• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 23 août 2012

« Dans les hôpitaux en Grèce, on manque de tout »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 août 2012

 

Entretien avec Antonis Karavas, médecin dans le système public de santé grec :

« Dans les hôpitaux en Grèce, on manque de tout »

 

« Dans les hôpitaux en Grèce, on manque de tout »   dans Austerite karavas1 Entretien réalisé par Heike Schrader, pour Junge Welt avec Antonis Karavas,

médecin dans le système de santé publique en Grèce

Traduction WM pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

Le système de santé public est aussi touché par les mesures d’austérité.

Quelle est la situation sur place ?


Avec la crise, le nombre de patients augmente. Les dépressions, suicides, la consommation de drogue ont explosé. Même

les pathologies physiques se sont développées. La Grèce n’a pas les structures publiques pour offrir des services de santé

de base. Nombre d’examens de contrôle ne sont ainsi pas pris en charge par l’assurance maladie. Avec la crise, la situation

financière de beaucoup de Grecs s’est aussi considérablement dégradée. Conséquence immédiate, on ne va voir le médecin

que lorsque la maladie a déjà atteint un stade avancé. Et au lieu de donner aux structures étatiques les moyens de protéger

et de soutenir ces personnes, on réduit continuellement les dépenses du système de santé.

 

A quoi ressemble concrètement la situation à l’hôpital ?

On manque de tout, les fournisseurs ne sont pas payés et n’assurent donc plus leurs livraisons. On manque de matériel

quotidien, de bandages, de désinfectants, même de nourriture que les proches des patients doivent désormais apporter

eux-mêmes à l’hôpital. Des opérations doivent être reportées faute de matériel. Une situation tragique au XXI ème siècle.

D’autre part, la corruption n’a pas cessé. Du matériel médical et des médicaments sont encore achetés à des prix

artificiellement gonflés. Des entreprises graissent la patte à des médecins pour qu’ils écoulent leurs produits.

 

Le gouvernement avait annoncé en 2010 son intention de centraliser l’achat des fournitures nécessaires

aux hôpitaux. Qu’en est-il advenu?

Rien. Ce serait une très bonne chose si les achats étaient centralisés. Au lieu de cela, chaque hôpital achète ce dont il a besoin.

En principe, les hôpitaux ne sont pas en mesure de réaliser des commandes supérieures à un million d’euros. Mais pour contourner

les contrôles, on découpe ces grandes commandes en ordonnances d’une valeur plus faible. Cela pourrait se passer autrement,

comme en Angleterre par exemple. On calcule combien de stimulateurs cardiaques sont utilisés chaque année en moyenne, et on

procède à un achat centralisé, ce qui permet d’avoir le matériel à un prix avantageux. Cela n’est pas fait, car cela supposerait rentrer

en conflit avec ceux qui tirent profit de la corruption et du clientélisme.

 

De nouvelles mesures d’austérité sont prévues, qu’en est-il pour le système de santé?

Avant tout, ce sont des hôpitaux qui vont fermer ou fusionner. Concrètement, il est prévu de fermer 50 des 132 hôpitaux du pays

pour des raisons financières.

[Lire la suite]

Publié dans Austerite, EUROPE, Grece, SANTE | Pas de Commentaire »

Allemagne : le gouvernement veut des salaires de misère

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 août 2012

 

La moitié des travailleurs intérimaires à plein temps gagne moins de 1419 euros brut par mois

Le gouvernement allemand veut des salaires de misère

 

par Jörn Boewe

Traduit par  Michèle Mialane

Même quand des entreprises emploient presque exclusivement des travailleurs intérimaires

et les « empruntent » pour plusieurs années, le gouvernement fédéral n’y voit pas une entorse

à la loi sur le prêt de personnel. La coalition gouvernementale n’envisage aucune nouvelle 

réglementation de quelque sorte qu’elle soit. C’est ce qui ressort d’une réponse récente

du Ministère du Travail à une « petite question » de Jutta Krellmann , députée de la Linke 

(BT-Drs. 17/10432).

Cette question faisait suite à des articles de presse concernant l’entreprise Isringhausen, qui fabrique à Ludwigsfelde au sud

de Berlin des sièges pour la gamme d’utilitaires  Sprinter de Mercedes-Benz . Le Märkische Allgemeine Zeitung avait relaté

le 22 mai que cette entreprise n’employait que des travailleurs intérimaires, à l’exception de deux personnes,dont le directeur.

Sur la totalité des « travailleurs prêtés », 30 environ travaillaient depuis six ans déjà au même poste, écrivait la MAZ, citant

comme sources des personnes concernées. C’est aussi ce que dit le syndicat IG Metall local : «Mercedes exige que

le sous-traitant soit établi presque à portée de voix de l’usine, tout en offrant des prix plus proches des prix chinois ou indiens

que du travail allemand hautement qualifié », selon le site Internet du service administratif d’IGM à Ludwigsfelde.»

* »Travail intérimaire=trafic d’êtres humains ». Manifestation à Francfort

le 27 avril 2012. Photo dapd

Allemagne : le gouvernement veut des salaires de misère dans Allemagne gal_5778-300x201«L’autorisation d’employer des travailleurs intérimaires dans la même

entreprise sur une longue durée y est devenue le meilleur moyen de

faire pression sur les salaires », poursuit le syndicat sur son site Internet.

Jusqu’à Hartz I (2003), il était interdit de prolonger un emploi intérimaire

au-delà de deux ans; aujourd’hui – comme par exemple à Isringhausen -

ils restent plusieurs années dans la même entreprise. C’est donc une

équipe provisoire qui fonctionne comme du personnel permanent. Et si

l’employeur ne veut plus de vous, un simple appel auprès de l’agence

d’intérim suffit et vous disparaissez dès le lendemain. Pas de préavis, pas de plan social, pas de plainte pour licenciement abusif. »

[Lire la suite sur : TLAXCALA]


Merci à Tlaxcala
Source: http://www.jungewelt.de/2012/08-18/046.php
Date de parution de l’article original: 18/08/2012
URL de cette page: http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=8034

Copyleft

Publié dans Allemagne, EUROPE, Salaires, SOCIAL | Pas de Commentaire »

« Personne n’a jugé utile de s’intéresser aux Rroms, ils sont devenus des fantômes »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 août 2012

 

Alain Keler  :

« Personne n’a jugé utile de s’intéresser aux roms,

ils sont devenus des fantômes »

 

Des pays d’Europe de l’Est dont ils sont originaires aux bidonvilles

de France, Alain Keler parcourt le continent pour photographier

les Roms, « minorité des minorités ».

Depuis des années, le photographe reporter Alain Keler se rend en Europe de

l’Est à la rencontre des minorités ethniques et en particulier des Roms.

Une partie de ses reportages a été publiée dans la revue XXI sous forme

de bande dessinée avec Emmanuel Guibert (le photographe), avant de sortir 
en livre (1) l’an dernier.

Vous avez réalisé de nombreux reportages auprès des Roms dans les villages d’Europe de l’Est.

Pourquoi partent-ils ?

Alain Keler. Pour schématiser, il s’est passé la même chose dans tous les pays de l’Est : pendant le régime communiste,

les Roms étaient obligés de travailler. À la chute du bloc de l’Est, des tas d’usines pas rentables ont fermé. Les premiers

licenciés ont été les Roms, parce qu’ils n’avaient pas fait d’études et, surtout, parce qu’ils étaient roms… Avec la montée

du chômage, ils n’ont jamais pu se faire réembaucher. Ils ont été mis à l’écart d’une société qui devenait de plus en plus

compétitive. Sans doute, eux, se sont isolés aussi. Au début des années 1990, on a vu apparaître des pogroms contre

des villages roms. Ça a été d’autant plus dur qu’il n’y avait aucune politique gouvernementale pour les aider. Notamment

pour la scolarisation. En Slovaquie, les enfants roms sont jugés trop turbulents et mis dans des écoles spéciales pour

handicapés mentaux. C’est terrible, on leur supprime dès le plus jeune âge toutes les chances de s’intégrer 
dans la société.

 En ex-Yougoslavie, la situation était un peu différente, non ?

Alain Keler. Au Kosovo, quand les Serbes ont quitté le pays fin 1999, la première chose qu’ont faite les Albanais a été de

brûler les maisons des Roms qu’ils accusaient d’avoir collaboré avec les Serbes. Beaucoup sont partis, notamment en Serbie

parce qu’ils parlaient la langue. Ils sont devenus des fantômes : sans papiers d’identité, ils vivaient dans des forêts près de

Belgrade et travaillaient en récupérant du métal. Personne n’a jamais jugé utile de s’intéresser à eux et ça a duré comme ça

une vingtaine d’années dans tous ces pays. Pendant que les gens goûtent aux plaisirs de la société ultralibérale, eux sont mis

complètement à l’écart. En Roumanie, ils vivent dans des petits villages, loin de tout et très pauvres. Quelques-uns arrivent

à s’en sortir, heureusement.

Comment réagissez-vous aux évacuations de campements menées en France ces dernières semaines ?

Alain Keler. Mal. J’ai été très surpris. Le discours est moins violent, mais on se retrouve dans le même cas de figure que

sous Hortefeux et Guéant. Je pensais que le gouvernement aurait la sagesse d’organiser des rencontres entre associations

et ministères pour essayer de trouver des solutions. Les Roms vivent dans des conditions épouvantables ; au niveau sanitaire,

c’est terrible, il y a des rats, des épidémies. Je pensais qu’il y aurait une vraie réflexion pour supprimer les bidonvilles,

pour que les familles soient mieux traitées et puissent se stabiliser.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

(1)

alain_couv-200x300 Alain Keler dans EUROPEVerso_122165-196x300 expulsions dans Photographie

 

sur fr.calameo.com/Feuilleter Les nouvelles d’Alain

- Des Nouvelles d’Alain sur le blog de XXI.
*

- Le site internet du photographe Alain Keler.


 

Publié dans BD, EUROPE, Photographie, Sans Papiers - Immigration | Pas de Commentaire »

Ce jeudi dans l’Humanité : le juste prix dans le panier

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 août 2012

 

Ce jeudi dans l'Humanité : le juste prix dans le panier dans France hq23_0-221x300Les militants communistes et du syndicat agricole Modef ont vendu hier

plus de 40 tonnes de fruits et légumes, directement du producteur

au consommateur.

Cette initiative annuelle souligne l’urgence de mesures pour le pouvoir

d’achat et pour garantir l’existence de ces filières agricoles.

Pouvoir d’achat : le changement se fait attendre,

par Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF.

« Le pouvoir d’achat fait partie des questions qui relèvent le plus de l’urgence sociale.

On l’a vu lors de l’opération vente directe de fruits et légumes, avec des témoignages

saisissants de familles populaires. Dans un pays de bas salaires, de précarisation,

on peut être obligé aujourd’hui, lorsque les dépenses incompressibles

sont sorties, d’avoir à arbitrer entre remplir le frigo et faire le plein d’essence.

Lors de toute la séquence électorale, présidentielle et législatives, de 2012, lorsque les gens étaient interrogés sur leurs attentes

de changement, c’était la question des salaires et du pouvoir d’achat, des conditions de vie, qui venait en tête.

C’est sur ce terrain-là qu’ils demandent une amélioration concrète. Cette réalité, on l’a mesurée tout au long de l’été,

avec des familles privées de vacances, serrant leurs dépenses. Depuis l’élection de François Hollande, sur cette question,

le changement attendu, souhaitable, espéré n’est pas au rendez-vous.

Déjà, ce qui s’est passé sur le Smic a été annonciateur d’une non-prise en considération par Hollande et son gouvernement

de cette réalité. Lors de la conférence sociale, cette question a été renvoyée. L’augmentation de l’allocation de rentrée scolaire

est appréciable. Mais ce qui se profile sur les prix de l’essence relève d’après moi de la mesurette ; ce n’est pas pérenne

et ce n’est pas le blocage du prix qui avait été annoncé, et qui, il est vrai, obligerait à un rapport de forces avec les groupes

pétroliers d’un tout autre niveau que ce qu’Ayrault met sur la table aujourd’hui. Ajoutons à cela une menace sur la CSG. Surtout,

avec une croissance en berne, en voulant rentrer dans les clous de la réduction des déficits, le gouvernement se met

dans une situation où il s’interdit toute relance par la consommation. Ce qui plane au-dessus des têtes, c’est évidemment

le traité budgétaire européen.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans France, PCF, POLITIQUE, Pouvoir d'achat | Pas de Commentaire »

Roms : Ne pas en rester aux effets d’annonce (communiqué du PCF)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 août 2012

 

Roms : Ne pas en rester aux effets d’annonce

 

Roms : Ne pas en rester aux effets d'annonce (communiqué du PCF) dans Discriminations roms_1-300x210Après les années de lutte au côté des associations de défense des migrants Roms,

le Parti communiste se félicite de sentir le souffle d’une volonté affichée

de changement. L’annonce de la suppression de la taxe de 700 euros due par

les employeurs pour chaque embauche de Roms est à cet égard une bonne nouvelle.

Toutefois, l’absence de moratoire sur les expulsions et de remise en cause

des contraintes administratives pour accéder à un emploi provoque notre inquiétude.

Rien ne serait plus décevant que de voir croître le nombre d’expulsions

et de démantèlement de camps sans la mise en place de réelles solutions alternatives.

Comme la Commissaire européenne à la Justice Viviane Reding, nous incitons vivement le gouvernement à aller au bout de

ses intentions.

Aussi, le PCF propose :

  • L’adoption immédiate d’un moratoire sur les expulsions.
  • L’arrêt des discriminations au regard du droit du travail.
  • L’ organisation de tables rondes départementales associant représentants du gouvernement, élus des collectivités

territoriales et associations qui agissent auprès des familles.

Il faut pour aller de l’avant, s’appuyer sur les expériences menées dans des villes et des départements. Ce n’est pas d’effets

d’annonce dont les Roms ont besoin, mais d’annonces ayant des effets.

Le droit au travail, le droit au logement, le droit à l’école et à la santé sont les conditions d’une vie digne du pays des droits

de l’Homme.

Lire également :

La Voix des Rroms : Lettre ouverte à la Commission européenne et au Premier ministre français

Publié dans Discriminations, France, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

ACTION URGENTE : Calais : des migrants menacés d’expulsion forcée

Posté par communistefeigniesunblogfr le 23 août 2012

Reçu par courriel

Bonjour,
*
Vous trouverez ci-joint une pétition urgente reçue ce matin de RESF, par l’intermédiaire de Flandre Terre Solidaire,
*
et qui mérite qu’on se mobilise.
*

Merci de reprendre les éléments en pièces jointes et de les envoyer au préfet du Pas de Calais et au maire de Calais.

*

Cliquez pour lire le document

fichier pdf AFRICAINS DE CALAIS 23 08 2012

Publié dans Sans Papiers - Immigration | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy