• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 11 septembre 2012

Pacte bugétaire européen : Ouvrons le débat en Europe !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 septembre 2012

 

La riposte unitaire est lancée contre le pacte budgétaire européen

 

Pacte bugétaire européen : Ouvrons le débat en Europe ! dans Austerite 2012-09-10referendum-hqUn nouveau pas vient d’être franchi ce lundi

dans la bataille pour obtenir un référendum

sur l’adoption du Pacte budgétaire européen.

Plus d’une vingtaine d’organisations associatives,

syndicales et politiques viennent de publier

leur texte unitaire contre les politiques d’austérité

et pour l’ouverture de débat partout en Europe.

L’Humanité.fr  publie dans son intégralité la déclaration qui sert de base à la mobilisation populaire du 30 septmebre prochain.

 

Non à l’austérité permanente

Refusons le Pacte budgétaire, ouvrons le débat en Europe !

Le président de la République veut faire ratifier au plus vite par le Parlement le Traité pour la stabilité, la coordination

et la gouvernance (TSCG) de la zone euro, plus connu sous l’intitulé de « Pacte budgétaire », tel qu’il a été signé par Nicolas

Sarkozy le 25 mars dernier. Pourtant, les faibles mesures « de croissance » annoncées le 29 mai dernier ne constituent en rien

la « renégociation » promise par le candidat François Hollande d’un traité qui « ajoute l’austérité à l’austérité ».

Ce Pacte budgétaire aggrave les politiques néolibérales prônées depuis des années et qui ont mené aux problèmes actuels

de la zone euro. Il représente d’abord une absurdité économique. En imposant que le « déficit structurel » d’un État soit

inférieur à 0,5 %, il va obliger à des coupes drastiques dans les dépenses publiques. Il va priver la puissance publique de moyens

indispensables pour mener des politiques permettant d’engager la transition sociale et écologique. Or nous avons besoin

au contraire de développer et de rénover les services publics et la protection sociale pour répondre aux nombreux

besoins non satisfaits, réduire les inégalités sociales et réaliser l’égalité entre les femmes et les hommes.

Nous avons besoin d’investissements publics considérables pour financer la transition énergétique, réduire les pollutions,

assurer la reconversion écologique des modes de production et de consommation, créer des millions d’emplois.

L’obligation d’équilibre budgétaire permanent sera un frein majeur pour s’attaquer à la crise sociale et écologique.

Dans une Europe où les clients des uns sont les fournisseurs des autres, cette orientation engagée depuis deux ans amène

aujourd’hui la récession généralisée. Les difficultés de PSA et d’autres entreprises découlent directement de l’effondrement

de la demande en Europe du Sud. Aujourd’hui le pouvoir d’achat stagne ou régresse, les entreprises et les collectivités locales

réduisent leurs investissements : dans ce contexte couper dans les dépenses publiques ne fera qu’aggraver

le chômage.

[Lire la suite sur humanite.fr]

  • Premiers signataires :

Aitec-IPAM, AC !, ANECR, Attac, CADTM, Cedetim-IPAM, CDDSP, CNDF, Les Économistes Atterrés, Fondation Copernic,

Front de gauche – Parti communiste français – Parti de gauche – Gauche unitaire – FASE – République et Socialisme -

PCOF – Convergence et Alternative – Gauche anticapitaliste, Les Alternatifs, M’PEP, Marches Européennes, NPA,

Résistance Sociale, Sud BPCE, Union syndicale Solidaires.

Toutes les organisations syndicales, associatives et politiques progressistes qui le souhaitent peuvent rejoindre

les premiers signataires. Pour en savoir plus : www.audit-citoyen.org ou contact@audit-citoyen.org.

Publié dans Austerite, Chomage, EUROPE, France, Front de Gauche, PCF, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaire »

40% de revenus en plus pour les 0,01 % les plus riches

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 septembre 2012

 

INÉGALITÉS

40% de revenus en plus pour les 0,01 % les plus riches

 

40% de revenus en plus pour les 0,01 % les plus riches dans ECONOMIE 398873_photo-realisee-le-7-septembre-2012-a-paris-d-un-avis-d-imposition-sur-le-revenu-et-de-pieces-de-1-euro-300x199Par Nolwenn Weiler (10 septembre 2012)

Pendant que les pauvres – 8, 6 millions de personnes sous le seuil

de pauvreté monétaire (964 euros/mois) – ne cessent de voir leur niveau

de vie baisser, les plus riches continuent de s’enrichir.

La dernière enquête Insee sur les revenus fiscaux et sociaux révèle ainsi

qu’ « en 2010, le niveau de vie baisse ou stagne pour pratiquement toutes

les catégories de population sauf pour les plus aisées ». Entre 1996 et 2010,

le niveau de vie moyen des 10 % de personnes les plus aisées a augmenté d’environ 2,1 % chaque année, pour s’établir

à 53 220 euros par an et par personne en moyenne.

Le niveau de vie moyen de l’ensemble de la population n’a progressé que de 1,4 % pendant la même période. Le salaire moyen

des cadres augmente (en euros constants), en particulier dans le secteur financier, tandis qu’il diminue pour les ouvriers !

Quant aux revenus du patrimoine s’ils contribuent peu à l’évolution du niveau de vie de la majorité de la population,

ils représentent jusqu’à 26 % du revenu disponible des 10 % de personnes les plus aisées.

Les cadres de la finance encore plus riches

Plusieurs raisons expliquent cette augmentation ininterrompue du niveau de vie des plus riches. D’abord la distribution toujours

plus inégalitaire des salaires se double d’une augmentation de la part allouée aux dividendes. Celle-ci pesait 3 % de la valeur

ajoutée en 1977, contre 8 % aujourd’hui. Selon une analyse du sociologue Olivier Godechot, citée par notre confrère

d’ Alternatives Économiques Thierry Pech [1], ce sont aujourd’hui les cadres dirigeants de la finance qui occupent les premières

places parmi les plus riches. Il y a une trentaine d’années les capitaines d’industrie arrivaient en tête.

Un troisième facteur explique le décollage des hyper-riches : les orientations de la politique fiscale.

[Lire la suite sur Basta !]

Publié dans ECONOMIE, France, Politique fiscale, Salaires | Pas de Commentaire »

« La Lettre volée » par Maurice Ulrich

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 septembre 2012

 

L’édito du jour : « La Lettre volée » par Maurice Ulrich

 

Qu’attendre d’une politique de gauche, si ce n’est qu’elle remette le monde sur ses pieds ?

L’entretien que nous a accordé Joseph Stiglitz est assez exceptionnel, et nous sommes fiers de le publier. Revenant en lien

avec l’actualité sur l’affaire Bernard Arnault, il rappelle ceci, qui paraît de bon sens mais qui n’est pas partagé par tous, dont

le Medef, que, lorsqu’un grand patron gagne beaucoup d’argent, il le doit d’abord à un pays, un État, une communauté nationale.

Eh bien, oui, pour que des entreprises tournent, il faut des routes, des trains, des salariés formés par l’école et l’université,

un système de santé… Les dogmes des baisses de charges et du coût du travail aboutiraient, s’ils ne trouvaient devant eux

aucune résistance, rien de ce qui s’appelle au fond et, de fait, objectivement, la lutte des classes, à ce que des entreprises

tentent de produire dans le désert des Tartares.

Mais il y a encore, dans cette histoire Bernard Arnault, quelque chose qui tient de la Lettre volée, la célèbre nouvelle d’Edgar Poe.

Tout le monde cherche la lettre, que l’on croit cachée, mais elle est là, précisément, en évidence. Or, il y a aujourd’hui, au centre

de nos sociétés, posée là, devant nous, une évidence obscène mais que nous ne voyons pas comme peut-être nous le devrions :

comment peut-on être riche de 32 milliards d’euros et qu’est-ce que cela veut dire, si ce n’est que l’on a exploité le travail d’autrui,

que l’on a spolié autrui et la société dans laquelle on vit ?

« L’un des sujets de mon livre, déclare Joseph Stiglitz, c’est que la plus grande richesse des riches ne vient pas

de leur contribution à la société. Ils n’ont pas inventé le transistor ou le laser, ils ont pris l’avantage sur d’autres. »

De ce point de vue, les arguments de la droite pour dénoncer la taxation à 75 % des revenus au-dessus d’un million d’euros sont

à la fois d’un cynisme misérable et intellectuellement pitoyables. Il s’agit d’un million d’euros, 80 000 euros par mois. On vit avec

ça, non ? Il est heureux, de ce point de vue, que François Hollande ait confirmé son engagement quand ça chipotait et spéculait

tant, les jours précédents.

Mais ce n’est malheureusement que l’écume de la grande vague ultralibérale qui a déferlé sur nos sociétés et aboutit à la crise

que nous connaissons. « Les banques, dit encore Joseph Stiglitz, ont affaibli l’économie en prenant l’argent en bas de

l’échelle  sociale pour le mettre en haut. »

Qu’attendre d’une politique de gauche, si ce n’est qu’elle remette le monde sur ses pieds ?

[Lire la suite sur humanite.fr]

Publié dans Austerite, ECONOMIE, l'Humanité, POLITIQUE, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Joseph Stiglitz : « L’austérité est un désastre »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 11 septembre 2012

 

Dans l’Humanité ce mardi,

entretien exceptionnel avec Joseph Stiglitz

 

Joseph Stiglitz : Le Prix Nobel d’économie en 2001 dénonce une démocratie au service

des plus riches (1%), où le principe d’un citoyen=une voix s’est

transformé en 1 dollar=1 voix, creusant de plus en plus les inégalités

et affaiblissant la croissance.

Extrait de nos trois pages d’entretien:

Êtes-vous solidaire des forces progressistes qui se battent contre

l’adoption d’un pacte budgétaire dans les pays de la zone euro ?

Joseph Stiglitz. Je pense qu’il y a un diagnostic totalement erroné  du problème

européen. L’attention est concentrée sur la Grèce. Celle-ci a trop dépensé.

L’Espagne, l’Irlande avaient des surplus avant la crise et même si ces pays n’avaient

pas de déficit, cela n’aurait pas réglé les problèmes de l’Europe. Si celle-ci en a,

c’est parce que les banques n’étaient pas suffisamment régulées.

L’Europe a créé un système instable. C’est un des exemples de l’erreur fondamentale du système européen et ce n’est

pas le pacte budgétaire qui résoudra les problèmes. Dans le contexte actuel, ce pacte imposerait plus d’austérité, une moindre

croissance. Les dirigeants européens disent: « Il faut restaurer la confiance ». Mais ils ne comprennent pas que le problème

sous-jacent, auquel l’Europe fait face, c’est qu’eux-mêmes torpillent la confiance.

Retrouvez toute l’actualité sur l’Humanité.fr

Publié dans Austerite, POLITIQUE, Union europeenne | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy