Jeunes : l’avenir, c’est l’emploi durable

Posté par communistefeigniesunblogfr le 29 août 2012

 

Ce mercredi dans l’Humanité :

Jeunes : l’avenir, c’est l’emploi durable

 

Jeunes : l'avenir, c'est l'emploi durable dans Chomage hq29-235x300Le Conseil des ministres examine ce matin la création de 150 000

« emplois d’avenir » pour les 16-25 ans. Une bouffée d’oxygène

qui laisse entière la question d’une insertion pérenne dans l’emploi.

La jeunesse est-elle un coût à réduire ou l’avenir d’un pays ? Les jeunes sont-ils

condamnés à n’être que de la chair à profits ou au chômage de masse, qui en

est le corollaire ?

L’examen, parmi les dossiers prioritaires de la rentrée, au même titre que

le développement du logement social, du projet de « contrats d’avenir » par

le gouvernement est un des indicateurs d’un changement d’orientation politique

avec la précédente majorité, défaite en juin dernier. Celle-ci 
ne désarme pas,

quitte à se risquer au ridicule. Ainsi voit-on l’appendice de l’UMP dans les universités,

l’UNI, réclamer à cor et à cri le retrait pur et simple du projet au motif qu’il instituerait une double discrimination :

à l’égard des étudiants étrangers et à l’égard des étudiants non boursiers. On a pu mesurer, avec la circulaire Guéant, ce qu’il

en était du souci des étudiants étrangers sous le précédent pouvoir.

Que l’on lutte contre la ségrégation sociale et l’échec scolaire à l’université lui est intolérable. Du côté 
de l’UMP battue, qui a

supprimé 80 000 postes dans l’éducation en dix ans, laissé sans réponse la sortie du système scolaire de plus de 140 000

jeunes par an sans qualification, avait voulu imposer le CPE – remisé dans les conditions que l’on se rappelle –, on se masque

moins. Pour la droite, la « vraie question », 
à l’unisson des positions du Medef, est encore et toujours « le coût du travail »,

et la « lourdeur » des droits inscrits dans le « Code du travail ».

Quant à la lutte contre la précarité, les contrats mis en place à la hâte avant les élections ne duraient que huit mois, au lieu

des trois ans prévus par le projet qui sera examiné ce matin… Cela posé, le dossier mérite débat et il est ouvert.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy