• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 4 juillet 2012

« Discours d’Ayraut : une forte attente »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 juillet 2012

 

L’Humanité :

Éditorial par  Jean-Paul Piérot

Discours d’Ayraut : une forte attente

 

Pour Jean-Paul Piérot, qui signe l’édito de l’Humanité de ce mercredi,

Jean-Marc Ayrault a voulu rassurer l’électorat de gauche sur sa volonté

de rompre avec la politique 
de la droite. Mais sur les dossiers sociaux

les plus lourds, le Premier ministre est resté dans les clous trop serrés

du rigorisme de la chasse aux déficits.

En écoutant le discours de politique générale de Jean-Marc Ayrault, on pouvait mesurer

en écho la force des attentes sociales, de justice, de démocratie et de modernité

habitant toujours la majorité de Français qui a renvoyé Nicolas Sarkozy. Et il apparaît évident

que le nouveau premier ministre l’a mesurée lui-même en rédigeant son discours.

Il a beaucoup parlé d’espoir, comme s’il avait craint que les premiers actes

de son gouvernement, notamment son extrême timidité à augmenter le Smic, n’aient déjà écorné l’espérance des hommes

et des femmes qui avaient le plus intérêt – un intérêt vital – au changement politique. Aussi, sans revenir sur la politique

de rigueur, même s’il préfère parler d’effort, Jean-Marc Ayrault a voulu rassurer l’électorat de gauche sur sa volonté de

mettre en œuvre une politique qui rompe avec celle de la droite aujourd’hui rejetée en opposition rageuse.

En détaillant les prochaines mesures destinées à insuffler de la justice dans la fiscalité, en frappant « ceux qui ont été

exonérés des efforts collectifs », il satisfait une grande partie de l’opinion indignée pendant le quinquennat Sarkozy par

les privilèges accordés à la caste des riches (baisse de l’ISF, bouclier fiscal, heures supplémentaires défiscalisées,

droits de succession allégés…). En effaçant tous ces avantages spécial Fouquet’s et en introduisant de nouvelles tranches

de l’impôt sur le revenu, et une contribution plus juste des grandes entreprises (banques et pétroliers), le chef du gouvernement,

qui applique les 60 propositions de François Hollande, veut faire la démonstration que les efforts exigés pour tous seront

répartis proportionnellement selon les revenus de chacun.

Le discours confirme les promesses les plus emblématiques parmi toutes celles qui furent énoncées pendant

les campagnes électorales présidentielle puis législative : le droit de vote pour les résidents étrangers aux élections municipales,

les droits reconnus des couples homosexuels, l’abolition de la réforme antidémocratique des collectivités locales, l’introduction

d’une part de proportionnelle aux élections.

Mais, sur les dossiers sociaux les plus lourds, Jean-Marc Ayrault est resté dans les clous trop serrés du rigorisme de la chasse

aux déficits. Peut-on envisager par exemple que les 60 000 postes annoncés avec raison dans l’éducation pourraient

s’accompagner de l’hypothèse d’une baisse d’effectifs dans la santé ?

On déplorera la même insuffisance sur les retraites, où, malgré une avancée pour les travailleurs qui ont atteint leurs

annuités à 60 ans, il n’est toujours pas question de revenir sur l’ensemble de la réforme de Sarkozy contre laquelle s’est mobilisé

le monde du travail. Jean-Marc Ayrault assure vouloir inscrire le changement dans la durée. Sa portée dépendra pour une part

décisive sur l’empreinte qu’imprimera 
le peuple de gauche.

 

A lire aussi dans l’Humanité de ce mercredi :

  • Ayrault veut se décharger de la dette, décryptage de son discours de politique générale
  • « Nous sommes sur un ton de proposition, non d’inquisition », entretien avec André Chassaigne, président du groupe

GDR à l’Assemblée

  • L’UMP : opposition hargneuse
  • Premier débat à l’Assemblée, déjà l’affrontement
  • Les Verts se cherchent une voie

Et aussi :

  • Algérie, 50 ans d’indépendance, reportage à la recherche de l’histoire cachée
  • Nos deux pages Tour de France
  • Entretien avec Denis Lavant, acteur principal de Holy Motors, le film de Leos Carax

 

Publié dans l'Humanité, POLITIQUE, Presse - Medias | Pas de Commentaire »

Cantonale partielle dans le Var : Victoire du maire communiste de Brignoles face au FN

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 juillet 2012

 

La gauche célèbre sa victoire face au FN dans le Var

 

Cantonale partielle dans le Var : Victoire du maire communiste de Brignoles face au FN dans Cantonales 2011 gilardo-300x169Pierre Laurent et Harlem Désir ont fait part de leur satisfaction

après l’élection, ce dimanche, du maire communiste de Brignoles

au second tour de l’élection cantonale partielle qui l’opposait

au candidat FN Jean-Paul Dispard.

Le Secrétaire National du Parti Communiste voit dans la victoire de Claude

Gilardo face au candidat frontiste ce dimanche 1er juillet « un symbole de la lutte contre le FN » et la preuve que, face

au danger que représente l’extrême droite, « l’union de toutes les forces de la gauche est la garantie de la victoire ».

Une « victoire des républicains » dont s’est également réjoui le numéro deux du PS, Harlem Désir, qui a félicité

« chaleureusement » le nouveau conseiller général.

Le candidat du Front de Gauche a remporté de 13 voix son duel face à Jean-Paul Dispard, dont l’élection en 2011 avait été

invalidée pour « irrégularités ». Il était arrivé en tête au premier tour avec 40% des suffrages contre 34.9% pour le candidat

du Front National, et bénéficiait du soutien de l’ensemble de la gauche mais pas de celui de l’UMP. Aux dernières législatives

pourtant, socialistes et communistes avaient appelé à voter UMP pour faire barrage au FN, mais la droite a décidé une fois

de plus d’appliquer dans le Var la règle du « ni-ni », et a refusé tout désistement républicain.

Une « attitude détestable » qui « en dit long sur les passerelles désormais bien visibles entre l’UMP et le FN », estime Pierre

Laurent, qui  célèbre donc la « très belle victoire » de Claude Gilardo malgré la persistance de l’UMP à refuser toute

différenciation entre extrême gauche et extrême droite.

Harlem Désir qualifie quant à lui d’« irresponsable » ce « manque de courage » du parti dirigé par Jean-François Copé.

Théo Maneval 

  • A lire aussi :

Brignoles : le Front de Gauche affronte le FN

Election de Claude Gilardo dans le Var : « Symbole de la lutte contre le FN « (Pierre Laurent)

Source : humanite.fr/  2 juillet 2012


Publié dans Cantonales 2011, F-Haine, Front de Gauche, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE, PS, UMP | Pas de Commentaire »

Pierre Laurent : « La confiance se fonde sur les actes »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 juillet 2012

 

Discours de politique générale :

« La confiance se fonde sur les actes »

 

 Pierre Laurent : « La confiance se fonde sur les actes » dans France PCF-Affiches-vie-chereNous avons entendu le Premier ministre nous présenter avec beaucoup

de conviction les 60 engagements du président Hollande rendus publics

au cours de la campagne électorale.

Certaines mesures comme l’annulation de la TVA sociale, le droit

de vote des étrangers, le rétablissement du barème de l’ISF ou la fin

des exonérations de charges sociales sur les heures supplémentaires

sont de bonnes nouvelles.

Jean-Marc Ayrault a cependant manqué de nous convaincre sur les moyens qu’il entend se donner pour réussir une politique

de changement à la hauteur des besoins des Français. La rupture plusieurs fois proclamée par le Premier ministre avec l’austérité

exige d’autres mesures que celles qu’il a annoncées.

A s’en tenir là et en appelant les députés à ratifier le pacte budgétaire européen, qui sera le principal obstacle à la souveraineté

nationale et aux changements voulus par les Français, le Premier ministre sera vite conduit à jeter le gant dans le combat à

mener contre les marchés financiers, les institutions bancaires et une Troïka européenne plus éloignés que jamais des intérêts

populaires.

Je soutiens les parlementaires du Front de gauche dans leur choix de s’abstenir ; la confiance se fonde sur les actes, et c’est

aux actes que ceux qui ont porté la gauche au pouvoir jugeront.

Attentifs à l’appel à mobilisation du Premier ministre, nous jouerons pour notre part tout notre rôle pour que les aspirations

au changement formulées par les Français deviennent réalité.

Par Pierre Laurent, le 03 juillet 2012

Source : Site national du PCF

Publié dans France, Front de Gauche, PCF, Pierre Laurent, POLITIQUE, Politique nationale | Pas de Commentaire »

Intervention d’André Chassaigne – Déclaration de politique générale du gouvernement

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 juillet 2012

 

Intervention d’André Chassaigne

 

Intervention d'André Chassaigne - Déclaration de politique générale du gouvernement dans André Chassaigne photo_chassaigne_0-257x300Monsieur le Président, Monsieur le Premier ministre, Chers Collègues,

Lors des scrutins de ce printemps, les Français ont souhaité tourner

la page de dix années de politique de droite. Ils ont sanctionné

une méthode de gouvernement brutale et inconséquente. Ils ont aussi

exprimé leur défiance à l’égard d’une politique économique incapable

de juguler la hausse du chômage et de relancer l’économie. Une politique

qui a aggravé les effets de la crise par la multiplication de mesures d’austérité.

L’échec est patent et le bilan du dernier quinquennat calamiteux.

La Cour des comptes soulignait, hier, que la dette a augmenté ces cinq dernières

années de près de 600 milliards d’euros, soit une hausse de plus de 40%.

La crise n’explique pas tout. Elle n’a pesé que pour un peu plus d’un tiers dans le déficit actuel. Le niveau des dépenses

publiques n’est pas non plus en cause : leur part dans la richesse nationale n’a cessé de diminuer depuis quinze ans.

Les causes des difficultés sont à chercher ailleurs, dans les choix politiques désastreux opérés en matière budgétaire

et fiscale, l’allégement de la fiscalité des plus fortunés, les quelques 172 milliards d’euros de niches fiscales et

d’exemptions sociales accordées aux entreprises, notamment les plus grandes d’entre elles, sans la moindre contrepartie

en termes d’emplois…

Indépendamment de la détérioration des comptes publics, faut-il rappeler que le chômage touche aujourd’hui près de 5 millions

de nos concitoyens ? Que le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté a augmenté de plus de 20% depuis 2002,

parmi lesquelles un nombre croissant de travailleurs pauvres ? Faut-il rappeler aussi que les plans sociaux se multiplient, tandis

que notre balance commerciale affiche un déficit de quelques 70 milliards d’euros ?

C’est donc bien d’urgence économique et sociale dont il faut parler !

Aussi, ce que les Français attendent de nous, ce n’est pas de nous engager dans la spirale de la rigueur, mais d’œuvrer au

contraire à la relance de l’activité, de nous émanciper des approches comptables pour bâtir les instruments d’une nouvelle donne

économique et sociale.

Ce qu’ils attendent, c’est que s’ouvrent des perspectives nouvelles, dans le souci de l’intérêt général et le respect des principes

d’égalité et de justice.

Nous ne le dirons jamais assez : nous n’avons pas le droit de décevoir cette espérance de changement. Nous avons une obligation

de résultat.

Et nous formulons pour cela des propositions de nature à sortir le pays de la crise et répondre aux attentes.

FDG7 dans Assemblee nationaleParmi ces propositions figure bien entendu la réorientation promise

de la politique européenne. A cet égard, les conclusions

du sommet européen qui s’est tenu la semaine dernière ne sont

guère encourageantes.

Ce sommet a certes permis la mise en place du pacte de croissance

que le Chef de l’État appelait de ses vœux. Mais sa portée est trop modeste.

Ce paquet de quelques 120 milliards d’euros, niché en annexe des conclusions du Conseil européen, n’aura pas la force

juridique du pacte budgétaire. L’enveloppe, constituée pour moitié de fonds déjà votés, ne représente au total qu’1% du PIB

européen. Cela ne suffira pas à exercer l’effet de levier attendu sur l’activité.

Cette maigre avancée se paie surtout de contreparties que nous jugeons dangereuses, disons même inacceptables.

Le donnant-donnant conclu à Bruxelles laisse en effet en l’état le fameux Pacte budgétaire. Destiné avant tout à rassurer

les marchés financiers, ce traité ne s’attaque à aucune des causes de la crise actuelle. Il en aggrave au contraire

les conséquences en durcissant les politiques d’austérité et en consacrant la mise sous tutelle européenne des politiques

économiques et budgétaires nationales.

[Lire la suite sur pcf.fr]

 

http://www.dailymotion.com/video/xrxufs

sur dailymotion.com

par LCP

Lire également :

Chassaigne: « Je ne me considere pas comme un opposant de gauche »

 

Chassaigne vu par André

http://www.dailymotion.com/video/xru7qp

sur dailymotion.com

par lejdd

 

Publié dans André Chassaigne, Assemblee nationale, France, Front de Gauche, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy