• Accueil
  • > Amerique latine
  • > La violence contre les Travailleurs Ruraux Sans Terre dans l’État de Pernambouc dénoncée à l’ONU

La violence contre les Travailleurs Ruraux Sans Terre dans l’État de Pernambouc dénoncée à l’ONU

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 septembre 2012

 

Brésil

La violence contre les Travailleurs Ruraux Sans Terre

dans l’État de Pernambouc dénoncée à l’ONU

 

La violence contre les Travailleurs Ruraux Sans Terre dans l’État de Pernambouc dénoncée à l’ONU dans Amerique latine mst-women-and-childrenPlus de cent familles du Campement Gregório Bezerra, de Agrestina/Pernambuco, subissent

de constantes agressions physiques et psychologiques depuis l’occupation des terres

de l’hacienda Serro Azul en avril 2011. Plusieurs dénonciations sur la situation

de ce campement ont été déposées auprès des pouvoirs publics brésiliens sans que soit

prise aucune mesure de protection des travailleurs ni que soit sanctionné aucun des auteurs

de ces crimes.

Le Mouvement des Travailleurs Ruraux Sans terre – MST et l’organisation des Droits Humains

 Terra de Direitos ont donc envoyé ce 20 septembre 2012 une dénonciation à l’Organisation

des Nations Unies – ONU sur la violence perpétrée contre les travailleurs

ruraux sans terre qui vivent dans les campements de l’État de Pernambouc. Ces faits se sont produits depuis l’occupation des terres

improductives de l’hacienda Serro Azul, latifundo de près de mille hectares, le 18 avril 2011, dans la municipalité d’Agrestina.

Les plus de cent familles des campements sont constamment agressées par un représentant de l’hacienda, Luis Reis, et par près de

15 gardes particuliers des propriétaires. A partir de février 2012, le Sergent de La Police Militaire de Pernambuco José da Costa Lima

s’est joint à la répression contre les habitants du campement. La participation directe de Lima a généré une intensification

de la violence et signifié la formation d’une milice privée pour protéger les intérêts du propriétaire du latifundio.

La dénonciation envoyée à l’ONU explique que ce policier militaire est également impliqué dans d’autres situations de violence contre

des travailleurs ruraux et reçoit des “lopins de terre” pour services rendus et autres « faits d’armes » dans la région. En échange de

l’exécution d’expulsions forcées, Lima a reçu des terres dans les municipalités de São Joaquim do Monte et Agrestina, État de

Pernambouc.

Une autre action illégale du sergent s’est produite ce 25 juillet 2012, lorsqu’il a tiré sur des travailleurs ruraux. Lima fut arrêté pour ces

faits mais fut aussitôt relâché.

 

serro-azul_0-300x225 Travailleurs ruraux sans terre dans BresilFace aux différentes violations commises contre les familles paysannes du Campament

Gregório Bezerra, la dénonciation de l’ONU exige de l’État brésilien qu’il informe

sur les mesures prises pour protéger la vie des travailleurs, pour enquêter et punir

les responsables de ces crimes et pour mettre en oeuvre l’expropriation de l’hacienda

Serro Azul en application de la loi sur la fonction sociale de la propriété rurale.

La dénonciation demande également à l’ONU de faire des recommandations

pour surmonter la situation de violation des Droits humains au Brésil.

Historique de la violence

[Lire la suite sur mouvementsansterre.wordpress.com]

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy