Le Front de gauche trace son avenir

Posté par communistefeigniesunblogfr le 24 août 2012

 

Rentrée

Ce vendredi dans l’Humanité, Le Front de gauche trace son avenir

 

Le Front de gauche trace son avenir dans France hq24-223x300Créé pour la présidentielle, le conseil national a rassemblé autant

de membres de partis que de sympathisants non organisés.

C’est une direction collégiale en construction.

De son expérience au conseil national du Front de gauche, l’universitaire Jeannette

Habel garde l’image d’un « lieu d’une grande facilité d’écoute, d’échange et d’ouverture ».

Membre du conseil scientifique d’Attac, elle fait partie des 40 % de personnalités

non encartées qui avaient été sollicitées pour siéger dans cette structure, créée

dans le cadre de la campagne présidentielle. Sans être un organe de décision,

il a permis que s’expriment « des personnes de culture et de tradition politique

très différentes. En toute liberté », confie-t-elle.

 

Se pose désormais la question de la pérennisation du conseil national, « probablement plus ou moins tel qu’il est ». Paritaire

et regroupant les représentants de toutes les organisations qui forment le Front de gauche, plus des personnalités du monde

syndical ou associatif sans appartenance à un parti. Les militants devront également se pencher sur le rôle qu’il devrait jouer.

Deviendrait-il l’instance dirigeante du Front de gauche, une sorte de « parlement » ?

Des interrogations auxquelles existent, pour l’instant, peu de réponses. « Toutes les questions doivent être mises sur la table

sans tabou. Il faut prendre le temps du débat, de la réflexion collective, afin que chacun avance au même rythme », estime Pierre

Laurent, jusqu’ici président de cette structure. À l’université d’été, un atelier est consacré, dimanche matin, à une réunion

du conseil national, ouverte à tous les militants, pour discuter de son fonctionnement, de son évolution, de sa composition,

de son association aux décisions du Front de gauche. Un atelier conçu comme « une première étape de réflexion, précise

Jeannette Habel. Aucune décision ne sera prise. Les propositions émises seront actées par les différentes organisations

du Front de gauche et par le conseil national ».

Jeannette Habel relève toutefois que la coordination nationale, qui réunit une fois par semaine les huit composantes de l’alliance,

est « déjà en train d’en débattre. Même si l’on prend part à la discussion, nous, les militants inorganisés, avons moins de poids

dans la prise de décision ». L’universitaire se dit « persuadée » que les controverses permettront une issue positive, car, dit-elle,

« on est porté par une dynamique historique nouvelle ».

 

Lire également :

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy