• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 12 juillet 2012

Si tu en as marre de râler tout seul dans ton coin…

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 juillet 2012

Si tu en as marre de râler tout seul dans ton coin... dans Front de Gauche 531291_10151016313783684_683202827_n

 

Publié dans Front de Gauche, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Tourner le dos à l’austérité. Oui, c’est possible !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 juillet 2012

 

Après le vote de confiance à l’Assemblée Nationale et les menaces d’austérité annoncées

par le gouvernement, la Fédération a édité un tract :

« Tourner le dos à l’austérité.

Oui, c’est possible ! »

 

Cliquez sur l’image pour lire le tract

Tourner le dos à l’austérité. Oui, c’est possible ! dans André Chassaigne A4-TRACT_pcf_A4-web

Source : PCF Nord

 

Publié dans André Chassaigne, Austerite, Front de Gauche, PCF Nord, POLITIQUE, TRACT | Pas de Commentaire »

Inquiétude chez les salariés de Sevelnord

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 juillet 2012

 

PSA :

après Aulnay, le site de Sevelnord prochain sur la liste ?

 

Inquiétude chez les salariés de Sevelnord dans CGT 2012-07-12psa-sevelnord-300x142« Aulnay était le premier sur la liste. Les suivants c’est nous,

c’est Sevelnord. »

C’est ce que redoute Ludovic Bouvier, représentant CGT

du site de Hordain, dans le Nord, alors que PSA Peugeot-Citröen

a annoncé ce jeudi matin la suppression de 8.000 postes

en France et la fermeture en 2014 de l’usine d’Aulnay-sous-Bois, en banlieue parisienne.

Ludovic Bouvier se fonde sur un document écrit par le directoire du groupe en 2010 et dévoilé en juin 2011, dans lequel PSA

 évoquait la « fermeture d’Aulnay, de Sevelnord et de Madrid ». « En 2014, Aulnay ferme. Dans l’année qui suit ou début 2015,

Sevelnord (ferme) aussi, puisque dans ce plan secret du directoire, il était clairement indiqué que la direction ne voudra pas

fermer Aulnay et Sevelnord en même temps au regard des risques sociaux trop importants », a déclaré Ludovic Bouvier

à l’AFP ce jeudi.

Pas de partenaire après le départ de Fiat

« Les annonces faites ce (jeudi) matin par le groupe, ça nous laisse pas de marbre, ça nous inquiète au regard de ce qui a été

écrit à l’époque et qui s’est déroulé jusqu’à maintenant et qui s’avère vrai », a-t-il poursuivi. Le représentant CGT fonde aussi

ses craintes sur l’annonce par PSA, hier, de la reprise de la part de Fiat dans l’usine Sevelnord d’Hordain, sans présenter de

nouveau partenaire. Pour lui et contrairement à ce qu’a affirmé la direction du groupe, ce n’est pas une bonne nouvelle

car aucun nouveau véhicule n’est prévu pour les chaînes de montage de l’usine.

2.800 salariés dans le flou

L’usine d’Hordain emploie 2.800 salariés et fabrique les monospaces Peugeot 807, Citroën C8, ainsi que les véhicules utilitaires

Peugeot Expert, Citroën Jumpy et Fiat Scudo.

Les engagements pour Fiat représentent actuellement 20 à 25% de la production à Sevelnord.

 

Publié dans CGT, ECONOMIE, Emplois, licenciements, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Le Front de Gauche exige un référendum sur le Pacte budgétaire européen

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 juillet 2012

 

Le Front de Gauche exige un référendum

sur le Pacte Budgétaire européen

 

Le Front de Gauche exige un référendum sur le Pacte budgétaire européen dans France austerite_3-300x150Alors que François Hollande a mis à l’ordre du jour

la ratification par la France du Pacte Budgétaire européen,

le Front de Gauche s’élève ce mercredi contre la volonté

du président de la République de faire passer un texte

aux conséquences économiques négatives.

Ses dirigeants demandent l’organisation d’un grand débat

public débouchant sur un référendum, afin d’informer le peuple et de lui laisser le dernier mot.

Pour le secrétaire national du Parti communiste Pierre Laurent, ainsi que pour Martine Billard (Parti de Gauche)

et Christian Picquet (Gauche Unitaire), le débat public, l’information du peuple et sa décision finale sur un sujet qui touche

à la souveraineté nationale sont indispensables. Les dirigeants du Front de Gauche souhaitent que cela permette d’éviter

la ratification en l’état d’un traité qui aurait des conséquences néfastes sur l’économie française, tuant notamment

l’investissement public en imposant une austérité drastique.

Pour Pierre Laurent, le Pacte Budgétaire est en effet porteur de mesures très dures, qui risquent de plonger la France

dans l’austérité à l’instar d’autres pays l’ayant ratifié, comme la Grèce qui multiplie actuellement les privatisations pour entrer

dans les clous européens, ou l’Espagne qui poursuit ses coupes dans les dépenses publiques en échange de l’aide

européenne à son secteur bancaire.

« Une austérité généralisée »

Christian Picquet, de Gauche Unitaire, explique que le gouvernement français serait lié par des contraintes budgétaires

encore plus strictes, et ne se donnerait donc aucun moyen de mettre en œuvre les changements politiques pour lesquels

il a été élu : « Signer le Pacte de Stabilité donnerait une trajectoire à la politique gouvernementale pour le quinquennat,

qui serait totalement contraire à ce pourquoi les Français ont voté au printemps. Cela orienterait vers une austérité généralisée

avec une baisse des dépenses publiques, une diminution du coût du travail pour alléger les cotisations patronales,

au moment où les grands groupes affichent des dividendes insolents. Cette trajectoire là, rien ne la justifie ».

Pas de ratification sans référendum

« Il est donc fondamental d’alerter les citoyens sur la situation et les conséquences concrètes de la ratification d’un tel traité »,

estime Martine Billard, du Parti de Gauche. « Il y a urgence, et on va mener cette bataille dès maintenant », poursuit-elle.

Le Front de Gauche lance donc la mobilisation en faveur de l’organisation d’un référendum, estimant qu’il ne peut pas y avoir

de ratification parlementaire sans que les dispositions du traité aient été portées à connaissance des citoyens. Cette thématique

sera placée au cœur des Estivales du parti les 25 et 26 août prochain, et le Front de Gauche promet une mobilisation en masse

à la rentrée si le gouvernement refuse le référendum.

Dans tous les cas, Pierre Laurent a annoncé que ses députés voteraient contre la ratification du traité au Parlement.

Christian Picquet espère que les députés socialistes et écologistes suivront :

« C’est un cri d’alarme en direction de l’ensemble de la gauche : on doit redresser quelque chose qui peut être une trajectoire

mortifère plongeant des pays dans une catastrophe sociale ».

En conclusion, il lance sur un air de défi à François Hollande : « Allez-vous faire passer ça alors que le peuple ne vous en a pas

donné mandat, comme Nicolas Sarkozy avait fait passer le traité de Lisbonne « en fraude » après l’échec du référendum de 2005 ?

Ce serait un suicide politique ».

humanitefr Christian Piquet dans Front de Gauche le 12 Juillet 2012

 

Publié dans France, Front de Gauche, Gauche unitaire, Parti de gauche, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Le mot mystère de l’été !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 juillet 2012

Le mot mystère de l'été ! dans Austerite le-mot-mystere

vu sur Section PCF Hénin-Beaumont

Publié dans Austerite, Humour | Pas de Commentaire »

Manifestation des mineurs espagnols – La police ouvre le feu : 76 blessés

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 juillet 2012

 

Espagne :

La manifestation des mineurs violemment réprimée fait 76 blessés

 

Manifestation des mineurs espagnols - La police ouvre le feu : 76 blessés dans Emplois 255289_10151014726659411_929830424_nAu moins 76 personnes ont été blessées dans des affrontements

entre manifestants et forces de l’ordre après que la police ait tiré

à balles en caoutchouc. Les dizaines de milliers de protestataires

réunis pour l’arrivée de la marche noire dénoncent les récentes

mesures de rigueur introduites par le gouvernement espagnol

au moment où la banque Bankia a été renflouée de dizaines de

milliards d’euros.

Parmi les blessés, on compte 33 officiers de police et 43 manifestants,

incluant les mineurs et leurs soutiens.

El-Pais rapporte que 7 mineurs ont été arrêtés pour avoir jeter des briques en direction des forces de l’ordre.

 

 

 Affrontements entre la police et les mineurs en face du Ministère d’Industrie
Image de prévisualisation YouTube
Publiée le 11 juil. 2012 par
*

Olvidio Gonzalez, 67 ans, a déclaré à Associated Press les violences ont débuté lorsque la police s’est mise à tirer,

la foule a paniquée. Il ajoute que les manifestants ont marché pacifiquement jusqu’au lieu où se tenaient les discours,

c’est alors que les forces de l’ordre ont ouvert le feu sans préavis. Aucun avertissement n’aurait été donné prenant

de cours nombre de manifestants.

*

 

Resistencia minera en las calles de Madrid

Chronique en images de l’arrivée des mineurs dans la capitale les 10 et le 11 juillet.

Image de prévisualisation YouTube
*
Publiée le 12 juil. 2012 par
*

Publié dans Emplois, France, Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Après 12 mois de mensonges, PSA Peugeot Citroen annonce la fermeture de l’usine d’Aulnay et la suppression de 8 000 emplois en France

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 juillet 2012

 

Suppression de 8 000 postes chez PSA :

un « séisme » pour Bernard Thibault

 

Après 12 mois de mensonges, PSA Peugeot Citroen annonce la fermeture de l'usine d'Aulnay et la suppression de 8 000 emplois en France dans CGT article_psa-4-300x187Le secrétaire général de la CGT a estimé jeudi que l’annonce

de la suppression de 8 000 emplois en France par

PSA Peugeot Citröen constituait un « séisme » et a déploré

que le gouvernement n’ait pas annoncé de mesures d’urgence

face aux plans de licenciements lors de conférence sociale.

Il a par ailleurs prévenu que sa centrale allait « réagir ».

 

« Je rappelle qu’il y a un an, nos représentants avaient déjà donné cette information. Sans doute que le contexte électoral

ne se prêtait pas à la confirmation de ce séisme », a déclaré le responsable de la CGT sur France Inter. Selon lui, PSA ne parle

que « des salariés estampillés Peugeot », sans compter les intérimaires, la sous-traitance et les emplois induits.

« Dès lors que Peugeot annonce la suppression de 8 à 10.000 emplois, il faut multiplier par trois, voire quatre, pour mesurer

l’impact en terme d’emploi pour l’ensemble du pays« , a-t-il indiqué, assurant que la CGT allait « réagir« . « Nous n’allons pas

prendre pour argent comptant cette annonce brutale de suppression d’emplois », a prévenu le secrétaire général de la CGT.

« Ça illustre la nécessité de prendre des dispositions d’urgence face à ces restructurations, ces plans de licenciements »,

a précisé le leader de la CGT. « Je regrette qu’à la conférence (sociale), il n’y ait pas eu dans les conclusions

du Premier ministre de mesure pour faire face à cette urgence« , a-t-il ajouté. « Il y a une série d’initiatives à prendre et qui

dépend des pouvoirs publics pour empêcher d’être uniquement spectateur de ce que décident des firmes comme PSA. »

PSA a annoncé jeudi l’arrêt de la production dans son usine d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) en 2014 et la suppression

de 8.000 emplois en France, après avoir enregistré une perte nette au premier semestre. La question de l’avenir du site d’Aulnay

était posée depuis la révélation en juin 2011 par la CGT de documents confidentiels envisageant sa fermeture à l’horizon 2014.

  • Lire aussi :

Marie-George Buffet :« PSA doit puiser dans ses dividendes »

« On peut faire autrement ! » chez PSA propose la CGT

La vérité sur une campagne mensongère qui vise à justifier l’injustifiable !

 

Jean-Pierre Mercier sur LCI

Publié dans CGT, Chomage, ECONOMIE, Emplois, France, SOCIAL | Pas de Commentaire »

PSA Aulnay : « La décision de fermer le site a été prise en 2010″

Posté par communistefeigniesunblogfr le 12 juillet 2012

 

PSA Aulnay :

« La décision de fermer le site a été prise en 2010″

 

PSA Aulnay :  Depuis deux ans, PSA savait qu’il allait fermer son usine

d’Aulnay. C’est ce que révèle Philippe Julien, secrétaire

du syndicat CGT de PSA Aulnay, dans l’Humanité Dimanche

de cette semaine.

L’entretien a été réalisé avant les annonces

du constructeur automobile française de ce jeudi matin.

HD. Dans une grande partie des médias, la fermeture de l’usine

d’Aulnay est présentée comme inéluctable ? Est-ce votre avis ?

Philippe Julien. Une partie de la presse nous a effectivement déjà

enterrés vivants. Pourtant il n’y a aucun argument valable pour justifier

la fermeture. On évoque la baisse des ventes. Mais PSA ne peut décider

de fermer une des cinq usines de montage qu’il a en France sous prétexte

d’une baisse du marché depuis le début de l’année, alors que cette chute

intervient après deux années exceptionnelles, 2010 et 2011. En une dizaine d’années, PSA a augmenté son chiffre d’affaires

en proportion de ses ventes de 41 à 61 milliards d’euros en 2011. Les effectifs ont baissé et la productivité a augmenté. Et ça

ne serait pas rentable ? L’autre argument avancé, c’est une prétendue surcapacité, mot repris en boucle par les « experts »

sans que rien ne soit jamais démontré. La direction a même affirmé qu’Aulnay ne marchait qu’à 50 % de ses capacités, alors

que l’on fabrique 700 véhicules par jour, c’est-à-dire 100 % de la capacité d’une ligne de montage.

HD. Si l’on en croit le document envoyé anonymement à la CGT en juin 2011, la décision de fermeture aurait de toute façon été

prise en 2010, une excellente année pour PSA.

Philippe Julien. Oui, effectivement, selon ce document la décision a été prise en janvier 2010. Elle est peut-être même

antérieure. C’est donc sans rapport avec l’évolution du marché. Le calcul de la direction, c’est qu’en « saturant » les autres usines

de montage – je n’emploie pas ce mot par hasard, c’est celui qui était utilisé dans le document – on peut augmenter la productivité

de manière très importante. En vérité, les voitures continueront à être fabriquées, mais au lieu de l’être dans cinq usines elles le

seront dans quatre.

HD. La direction du groupe invoque la nécessité de baisser les coûts de fabrication des modèles du segment B, dont la C3,

fabriquée à Aulnay. Mais quels sont ces coûts de fabrication ?

Philippe Julien. C’était le premier argument de la direction pour fermer Aulnay  : une marge insuffisante sur les petites voitures.

Argument qu’elle a laissé tomber quand on lui a demandé le niveau de ses marges par modèle, sur l’ensemble des gammes

fabriquées. L’un des problèmes, c’est le manque de transparence de la direction. D’où la nécessité de dispositifs permettant aux

salariés de pouvoir contrôler réellement les comptes de l’entreprise, les coûts, les prix de revient.

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans CFDT, Chomage, ECONOMIE, Emplois, France, SOCIAL | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy