• Accueil
  • > Grece
  • > Pour une réplique du séisme antilibéral de 2005

Pour une réplique du séisme antilibéral de 2005

Posté par communistefeigniesunblogfr le 5 avril 2012

 

Philosophe libertaire et écrivain franco-grec, Yannis Youlountas partage, dans le texte ci-dessous,

ses raisons d’appeler à voter pour le Front de gauche et Jean- Luc Mélenchon le 22 avril prochain.

Ce témoignage ébranle « les sanctuaires libertaires de l’abstentionnisme ». Ce défenseur de la cause

grecque a écrit le 20 février dernier, avec Raoul Vaneigem, dans Libération, une tribune remarquée :

«Grèce, berceau d’un autre monde».

Ce texte a été le premier matériau d’un film court (disponible ci-dessous). Membre du comité de

rédaction du journal satirique « Siné-Mensuel », Yannis Youlountas a été porte-parole de

la candidature de José Bové en 2007.

 

GRÈCE GÉNÉRALE

Image de prévisualisation YouTube

www.youtube.com/

par

 

Pour une réplique du séisme antilibéral de 2005 dans Grece Yannis_YoulountasComme beaucoup d’autres libertaires ou abstentionnistes convaincus, depuis que j’ai

l’âge de voter, je ne me rends aux urnes que si j’en éprouve vraiment la nécessité.

Quand tel est le cas, mon dégoût du système politique et de son manège électoral est

surmonté par mon désir de solidarité avec ceux qui luttent, même quand leurs outils

ne sont pas exactement ceux que j’aurais choisis et que leurs projets ne vont pas aussi

loin à l’horizon des utopies que ceux que j’aimerais bâtir avec eux. Être libertaire, c’est se

positionner librement selon les situations. Parmi celles-ci, choisir de voter, c’est faire

une concession imaginaire à une exigence réelle.

Aucun présupposé théorique ne doit empêcher le libre-examen d’une décision pratique. Car l’essence même de la liberté est

d’agir sans dogme, en réexaminant sans cesse l’opinion de la veille en fonction de nouveaux éléments portés à la réflexion.

Si voter n’est pas un devoir à mes yeux, ne pas voter ne l’est pas également.Le seul devoir, me semble-t-il, est d’agir

en conscience et de ne jamais sacrifier son éthique sur l’autel des étiquettes.

Je ne suis pas membre du Front de Gauche ni de l’une de ses composantes et je n’ai d’ailleurs jamais adhéré à un parti

politique. Mais je reconnais dans ce regroupement au nom évocateur bien des compagnons de lutte que j’ai épaulé

ou qui m’ont épaulé, au sein de multiples mouvements sociaux et culturels.

[Lire la suite sur placeaupeuple2012.fr/]

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy