PUBLIQUE

OGM : comment une étude bidonnée par Monsanto a été validée par les autorités sanitaires

 

OGM : une étude bidonnée par Monsanto validée par les autorités sanitaires européennes dans EUROPE ogm-attention-danger

Par Sophie Chapelle (18 octobre 2012)

La recherche scientifique menée par Gilles-Eric Séralini sur un OGM de Monsanto

a été violemment critiquée dans sa méthodologie. Mais qu’en est-il des tests

menés par les firmes elles-mêmes ?

Un rapport montre les dissimulations et extrapolations bien peu scientifiques

qui accompagnent l’évaluation du seul OGM autorisé à la culture en Europe,

le Mon810. Des extrapolations reprises à leur compte sans vérification

par les autorités sanitaires européennes.

 

Avant d’être commercialisés, les OGM sont-ils vraiment évalués avec la plus

grande rigueur scientifique, comme leurs promoteurs le prétendent ?

Toute entreprise sollicitant une autorisation de mise sur le marché de son OGM

doit produire une évaluation censée démontrée que sa semence

transgénique est inoffensive.

Ces analyses sont réalisées par des laboratoires que les entreprises de biotechnologie rémunèrent directement.

Les autorités sanitaires qui étudient ensuite le dossier, comme l’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA [1]),

ne disposent ni de temps ni de crédits pour pratiquer leurs propres analyses. Elles se contentent donc de lire

le dossier de l’entreprise et la littérature scientifique sur le sujet. D’un côté, la firme est juge et partie. De l’autre,

des instances d’évaluation placent dans cette firme une confiance quasi absolue.

Que doivent évaluer les experts ? Que l’OGM ne diffère pas d’une semence non transgénique dont l’utilisation

commerciale a déjà été jugée sans risque. La firme va donc chercher à démontrer « l’équivalence en substance » :

comparer les composants d’une plante transgénique (nutriments, protéines, glucides…) avec des plantes conventionnelles.

Si les écarts enregistrés correspondent à des écarts connus entre variétés de la même espèce, la plante transgénique

est considérée comme étant équivalente en substance, donc a priori inoffensive. L’évaluation se fait en deux étapes :

une analyse comparative pour identifier des différences avec la plante non modifiée génétiquement, et une évaluation

des impacts nutritionnels, sanitaires et environnementaux de ces différences.

Le Mon810 « aussi sûr » qu’un grain de maïs conventionnel ?

 

[Lire la suite sur Basta !]

 

+ d’infos sur les OGM :


 

Une Réponse à “OGM : une étude bidonnée par Monsanto validée par les autorités sanitaires européennes”

  1. Nicole Dacosse - Vandesmael dit :

    Peut-on s’attendre à autre chose de la part de cette multinationale ? Elle s’est infiltrée dans tous les états capitalistes et tire maintenant les ficelles !!!

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy