• Accueil
  • > Austerite
  • > Le coup de pouce du SMIC : « un sévère coup de froid »

Le coup de pouce du SMIC : « un sévère coup de froid »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 27 juin 2012

 

Le coup de pouce du SMIC : « un sévère coup de froid »

 

Le coup de pouce du SMIC : « un sévère coup de froid » dans Austerite smic6mai-300x150Par Olivier Dartigolles, le 26 juin 2012

Le coup de pouce du SMIC qui avait été promis se révèle être un premier

et sévère coup de froid pour toutes celles et ceux qui attendaient autre

chose qu’une valorisation à peine supérieure à celles des années

précédentes.

 

Face à la crise et aux politiques d’austérité, en réponse aux attentes populaires pour une amélioration concrète des conditions

de vie, le gouvernement avait, avec une vraie hausse du salaire minimum, la possibilité d’agir efficacement dans trois directions.

La première porte sur la question salariale. Elle est au cœur, depuis le 6 mai, du changement attendu en terme de justice sociale.

La seconde s’inscrit dans l’indispensable rupture avec l’austérité qui nourrit la crise à l’échelle européenne en brisant la croissance

que le Président de la république appelle pourtant de ses vœux.

La troisième s’inscrit dans la nécessite d’en finir avec les dogmes néo-libéraux qui font du « cout du travail » la cause des déficits

commerciaux de la France.

En réalité, ce sont les « coûts en capital » qui minent l’efficacité productive : en 2010, les charges d’intérêts payés aux banques

et les dividendes versées aux actionnaires par les sociétés ont atteint 309 milliards d’euros.

Augmentation légale déduite, les smicards pourront s’offrir une place de cinéma à tarif réduit pour rêver à une autre vie.

Les calculs les plus savants ne feront en rien disparaitre une réalité : le salaire minimum est une grande conquête sociale qui,

après 5 années de Sarkozysme, méritait bien autre chose que ce 2% qui apparait aujourd’hui comme un renoncement.

Une hausse du SMIC à 1700 euros brut est parfaitement soutenable à condition, comme le proposent le PCF et ses partenaires

du Front de gauche, d’instaurer un salaire maximum dans les entreprises publiques et privées et de réduire l’écart entre le plus

bas et le plus haut salaire de manière à ne pas dépasser 1 à 20

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy