• Accueil
  • > France
  • > Fralib : Gérard Cazorla (CGT) dénonce les contrevérités du PDG d’Unilever

Fralib : Gérard Cazorla (CGT) dénonce les contrevérités du PDG d’Unilever

Posté par communistefeigniesunblogfr le 22 août 2012

 

Fralib

Réplique des Fralib au PDG d’Unilever

 

Fralib : Gérard Cazorla (CGT) dénonce les contrevérités du PDG d'Unilever dans France fralib-cgt-300x150Gérard Cazorla, secrétaire (CGT) du comité d’entreprise de Fralib,

dénonce les contrevérités émises par Paul Polman dans le Figaro.

Le syndicaliste demande au président de la République

d’envisager la réquisition de la marque Éléphant.

Dans le Figaro, le PDG d’Unilever oppose une brutale fin de non-recevoir

aux demandes formulées par les salariés de Fralib pour pouvoir relancer,

sous forme de coopérative, l’usine de Gémenos que le groupe veut sacrifier : il exclut de leur céder la marque des infusions

Éléphant et de les faire travailler en sous-traitance. Paul Polman s’emploie à justifier l’attitude du groupe, et se livre à un véritable

chantage sur le gouvernement (lire ci-dessous). À quelques jours du rendez-vous obtenu – le 31 août – à l’Élysée par les Fralib,

le syndicaliste Gérard Cazorla répond, point par point, aux assertions du patron.

Paul Polman. « Nous avons dû fermer l’usine (de Gémenos) car nous souffrons d’importantes

surcapacités de production en Europe. »

Gérard Cazorla. Pourquoi alors acheter trente machines nouvelles et les installer à Katowice ? Il n’y a pas surproduction

en Europe mais délocalisation en Pologne. À ce propos, nous avons découvert dans un supermarché des boîtes de thé fabriquées

en Pologne mais avec le code de traçabilité de Gémenos, alors que notre usine est à l’arrêt depuis un an. C’est une grave fraude

que nous portons à la connaissance de l’administration.

Paul Polman. « Nous avons montré pendant deux ans une véritable ouverture au dialogue. »

Gérard Cazorla. Depuis l’annonce de la fermeture, Unilever n’a jamais voulu discuter directement avec nous. Il a fallu l’élection

d’un nouveau président de la République pour qu’Unilever participe à une table ronde.

Paul Polman. « Le plan social a été validé par les tribunaux. »

Gérard Cazorla. Le premier PSE a été invalidé. Le deuxième est en cassation. Le troisième est en appel (audience en octobre).

Paul Polman. « Nous sommes allés bien au-delà de nos obligations légales. »

Gérard Cazorla. Effectivement, on est au-delà de la légalité lorsqu’on envoie une milice privée pour empêcher des élus

du personnel de rentrer dans leur usine, comme ce fut le cas le 7 novembre dernier…

Paul Polman. « Pas question de céder la marque Éléphant. »

Gérard Cazorla. C’est le même discours depuis deux ans. Éléphant, c’est une marque française d’infusions créée en Provence

il y a cent vingt ans dont la notoriété a été forgée par plusieurs générations de travailleurs. Par rapport à Lipton, sa marque milliardaire,

c’est une goutte d’eau pour Unilever. C’est donc par idéologie capitaliste qu’Unilever refuse de la céder.

[Lire la suite sur humanite.fr]

Lire également :

Communiqué des syndicats CGT CFE/CGC


Les Fralib à Paris le 24 février 2012 : une initiative de lutte puissante et déterminée dans CGT CGT-Fralib

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy