• Accueil
  • > Austerite
  • > Édito : « L’injustice sociale et fiscale, fil conducteur du quinquennat de Nicolas Sarkozy »

Édito : « L’injustice sociale et fiscale, fil conducteur du quinquennat de Nicolas Sarkozy »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 janvier 2012

 

 

Édito :

« L’injustice sociale et fiscale, fil conducteur du quinquennat

de Nicolas Sarkozy »

Une de l'Humanité de ce lundi 30 janvier 2012

L’Humanité analyse dans son édition de ce lundi 30 janvier

l’intervention de Nicolas Sarkozy.

Découvrez l’édito de Jean-Paul Piérot :

Une impression d’affolement et de désordre se dégage des propos de Nicolas Sarkozy

dès les premières phrases de son entretien télévisé.

Logement, emploi des jeunes apprentissage, création d’une banque de l’industrie…

Par un coup de baguette magique, ou un tour de bonneteau, tout sera réglé

dès le mois de février…

Le chef de l’État en froid avec l’opinion publique a donné le sentiment d’annoncer qu’il

réglera dans l’urgence des problèmes que sa politique a aggravés depuis cinq ans.

Mais le coeur du propos confirme que l’injustice sociale et fiscale aura donc bien été

le fil conducteur, le marqueur de son quinquennat.

Nul ne peut reprocher au président candidat non encore déclaré un manque de suite dans les idées. Ses premières décisions, en 2007, se chiffraient à 15 milliards d’euros de cadeaux en tous genres au monde de la finance et à l’oligarchie de la fortune. Droits de succession, ISF, toutes les modestes contributions au fonctionnement de la société que la République se doit de réclamer aux plus nantis étaient outrageusement allégées. La défiscalisation des heures supplémentaires, le bouclier fiscal, rien n’était assez beau pour le grand patronat, en loyal fondé de pouvoir duquel l’hôte de l’Élysée s’est constamment comporté.

Généraliser la pratique du chantage patronal

Quand approche l’heure de rendre des comptes aux électeurs, qui pourraient bien délivrer un jugement très sévère,

Nicolas Sarkozy persiste : il veut alléger les cotisations patronales et faire compenser le manque à gagner

dans les caisses de l’État par une hausse de 1,6 point de la TVA, qui passera ainsi de 19,6 % à 21,2 %.

En clair, il s’agit d’un renchérissement du coût de la vie. Injustice toujours : la TVA pèse proportionnellement plus lourd sur les petits revenus que sur les gros. Au nom de l’exigence de « compétitivité », Nicolas Sarkozy veut généraliser la pratique du chantage patronal, qui vise à faire renoncer les travailleurs à la durée légale du travail de 35 heures ou à accepter des baisses de salaires en brandissant la menace de plans de licenciements ou de délocalisations. Du slogan « travailler plus pour gagner plus », qui lui valut quelques succès en 2007, on est passé à un projet « travailler plus et gagner moins ». Les salariés de Continental à Clairoix (Oise) ont douloureusement appris ce que valaient pareils marchés de dupes.

[Lire la suite]

Source : Édito :   29 janvier 2012

Illustration : Une de l’Humanité de ce lundi 30 janvier 2012

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy