• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 5 juin 2012

Pour l’encadrement des prix alimentaires

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 juin 2012

 

Pour l’encadrement des prix alimentaires

 

Pour l'encadrement des prix alimentaires dans Agriculture QuestionGouvernementPar André Chassaigne, Chronique publié dans le Journal La Terre.

La campagne électorale révèle quelques satisfactions :

selon un sondage paru dans le journal L’Humanité-Dimanche

la semaine dernière, 68 % des Français souhaitent un blocage

des prix des produits alimentaires de première nécessité.

C’est la mesure qu’ils plébiscitent et j’ai pu le constater

dans les réunions que j’anime au jour le jour.

Cette attente sociale très forte s’appuie sur une réalité concrète : pour beaucoup de ménages,

toutes les charges augmentent sans que leurs revenus ne bougent.

La hausse des prix alimentaires, supérieure à 4 % en moyenne en 2011, est aujourd’hui avec celle des prix de l’énergie

une injustice devenue insupportable.

L’encadrement des prix alimentaires est une mesure de justice que l’on peut prendre dès aujourd’hui pour redonner

du pouvoir d’achat aux plus modestes. Mais soyons attentifs à expliquer que ce doit aussi être un bon moyen d’agir concrètement

pour redonner un vrai prix rémunérateur pour les productions agricoles de base. L’intérêt des consommateurs n’est pas contraire

à celui des producteurs !

Alors l’encadrement des prix, cette mesure est-elle vraiment d’un autre temps,

comme le professent en cœur nos économistes libéraux ?

Inapplicable, diront bien évidemment les distributeurs et le secteur de l’agroalimentaire. Car, s’ils s’autorisent de telles hausses

annuelles des prix, en vidant les poches des plus modestes, c’est d’abord parce que l’Etat s’est défaussé de toutes ses prérogatives

sur la fixation des prix du panier de la ménagère. C’est un choix politique, qui consiste à laisser aux appétits financiers toute latitude

pour augmenter ses marges entre les prix qu’ils payent aux producteurs, et celui auquel il revend aux consommateurs.

[Lire la suite sur Moissac au Coeur]

 

Publié dans Agriculture, ECONOMIE, France, POLITIQUE, Pouvoir d'achat | Pas de Commentaire »

Meeting de Billy-Montigny

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 juin 2012

 

Discours de Bruno Troni

http://www.dailymotion.com/video/xrb512

sur dailymotion.com

par lepartidegauche

*

Discours de Michelle Demessine

http://www.dailymotion.com/video/xrb43f

sur dailymotion.com

par lepartidegauche

*

Discours de Martine Billard

http://www.dailymotion.com/video/xrb0zc

sur dailymotion.com

par lepartidegauche

*

Publié dans Front de Gauche, Legislatives 2012, Parti de gauche, PCF, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Trois bonnes raisons d’augmenter le SMIC

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 juin 2012

 

Salaires

Trois bonnes raisons d’augmenter le SMIC

 

Trois bonnes raisons d'augmenter le SMIC dans Emplois smic_0-300x150Après cinq années sans revalorisation, le gouvernement s’apprête

à relever le pouvoir d’achat des 10 % de salariés payés au minimum.

Entre les fortes 
attentes populaires en la matière et le pressing

hostile du Medef et de Bruxelles, le gouvernement doit faire un choix

conforme à la justice et à l’efficacité.

 

1. Une nécessité pour 
la justice et la croissance

Un salarié sur dix, environ, bénéficierait directement du « coup de pouce » annoncé pour le Smic, un quart des salariés à temps partiel et 7 % de ceux à temps plein. Mais la portée et l’efficacité de la mesure va dépendre de l’importance du « coup de pouce » en faveur d’un Smic mensuel brut, actuellement de 1 393,82 euros, sur la base de 35 heures.

La France est devenue un pays à bas revenus pour un pôle de la société, notamment en raison de l’importance de la précarité de l’emploi. En 2009, un quart des salariés ont perçu sur l’année un revenu salarial net inférieur à 9 414 euros (0,75 Smic sur l’année), soit moins de 784,50 euros en moyenne par mois. Cela tient pour une bonne part au fait qu’ils occupent des emplois à temps partiel. Un petit « coup de pouce » apparaîtrait bien dérisoire à ces salariés qui, souvent, ne touchent qu’un demi-Smic.

Il y va donc de la justice que cette hausse soit conséquente. Il en va aussi de son efficacité économique. La hausse du salaire minimum a un effet sur l’ensemble de la grille des salaires. Elle peut ainsi contribuer à doper la demande. Le rebond de la consommation des ménages français en avril dernier (+ 0,6 %), annoncé hier par l’Insee, est dû pour l’essentiel aux dépenses d’énergie. Les achats de textile ont chuté de 8,2 %, après – 0,3 % en mars, pour tomber à leur plus bas niveau depuis dix ans. Les dépenses en biens durables ont fléchi (– 0,6 %, après + 1,9 % en mars). Dans l’alimentaire, après un début d’année dynamique, suivi d’un repli en mars (– 2,1 %), la consommation a de nouveau reculé en avril (– 0,5 %).

Une véritable hausse du Smic et de l’ensemble des salaires permettrait de relancer la consommation des milieux populaires et offrirait un regain d’activité aux entreprises en mal de chiffre d’affaires. Elle favoriserait ainsi la création d’emploi. Certes, pour que cette hausse des bas salaires soit sécurisée et la plus efficace possible, elle doit être complétée par une action contre la précarité et pour une meilleure efficacité productive, ce qui appelle d’autres transformations au niveau du crédit et des gestions d’entreprise.

2. Non, ce ne serait 
pas forcément la mort des PME !

Une augmentation de ce type tuerait instantanément une grande partie des PME qui sont déjà en difficulté, martèle le patronat. La proposition du Front de gauche est de passer le Smic à 1 700 euros brut en début de mandat présidentiel puis de l’augmenter progressivement pour arriver à 1 700 euros net. La première augmentation revient donc à 21 % par rapport au Smic actuel d’environ 1 500 euros brut (9,19 euros brut horaire).

Jusqu’ici, la modération salariale n’a pas sauvé les PME de la crise, bien au contraire. Avec le gel des salaires et la baisse du pouvoir d’achat, ces entreprises sont confrontées à un manque de débouchés. D’autant que la répartition par secteurs d’activité des salariés au Smic montre que la grande majorité d’entre eux le sont dans des secteurs non délocalisables et non concernés par le commerce extérieur, selon l’étude de la Dares de septembre. Ainsi, près de 75 % des travailleurs au Smic sont salariés du bâtiment, de la restauration et de l’hôtellerie, des services à la personne, ou encore des salariés de la distribution ou des commerces. Une hausse du Smic des salariés de ces secteurs n’aura pas de conséquences sur la compétitivité de leurs produits ou services, ne provoquant aucune délocalisation.

Par ailleurs, il ne faut pas nier les contraintes qui pèsent sur ces entreprises. Nombreuses sont celles qui sont liées à un donneur d’ordres. Pour obtenir le marché et rester dans la course, elles se retrouvent à devoir accepter des productions ou des services à des prix insoutenables, ne leur permettant pas de rentrer dans leurs coûts.

La CGT propose d’inscrire dans la loi l’interdiction d’imposer des prix en dessous de ceux du marché. Le financement de ces entreprises et les charges financières qui y sont associées sont aussi prépondérants pour leur survie ou leur développement. Le Front de gauche propose la création d’un pôle financier public appliquant des taux d’intérêt bas, voire même négatifs, suivant les projets des entreprises et notamment en fonction de leur politique salariale.

3. L’effet d’entraînement de la hausse du Smic

L’augmentation du Smic à 1 700 euros pourrait entraîner un tassement des salaires… C’est le risque que pointe notamment François Chérèque. Une étude de la Dares montre au contraire qu’entre 2000 et 2005 « l’effet à l’horizon d’un trimestre, d’une augmentation de 1 % de la valeur du Smic se répercuterait à hauteur de 0,4 % sur les salaires de base situés entre 1 et 1,1 Smic, et à hauteur de 0,1 % pour ceux situés entre 1,4 et 1,5 Smic. À l’horizon d’une année, la répercussion d’une hausse du Smic est plus importante. Une augmentation de 1 % du Smic se répercuterait quasi intégralement sur les salaires de base entre 1 et 1,1 Smic et à hauteur de 0,5 % pour ceux situés entre 1,4 et 1,5 Smic ». Même si « la diffusion des hausses du Smic devient quasi nulle au-delà de 2 fois le Smic ».

[Lire la suite sur humanite.fr]

  • A lire aussi :

Smic: vertus d’un vrai coup de pouce

 

Publié dans Emplois, France, Front de Gauche, POLITIQUE, Salaires | Pas de Commentaire »

Ce mardi dans l’Humanité : battre les croisés de l’austérité

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 juin 2012

 

Ce mardi dans l'Humanité : battre les croisés de l'austérité dans Austerite hq506-222x300

Après la Commission européenne, l’OCDE, la Cour des comptes,

un rapport du ministère de l’Économie, laissé en héritage

par les sarkozystes, préconise une véritable purge

dans les finances publiques.

Notre analyse.

Le point de vue de Marc Dolez, député du Nord, pour qui

« il est urgent de mettre ce rapport à la poubelle ».

 

 

 

À lire aussi :

  • Politique : Alos que François Hollande consulte avant le sommet du G20, le PCF l’appelle à résister

aux injonctions austéritaires.

  • Social : Des voix s’élèvent pour un pôle public financier
  • Portrait de la France populaire : Les facteurs de Pamiers (Ariège) ne veulent pas plier. Reportage.
  • Économie : Les nouveaux défis de la révolution tunisienne
  • Société : La bataille des loyers a commencé
  • Monde : Présidentielles américaines : Wisconsin, de la riposte au vote
  • Culture : le photographe Chris Killip expose un point de vue de classe
  • Tribune : Espagne : guerre sociale et guerre mémoriale (par Jean Ortiz)
  • C’est un scandale ! Si ton père ne bosse pas, tu ne manges pas à la cantine !

 

Toute cette semaine, partez à la découverte de l’Ukraine avec les reportages de l’écrivain Bernard Chambaz

à l’occasion de l’euro de football : À Odessa, la puissance des images et le cuirassé Potemkine. (2/5)

 

Publié dans Austerite, Culture, ECONOMIE, Espagne, F. Hollande, l'Humanité, Monde, PCF, Photographie, POLITIQUE, SOCIAL, SOCIETE | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy