Rio+20 : Nouveau raté sur la question environnementale

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 juin 2012

 

Rio + rien (ou presque)

 

Rio+20 : Nouveau raté sur la question environnementale dans Environnement rio_20_by_jdpena_1-9513f-300x199

par Sophie Chapelle| 22 juin 2012

Vingt ans après le sommet initial qui avait jeté les bases

de la notion de développement durable, Rio+20 sonne

comme un échec retentissant. Après la Conférence sur

le climat de Copenhague en 2009, c’est un nouveau raté

sur la question environnementale. Dans lequel se confirme,

au passage, la « bascule géopolitique » qui voit les pays

émergents prendre toute leur place parmi

les puissants de la planète.

 

Les signes ne manquent pas autour du centre de conférence des Nations Unies sur le développement durable pour marquer

la présence des 130 chefs d’État et de gouvernement du 20 au 22 juin. Alors que la police anti-émeute est alignée devant l’entrée

principale et que des troupes armées patrouillent dans des canots sur le lac voisin, les frégates marines dessinent l’horizon.

Dans cette enclave sécuritaire située à une vingtaine de kilomètres du Sommet alternatif organisé par la société civile, personne

ne cache sa déception autour du texte adopté le 19 juin par l’ensemble des négociateurs. Pas même Ban Ki Moon, le secrétaire

général des Nations unies, pour qui « nos efforts n’ont pas été à la mesure des défis qui nous attendent. La nature n’attend pas.

Elle ne négocie pas avec les humains ».

Intitulé « le futur que nous voulons », ce texte de 49 pages était censé déterminer une feuille de route sur la mise en

œuvre d’une « économie verte », définir des « objectifs de développement durable » (ODD) clairs, et s’accorder sur la

mise en place d’un cadre institutionnel ambitieux pour ce faire.

[Lire la suite sur regards.fr]

Photo :  »le peuple gouverne! », mercredi 20 juin, à Rio, une manifestation a réunit 80 000 personnes

selon les organisateurs (photo : Jean de Peña – Collectif à-vif(s)

Lire également :

 

Publié dans Environnement | Pas de Commentaire »

Manolis Glezos, combattant antifasciste et député de Syriza : « Nous devons sortir de l’esclavage du capital »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 juin 2012

Manolis Glezos, combattant antifasciste et député de Syriza :

 

Manolis Glezos est un combattant infatigable au long cours, député de la Coalition de la gauche radicale (Syriza)

et célèbre pour l’action qui a donné le coup d’envoi à la Résistance en 1941, lorsqu’il arracha le drapeau nazi

planté par les forces d’occupation allemandes sur l’Acropole d’Athènes.

Manolis Glezos note que, même si la coalition de gauche n’a pas remporté les élections législatives, elle a quand même

connu une victoire car pour la première fois apparaît une gauche qui « ne veut pas conduire le peuple, mais marcher à ses côtés ».

Il assure vouloir que la Grèce reste dans les institutions européennes, mais avec un autre modèle,

l’Europe des peuples et non celle des multinationales.

*

gal_5502-300x201 Manolis Glezos dans Grece

Manolis Glezos avec Alexis Tsipras. Foto Fotis Vrotsis

*

A presque 90 ans, vous êtes toujours un militant de gauche de premier plan.

Comment évaluez-vous les résultats électoraux obtenus par Syriza le 17 juin ?

Je pense que notre défaite est due à trois raisons principales : la première, que tout le monde connait, a été la forte pression

à laquelle nous avons été soumis de la part des médias et des dirigeants européens ont fait tout ce qui a été en leur pouvoir

pour terroriser les gens face à la perspective d’une victoire de Syriza. La seconde raison est qu’en Grèce, il n’y a pas de vote

par correspondance, et une grande partie des électeurs sont inscrits sur leurs lieux de naissance, et qu’ils doivent donc aller

voter là-bas. Ces deuxièmes élections en un peu plus d’un mois, ont fait que beaucoup de nos gens n’ont pas pu aller voter

par manque d’argent pour le voyage. D’où la forte abstention. Et troisièmement, beaucoup de dirigeants de Syriza message

ou n’ont pas tenu un discours homogène ou n’ont pas réussi à bien l’expliquer, surtout dans le domaine économique, ce qui a

été exploité par les médias pour tromper les gens, en présentant des messages fragmentés ou apparemment contradictoires.

Mais malgré tout cela, ces élections ont été une victoire pour Syriza. C’est la naissance d’une nouvelle gauche, qui n’a rien à voir

avec les courants idéologiques du XXe siècle. La nouvelle gauche ne veut pas conduire le peuple, mais marcher à ses côtés,

en cherchant tous ensemble les solutions dont on a besoin, pour arriver au pouvoir tous unis.

*

Combien de temps faudra-t-il pour qu’éclate la colère sociale contre la politique du nouveau gouvernement,

dirigé par le parti conservateur Nouvelle Démocratie ?

Il est difficile de mettre une date. Comme c’est la première fois qu’on assiste à une percée si importante de la gauche, je pense

que les puissances internationales ne vont pas faciliter les choses pour le mouvement populaire et vont essayer de le freiner

par des concessions au nouveau gouvernement. Certes, nous recevrons plus d’aide que prévu, pour essayer ainsi de marginaliser

la gauche. Mais cela signifiera que nous serons enchaînés à la dette pour plus d’une décennie. Peut-être les retraites

et les salaires ne seront pas abaissés  pour éviter les manifestations, mais l’avenir de notre peuple sera de toute façon hypothéqué.

*

Quelle sera l’attitude de Syriza dans cette nouvelle étape ?

Nous sommes prêts à combattre, au Parlement et dans la rue. Nous dévoilerons ce qui se passe vraiment en Grèce. Nous allons

nous concentrer sur la reconquête de la souveraineté de l’État grec. Nous n’avons pas besoin de sauveurs, ni des prêteurs

ni des marchés. Nous ne sommes pas en train de dire qu’il faut nous isoler, notre politique est avec l’Union européenne.

*

Vos positions sur l’Union européenne sont parfois ambiguës. Pourriez-vous préciser si vous êtes favorables ou non

à une poursuite du chemin dans les institutions européennes ?

[Lire la suite sur TLAXCALA]

Auteur

aut_2495 Syriza dans POLITIQUE

Antonio Cuesta

Traduit par  Fausto Giudice

Merci à Tlaxcala
Source : http://www.gara.net/paperezkoa/20120625/348699/es/Tenemos-que-salir-esclavitud-capital
Date de parution de l’article original : 25/06/2012

Publié dans EUROPE, Grece, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Le coup de pouce du SMIC : « un sévère coup de froid »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 juin 2012

 

Le coup de pouce du SMIC : « un sévère coup de froid »

 

Le coup de pouce du SMIC : « un sévère coup de froid » dans Austerite smic6mai-300x150Par Olivier Dartigolles, le 26 juin 2012

Le coup de pouce du SMIC qui avait été promis se révèle être un premier

et sévère coup de froid pour toutes celles et ceux qui attendaient autre

chose qu’une valorisation à peine supérieure à celles des années

précédentes.

 

Face à la crise et aux politiques d’austérité, en réponse aux attentes populaires pour une amélioration concrète des conditions

de vie, le gouvernement avait, avec une vraie hausse du salaire minimum, la possibilité d’agir efficacement dans trois directions.

La première porte sur la question salariale. Elle est au cœur, depuis le 6 mai, du changement attendu en terme de justice sociale.

La seconde s’inscrit dans l’indispensable rupture avec l’austérité qui nourrit la crise à l’échelle européenne en brisant la croissance

que le Président de la république appelle pourtant de ses vœux.

La troisième s’inscrit dans la nécessite d’en finir avec les dogmes néo-libéraux qui font du « cout du travail » la cause des déficits

commerciaux de la France.

En réalité, ce sont les « coûts en capital » qui minent l’efficacité productive : en 2010, les charges d’intérêts payés aux banques

et les dividendes versées aux actionnaires par les sociétés ont atteint 309 milliards d’euros.

Augmentation légale déduite, les smicards pourront s’offrir une place de cinéma à tarif réduit pour rêver à une autre vie.

Les calculs les plus savants ne feront en rien disparaitre une réalité : le salaire minimum est une grande conquête sociale qui,

après 5 années de Sarkozysme, méritait bien autre chose que ce 2% qui apparait aujourd’hui comme un renoncement.

Une hausse du SMIC à 1700 euros brut est parfaitement soutenable à condition, comme le proposent le PCF et ses partenaires

du Front de gauche, d’instaurer un salaire maximum dans les entreprises publiques et privées et de réduire l’écart entre le plus

bas et le plus haut salaire de manière à ne pas dépasser 1 à 20

 

Publié dans Austerite, ECONOMIE, POLITIQUE, Politique nationale, Pouvoir d'achat, Salaires | Pas de Commentaire »

Amiante/Eternit : un nouvel espoir d’un procès au pénal

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 juin 2012

 

Amiante/Eternit : un nouvel espoir d'un procès au pénal dans SANTE amiantevictime-300x150La Cour de cassation a donné tort mardi à la cour d’appel de Paris

qui avait annulé en décembre 2011 six mises en examen

dans l’enquête sur la mort d’anciens salariés du groupe d’amiante

Eternit.

Satisfaction des victimes qui entrevoient un procès au pénal.

 

Le 16 décembre 2011, la chambre d’instruction de la cour d’appel de Paris avait annulé les mises en examen d’Eternit et de

cinq de ses responsables pour « homicides et blessures involontaires », en invoquant des problèmes juridiques. Mais la Cour

de cassation a estimé que ces arguments n’étaient pas recevables. Elle « casse et annule » l’arrêt du 16 décembre 2011 et

« renvoie la cause et les parties devant la chambre d’instruction de la cour d’appel de Paris autrement composée ».

>>> Lire : A Paris, enlisement de première classe dans le dossier Eternit

« C’est une décision très satisfaisante pour les victimes« , a aussitôt réagi l’une des avocates des parties civiles, Me Sylvie

Topaloff, devant la presse, au palais de justice de Paris. « La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris avait donné

un grand coup de frein à la procédure. Là, on a de nouveau l’espoir d’avoir un procès au pénal ».

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans SANTE, SOCIETE, Souffrance au travail | Pas de Commentaire »

Quand prêt-à-porter rime avec précarité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 juin 2012

 

Quand prêt-à-porter rime avec précarité

 

Quand prêt-à-porter rime avec précarité dans Luttes 2012-06-26camaieu-300x150Béthune (Pas-de-Calais), envoyée spéciale.

Le salaire de Cherif Legbaa plafonne à 1 180 euros par mois.

Il complète ses revenus avec le RSA. Il revendique une hausse

d’au moins 100 euros par mois.

Coup de tonnerre au pays des corons. En grève vendredi, devant le magasin

Camaïeu de Béthune (Pas-de-Calais), Cherif Legbaa, quarante et un ans,

délégué syndical FO, raconte sa mésaventure, les poings serrés. « Quand je suis venu demander une augmentation

à la direction, on m’a dit que j’avais déjà le revenu de solidarité active (RSA) pour arrondir mon salaire ! »

« Le 5 du mois, il n’y a plus rien »

Employé logistique depuis dix-huit ans à l’entrepôt de Roubaix, « la ville la plus pauvre de France », il plafonne à 1 180 euros

par mois. En complément, il bénéficie de 296 euros de RSA activité. « Certains collègues n’osent pas le demander. La dernière

fois que j’ai refait mon dossier à la caisse d’allocations familiales (CAF), j’ai côtoyé des personnes en grande difficulté. J’ai eu

le déclic, ça ne pouvait plus durer. » Son épouse travaille régulièrement en intérim dans le domaine médical. Quand elle est en

mission, Cherif perd son droit au RSA. « Avec un loyer de 600 euros, les impôts, l’essence, dans tous les cas, le cinq du mois,

il n’y a plus rien ! » explique-t-il en faisant de grands gestes.

Dans ce contexte, pas de vacances à l’horizon. Et les loisirs sont limités. En matière de shopping, le passage par la case

« soldes » est obligatoire. Pas question d’aller chez Camaïeu pour sa femme, « trop cher », précise-t-il. Dans un futur proche,

il aimerait changer sa vieille voiture pour continuer à aller à la mer avec ses deux enfants. Chérif n’admet pas que son travail

soit ainsi déconsidéré. Après des années au charbon, il connaît son métier sur le bout des doigts. « Je me lève tous les matins

à 4 heures pour aller aux entrepôts, je charge, je décharge, je vais dans les stocks, je n’ai même pas le droit à un salaire

décent, même pas à des chèques-vacances. »

1 milliard de chiffre d’affaires

En 2001, pour arracher le treizième mois de salaire, il se souvient avoir occupé l’usine une semaine en plein hiver. « Aujourd’hui,

on demande au moins 100 euros par mois, c’est pas la mort ! » lâche-t-il. Dégoûté, le syndicaliste tend un article daté de 2009.

Il raconte que l’ancien PDG du groupe, Jean-François Duprez, avait touché 23 millions d’euros de stock-options la même année.

« En 2011, on a fait plus d’un milliard de chiffre d’affaires, ça me file la nausée ! C’est honteux que le conseil général finance

notre RSA ! Pourquoi on n’irait pas plutôt demander de l’argent aux fonds de pension auxquels on reverse des millions de

dividendes ? »

[Lire la suite sur humanite.fr]

 

Publié dans Luttes, Pouvoir d'achat, Salaires, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Robin Renucci rédacteur en chef d’un jour de l’Humanité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 juin 2012

 

Robin Renucci rédacteur en chef d'un jour de l'Humanité dans l'Humanité une_21-213x300

 

L’homme de théâtre, de cinéma et de télévision s’est prêté au jeu

d’une nouvelle mise en scène, celle de l’actualité.

Robin Renucci est le rédacteur en chef d’un jour de l’Humanité

de ce mardi.

Comme avant lui la chanteuse Juliette, le comédien et auteur François Morel,

le syndicaliste Bernard Thibault ou le héraut du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon,

le directeur de la compagnie des Tréteaux de France et personnage central de la série

Un Village français nous fait partager ses réflexions et ses sensibilités.

 

 

Extrait :

  • « L’économie à bout de souffle »

« Les regroupements des maternités, la diminution des personnels et de leur formation, la surmédicalisation sur un acte

millénaire ne me semble pas une bonne chose. L’angoisse croît dans les salles d’accouchement. C’est un constat.

Et les économies budgétaires appliquées aux maternités témoignent d’une vision à court terme. En formant davantage

les professionnels de la naissance et en restituant à la femme les savoir-faire qui lui sont propres, l’instinct de vie pour elle

et son bébé, on investit au contraire dans la durée. Si l’arrivée au monde de l’enfant se déroule dans l’angoisse,

la surmédicalisation et la surcharge de protocoles, quel avenir promet-on au petit d’homme et avec quelle autonomie?

Le souffle, premier geste de l’expression. « Ex », comme expirer, exprimer, exister, mettre hors de soi. Réapprendre le geste

du souffle et de la mise au monde est urgent et porteur de sens. » Robin Renucci.

  • A voir aussi :

Les vidéos de l’Humanité.fr : Robin Renucci, « l’Humanité est un journal libre »

 

A lire dans l’Humanité de ce mardi :

  • Evènement salaires : une vraie hausse du Smic serait à la portée des entreprises – Quand prêt-à-porter rime

avec précarité – Un coup de pouce aussi pour les minima sociaux?

  • Parti de gauche, le « ni-ni » de Jean-Luc Mélenchon
  • « Il faut ouvrir le débat sur la représentativité patronale« , entretien avec le président de l’Usgeres qui fédère

des employeurs de l’économie sociale

  • Le « J’accuse » du Sénat sur les agences de notation
  • Les trentenaires, les travailleurs précaires et le plus modestes face à leur isolement
  • Les citoyens d’Europe toujours plus hostiles à l’austérité

Toute l’actualité sur l’Humanité.fr

S.G.

 

Publié dans l'Humanité, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Le groupe Gauche démocrate et républicaine reconduit à l’Assemblée

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 juin 2012

 

Le groupe Gauche démocrate et républicaine reconduit à l'Assemblée dans Assemblee nationale 2012-06-25gdr-fdg-assemblee-300x150Le groupe de la Gauche démocrate et républicaine (GDR)

portera la voix du Front de gauche et des députés ultramarins

dans la nouvelle Assemblée nationale.

Dans un communiqué publié ce lundi après-midi, le groupe GDR

indique qu’il « sera pérennisé. Comme sous la précédente législature,

il s’agira d’un groupe technique constitué de deux composantes

autonomes : celle du Front de gauche et celle des Ultramarins. Il sera présidé par André Chassaigne. »

Ce groupe est donc composé des dix députés du Front de gauche :

François Asensi (Seine-Saint-Denis), Alain Bocquet (Nord), Marie-George Buffet (Seine-Saint-Denis),

Jean-Jacques Candelier (Nord),  Patrice Carvalho (Oise), Gaby Charroux (Bouches-du-Rhône),

André Chassaigne (Puy-de-Dôme), Marc Dolez (Nord), Jacqueline Fraysse (Hauts-de-Seine), Nicolas Sansu (Cher).

Cinq députés ultramarins les rejoignent :

Huguette Bello (La Réunion), Alfred Marie-Jeanne (Martinique), Jean- Philippe Nilor (Martinique),

Gabriel Serville (Guyanne), Bruno Nestor Azerot (Martinique).

 

Publié dans Assemblee nationale, France, Front de Gauche, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Refuser le pacte d’austérité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 juin 2012

 

Refuser le pacte d'austérité dans Austerite resister-300x225Par Patrick Le Hyaric

Le sommet européen de cette fin de semaine doit à nouveau discuter

du traité initié par M. Sarkozy et Mme Merkel. Celui-ci est un sévère

corset contre les peuples. Il oblige les États à réduire drastiquement

les investissements humains, sociaux et publics. De ce point de vue,

il est encore plus dur que le traité de Maastricht.

Pire, ce traité d’austérité budgétaire oblige les États à inscrire dans

leur constitution, « l’auto-obligation » de réduire les dépenses publiques

et de se placer sous le contrôle direct de la Commission de Bruxelles.

Ce contrôle des finances publiques concernerait l’État, le budget de la sécurité sociale et aussi ceux des collectivités territoriales.

Ainsi, avec ce texte, c’est l’austérité permanente : moins de crédits pour l’école ou la santé, la voie ouverte à une privatisation

de tout ou partie de la protection sociale, des moyens réduits pour les communes, départements ou régions. Le Président,

F. Hollande, lorsqu’il était candidat, a contesté ce texte et s’était engagé à le renégocier. C’est d’ailleurs la proposition numéro 11

de son programme. Depuis, il n’a évoqué que l’ajout d’un volet baptisé « croissance ».

En fait, ce qui s’est discuté à Rome, il y a quelques jours, avec les responsables italien, espagnol et allemand, ne porte que sur

l’activation d’un accord décidé le 30 janvier dernier, lors d’un sommet européen et qui serait maintenant baptisé

« pacte de croissance ».  Les dirigeants européens font mine de reprendre les mots de F. Hollande.

En vérité, il ne peut y avoir de relance efficace de l’économie sans progrès social. Or, les instances européennes

sauvent les banques pour mieux détruire les acquis sociaux.

Les propositions, au nombre de quatre, restent en effet bien maigres, au moment où l’Espagne et l’Italie sont violemment

attaquées par les marchés financiers. Il s’agirait d’utiliser les crédits des fonds structurels non dépensés, de mettre en place

une taxe sur les transactions financières, de créer des bons d’obligation pour racheter des dettes, d’augmenter le capital de

la Banque européenne d’investissements. Rien n’est envisagé pour augmenter le pouvoir d’achat. Rien non plus pour

faire de la Banque centrale européenne une banque publique au service de la relance et de l’emploi.

Il n’y a pas de solution efficace contre cette guerre que mènent les ogres de la finance contre les peuples sans modifier

les statuts de la Banque centrale européenne pour lui permettre d’acheter directement tout ou partie des dettes des États

ou de prêter directement à ceux-ci, au même taux qu’elle le fait aux banques, c’est-à-dire aux alentours de 1%. Aujourd’hui,

la Banque centrale européenne prête uniquement aux banques à 1%, lesquelles grossissent leurs profits en reprêtant aux États

de 3 à 19%. Pour rembourser cette charge de la dette, les États réduisent les crédits sociaux et publics.

Le mécanisme à l’œuvre joue donc comme une pompe aspirante de l’argent public, contre le bien être des populations.

Il conduit aussi à aggraver l’austérité. Poursuivre ainsi, c’est organiser l’asphyxie des services publics, de la sécurité sociale

et des collectivités territoriales au seul bénéfice des banques et du monde de la finance.

La gauche doit se placer du côté du peuple travailleur et des retraités et non de celui des puissances d’argent.

Dans ces conditions, F. Hollande ne doit pas accepter le traité d’austérité budgétaire et continuer d’agir pour pouvoir le renégocier.

Et pour se donner de la force pour le faire, face aux pressions, il peut en appeler au peuple en organisant un débat

et un référendum sur ce texte. C’est la voie de la démocratie. C’est se placer du côté du peuple.

 

Publié dans Austerite, ECONOMIE, EUROPE, F. Hollande, POLITIQUE, SOCIAL, Union europeenne | Pas de Commentaire »

Paraguay : Coup d’État des classes dominantes contre Fernando Lugo

Posté par communistefeigniesunblogfr le 26 juin 2012

 

Paraguay :

le PCF condamne le coup d’État déguisé contre le Président Fernando Lugo

 

 Paraguay : Coup d'État des classes dominantes contre Fernando Lugo  dans Amerique latine 080815-ParaguayFernandoLugoInauguration-300x180Le PCF condamne le coup d’État déguisé au Paraguay, dirigé contre

Fernando Lugo, Président de la République « l’évêque des pauvres »

et élu contre une droite revancharde et réactionnaire qui s’est enrichie

pendant la période de la dictature.

Cette oligarchie de la bourgeoisie, qui ne s’est jamais inquiétée

des violations des droits de l’homme et qui a tout fait pour empêcher

la mise en place des réformes voulues par Fernando Lugo,

en particulier la réforme agraire, s’empare d’un événement dramatique pour tenter de légitimer son coup de force.

La droite paraguayenne s’est en effet saisi de l’affrontement qui a fait 17 morts, 11 paysans et 6 policiers à Curuguaty,

dans le Nordeste du pays pour demander la destitution du Président Fernando Lugo. La majorité de droite a laissé 24 heures

au président pour préparer sa défense et il ne disposera que de deux heures pour s’exprimer devant le Sénat ce vendredi

22 juin 2012.

Le PCF affirme sa solidarité avec les partis de la gauche paraguayenne et avec le peuple du Paraguay.

A lire également :

sur courrierinternational.com : Le président qui dérangeait les riches

Publié dans Amerique latine, Paraguay | Pas de Commentaire »

ALERTE ! “Two-Pack” : L’austérité transposée dans le droit européen

Posté par communistefeigniesunblogfr le 25 juin 2012

 

“Two-Pack” : L’austérité transposée dans le droit européen

 

ALERTE !  “Two-Pack” : L’austérité transposée dans le droit européen dans Austerite cropped-au-parlement-europc3a9en-300x75 Par PATRICK LE HYARIC Député au Parlement Européen

et Vice Président du Groupe GUE/NGL

Gauche Unitaire Européenne / Gauche Verte Nordique

 

Deux projets de règlements ont été récemment soumis au Parlement européen. Cachés au grand public,

ils sont pourtant d’une extrême gravité pour la vie quotidienne de chacune et chacun.

En lien avec le traité austéritaire Sarkozy-Merkel actuellement en débat, ils organisent pour les États européens

la dépossession de leur budget, de leur sécurité sociale, jusqu’au budget de leurs régions, départements

et communes.

Il y a danger.

Cliquez sur l’image ci-dessous pour lire (ou télécharger) mon décryptage de ces deux textes.

 dans POLITIQUE

 

Publié dans Austerite, POLITIQUE, Union europeenne | Pas de Commentaire »

12345...14
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy