Explosion de colère chez Petroplus

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 octobre 2012

 

Les Petroplus ne se résignent pas

 

Explosion de colère chez Petroplus dans ECONOMIE 171012

Forts de nombreux soutiens, l’intersyndicale de Petroplus,

la raffinerie dont la liquidation a été prononcée mardi par la justice,

a demandé un rendez-vous à l’Élysée pour réaffirmer au président

François Hollande leurs claires revendications et les promesses de l’élu.

L’intersyndicale souhaite la cession de la raffinerie à un repreneur,

ou sa nationalisation. C’est pour ce faire qu’elle a demandé une réunion

avec le président de la République, ainsi que le Premier ministre

Jean-Marc Ayrault et le ministre du Redressement productif Arnaud

Montebourg.

L’intersyndicale attend toujours la réponse. Montebourg a toutefois 

assuré hier qu’il poursuivrait « ses efforts » en vue d’une reprise de la raffinerie.

Après avoir écarté deux offres de reprise, pourtant jugées sérieuses,

les juges du tribunal de commerce de Rouen ont permis à d’autres

éventuels repreneurs de se « faire connaître avant le 5 novembre ».

 

La colère à gauche

 

« La Fédération Nationale des Industries Chimiques CGT voit dans cette

liquidation, qu’elle condamne avec force, la main des Majors

des industries pétrolières et pétrochimiques (Total, ExxonMobil, Shell, Ineos……) et la bienveillance complice

d’un gouvernement dont les ministres font des ronds de jambe aux universités d’été du MEDEF. »

Lire le communiqué.

De son côté, Eric Corbeau responsable « des luttes » au PCF et animateur du « Front de lutte » (FDG) s’insurge :

« Il est parfaitement inacceptable que ce soit les tribunaux de commerce qui décident de l’avenir de nos industries. […]

Avec cette décision, le tribunal de commerce de Rouen vient de plonger dans la consternation les 550 salariés de Petroplus

et les 2000 familles qui vivaient  grâce à l’activité de la raffinerie, depuis plus de 80 ans. […] Petroplus, une des dernières

raffineries françaises ne doit pas fermer. L’État doit intervenir, y compris en reprenant la main sur l’outil industriel,

en nationalisant avec de nouveaux droits d’intervention pour les salariés et les citoyens.

Face aux discours improductifs, il faut des actes politiques forts et courageux pour sauver et garantir un avenir à notre industrie. »

 

[Lire la suite]

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy