• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 30 janvier 2012

Leur dette, notre démocratie : synthèse en images

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 janvier 2012

 

Vidéo synthèse de la conférence internationale sur la dette et la crise démocratique

organisée par Attac et Médiapart le 15 janvier, 2012 à Paris.

http://www.dailymotion.com/video/xnxht0

Leur dette, notre démocratie: synthèse par BTrenaissance

 

 

Publié dans Democratie, ECONOMIE, Environnement, FMI "affameur des peuples", POLITIQUE, Speculation | Pas de Commentaire »

Meeting du Front de Gauche – Lille – 29 mars 2012

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 janvier 2012

 

Jean-Luc Mélenchon au Zénith de Lille le 29 mars

 

Meeting du Front de Gauche - Lille - 29 mars 2012 dans Front de Gauche Programme-FDG-189x300

Fabien Roussel, secrétaire de la Fédération du Nord du PCF, a annoncé la venue

à Lille du candidat du Front de Gauche à la présidentielle.

Le meeting aura lieu le 29 mars 2012 au Zénith.

Fabien Roussel s’est également félicité que « l’Humain d’abord », livre programme

du Front de Gauche soit actuellement vendu comme « un best-seller »

 

 

 

Publié dans Front de Gauche, INFOS, Jean-Luc Melenchon, POLITIQUE, Presidentielle 2012 | 15 Commentaires »

Édito : « L’injustice sociale et fiscale, fil conducteur du quinquennat de Nicolas Sarkozy »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 janvier 2012

 

 

Édito :

« L’injustice sociale et fiscale, fil conducteur du quinquennat

de Nicolas Sarkozy »

Une de l'Humanité de ce lundi 30 janvier 2012

L’Humanité analyse dans son édition de ce lundi 30 janvier

l’intervention de Nicolas Sarkozy.

Découvrez l’édito de Jean-Paul Piérot :

Une impression d’affolement et de désordre se dégage des propos de Nicolas Sarkozy

dès les premières phrases de son entretien télévisé.

Logement, emploi des jeunes apprentissage, création d’une banque de l’industrie…

Par un coup de baguette magique, ou un tour de bonneteau, tout sera réglé

dès le mois de février…

Le chef de l’État en froid avec l’opinion publique a donné le sentiment d’annoncer qu’il

réglera dans l’urgence des problèmes que sa politique a aggravés depuis cinq ans.

Mais le coeur du propos confirme que l’injustice sociale et fiscale aura donc bien été

le fil conducteur, le marqueur de son quinquennat.

Nul ne peut reprocher au président candidat non encore déclaré un manque de suite dans les idées. Ses premières décisions, en 2007, se chiffraient à 15 milliards d’euros de cadeaux en tous genres au monde de la finance et à l’oligarchie de la fortune. Droits de succession, ISF, toutes les modestes contributions au fonctionnement de la société que la République se doit de réclamer aux plus nantis étaient outrageusement allégées. La défiscalisation des heures supplémentaires, le bouclier fiscal, rien n’était assez beau pour le grand patronat, en loyal fondé de pouvoir duquel l’hôte de l’Élysée s’est constamment comporté.

Généraliser la pratique du chantage patronal

Quand approche l’heure de rendre des comptes aux électeurs, qui pourraient bien délivrer un jugement très sévère,

Nicolas Sarkozy persiste : il veut alléger les cotisations patronales et faire compenser le manque à gagner

dans les caisses de l’État par une hausse de 1,6 point de la TVA, qui passera ainsi de 19,6 % à 21,2 %.

En clair, il s’agit d’un renchérissement du coût de la vie. Injustice toujours : la TVA pèse proportionnellement plus lourd sur les petits revenus que sur les gros. Au nom de l’exigence de « compétitivité », Nicolas Sarkozy veut généraliser la pratique du chantage patronal, qui vise à faire renoncer les travailleurs à la durée légale du travail de 35 heures ou à accepter des baisses de salaires en brandissant la menace de plans de licenciements ou de délocalisations. Du slogan « travailler plus pour gagner plus », qui lui valut quelques succès en 2007, on est passé à un projet « travailler plus et gagner moins ». Les salariés de Continental à Clairoix (Oise) ont douloureusement appris ce que valaient pareils marchés de dupes.

[Lire la suite]

Source : Édito :   29 janvier 2012

Illustration : Une de l’Humanité de ce lundi 30 janvier 2012

 

Publié dans Austerite, France, POLITIQUE, Presidentielle 2012, Salaires, SOCIAL, UMP | Pas de Commentaire »

Réaction de Jean-Luc Mélenchon au monologue de Nicolas Sarkozy

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 janvier 2012

 

JL Mélenchon Réaction au monologue de N Sarkozy – 29-01-2012

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Front de Gauche, Jean-Luc Melenchon, POLITIQUE, Presidentielle 2012 | Pas de Commentaire »

Troisième plan d’austérité : « Les privilégiés et les financiers auront été servis jusqu’au bout. »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 janvier 2012

 

« Nicolas Sarkozy vient d’annoncer un troisième plan d’austérité »

(réactions à gauche)

 

Troisième plan d'austérité :  La prestation télévisée de Nicolas Sarkozy, durant une heure

et sur six chaînes ce dimanche soir, aura au moins connu

un premier résultat :

l’union de la gauche contre ces annonces effectuées en direct.

« Plan d’austérité », « saignée », « mensonge éhonté », les qualificatifs

ne manquent pas, du Front de gauche, aux socialistes en passant

par les écologistes, pour rejeter les mesures annoncées

par le futur candidat de l’UMP.

 

Extraits:

 

Jean-Luc Mélenchon (candidat du Front de gauche à la présidentielle) : « Nicolas Sarkozy vient d’annoncer un troisième plan d’austérité. Standard and Poor’s a été obéie. Cela va saigner. La ponction annoncée pour servir la finance sera supportée à 85% par les ménages. Le capital y contribuera six fois moins. J’annonce même qu’il n’y contribuera pas du tout. Car les mesures qui frappent le peuple s’appliqueront tout de suite, tandis que celles qui toucheraient le capital sont reportées au lendemain de l’élection. Des milliers de jeunes seront poussés hors de l’école pour aller en apprentissage. Terrible nouvelle, les salaires et le temps de travail seront négociés dans l’entreprise et la loi n’y pourra rien. Enfin le logement sera de nouveau dérégulé, soit disant pour baisser les loyers. Jusqu’au bout, le président sortant aura cherché à enfumer les Français. »

 

Pierre Laurent (PCF) : « Je suis scandalisé par les annonces de Nicolas Sarkozy ce soir. Au terme d’un quinquennat qui a poussé le pays dans la récession et saccagé l’emploi industriel, il décide, à quelques semaines des élections, deux énormes nouveaux cadeaux au patronat. Premier cadeau : un allègement de 13 milliards d’euros de cotisations sociales patronales essentiellement payé par une hausse de la TVA, autrement dit un coup de poignard dans le pouvoir d’achat populaire.

Second cadeau: la possibilité pour le patronat d’échapper à toute durée légale du temps de travail par le biais d’accord dit de compétitivité. Tout le reste est à l’avenant : matraquage mensonger sur le coût du travail, règle d’or pour les collectivités locales, nouvelle mesure de déréglementation du marché immobilier sous prétexte de crise du logement. Tout cela n’est que l’énième et dernier coup de force présidentiel. Les privilégiés et les financiers auront été servis jusqu’au bout. Les salariés n’ont plus rien à attendre de ce pouvoir. C’est maintenant à la gauche de construire une alternative solide et le Front de gauche va y consacrer toutes ses forces. »

 

Parti communiste français : « Dans une posture de père protecteur et suprême, le Président de la République s’est livré – simultanément sur six chaînes de télévision – à un nouveau numéro de mensonge éhonté. Nicolas Sarkozy a répété ses habituelles contre-vérités pour tenter de faire avaler à nos concitoyennes et concitoyens une saignée supplémentaire de leur pouvoir d’achat par le biais de 1,6 point supplémentaire de TVA, soit une hausse de 8,2 % de l’impôt le plus injuste qui soit.

Contrairement à ce que prétend le chef de l’Etat, le coût du travail dans l’industrie française est strictement équivalent à ce qu’il est en Allemagne. Dans l’industrie automobile, il est même inférieur de 25% à ce qu’il est outre-Rhin. Le coût et la durée légale du travail ne sont pas la cause du chômage. Pas plus qu’une nouvelle baisse des cotisations patronales n’est la garantie d’une relance de l’emploi. Bien au contraire! Les cotisations patronales n’ont cessé de diminuer et le chômage a constamment grimpé pour atteindre son plus haut niveau depuis douze ans. Les recettes préconisées par le chef de l’Etat, y compris l’instauration d’une « règle d’or »  pour conforter l’étau des marchés financiers, sont tout aussi injustes socialement qu’elles seront inefficaces économiquement. La relance dont a besoin notre pays, passe par une augmentation des salaires et des minimas sociaux. Elle nécessite aussi l’interdiction des licenciements dans toute entreprise qui fait des profits.

Ses quelques incantations sur le logement ou sur l’avenir des jeunes, ne peuvent faire oublier que le chef de l’Etat a doublé le volume des niches fiscales au cours du quinquennat. Cette année encore, les plus fortunés gagneront deux milliards grâce à sa réforme de l’ISF. Ce soir, Nicolas Sarkozy s’est présenté pour ce qu’il est, le défenseur des actionnaires et des plus fortunés. C’est bien d’une politique radicalement différente, marquée par une nouvelle répartition des richesses en faveur du travail, dont ont besoin nos concitoyennes et concitoyens. »

 

François Rebsamen (sénateur PS ) : « Nicolas Sarkozy a tenté en vain, ce soir, d’endosser les habits du Capitaine courage, mais il faisait plutôt penser aux médecins de Molière qui, à force de saignées, achevaient le malade qu’ils étaient censés guérir. (…) Ces mesures ficelées à la hâte, prises à deux mois de la fin de son quinquennat, sont le signe de l’affolement d’un président aux abois. L’exercice médiatique de ce soir n’est rien d’autre qu’une fuite en avant. Elle est pathétique pour le président candidat, dangereuse pour la France et dramatique pour les Français. »

[Lire la suite]

 

  • A lire :

Nicolas Sarkozy plus candidat que président

Edito: « L’injustice fiscale et sociale au coeur du quinquennat de Nicolas Sarkozy »

Source : humanite2010_logo9-300x82 dans France29 janvier 2012

Source illustration ajoutée par nous : PCF Croix-Wasquehal

 

 

Publié dans Austerite, France, POLITIQUE, PRECARITE, Presidentielle 2012, Salaires, UMP | Pas de Commentaire »

François Hollande et les retraites

Posté par communistefeigniesunblogfr le 30 janvier 2012

 

François Hollande et les retraites.

Plus d’âge légal à 60 ans confirmé au Bourget et dans ses 60 engagements

(13 articles)

dimanche 29 janvier 2012.

  • 13 ) Retraites et 60 engagements de François Hollande
  • 12) François Hollande confirme ses propositions prétendument « réalistes » au Bourget
  • 11) Hollande « oublie » la retraite à 60 ans pour tous
  • 10) Hollande enterre l’une des conquêtes majeures de mai 1981 : la retraite à 60 ans (J-L Mélenchon)
  • 9) Aubry et Fabius confirment l’abandon de la retraite à 60 ans. Réaction PG
  • 5) François Hollande confirme qu’il écarte le retour à la retraite à 60 ans
  • 4) L’accord PS-EELV escamote la retraite à 60 ans pour tous !
  • 3) Précisions de Pascal Terrasse, conseiller retraite de François Hollande

 

13 ) Retraites et 60 engagements de François Hollande

François Hollande confirme qu’il entreprendra, en cas de victoire à la présidentielle, une réforme des retraites avec une négociation globale dès l’été 2012 portant sur l’âge légal de départ, la prise en compte de la pénibilité, le montant des pensions et l’évolution des recettes.

« Je ferai en sorte que tous ceux qui ont 60 ans et qui auront cotisé la totalité de leurs annuités retrouvent le droit de partir à la retraite à taux plein à cet âge-là : ce principe sera mis en oeuvre immédiatement ».

Pour avoir droit à la retraite à taux plein, il faudra donc être âgé d’au moins 60 ans et bénéficier de 41,5 annuités cotisées.

 

12) François Hollande confirme ses propositions prétendument « réalistes » au Bourget ce 22 janvier 2012

Dans son discours du Bourget, François Hollande a confirmé nos craintes quant à son projet sur la question des retraites :

  • abandon de la retraite à 60 ans comme âge légal
  • abandon des 37,5 annuités et même des 40 annuités
  • maintien des modalités de calcul créées par Fillon et Sarkozy (décote…)
  • possibilité de retraite à 60 ans pour les personnes pouvant faire valoir 41 années cotisées
  • négociation avec patronat et syndicat de salariés

Voici exactement le texte complet de son intervention concernant les retraites :

« Commencer à faire partir à la retraite ceux qui ont commencé à travailler tôt, exercé les métiers les plus pénibles. Et c’est pourquoi, tout en ayant le souci de maîtriser les comptes et en ouvrant une négociation sur la réforme des retraites indispensable — puisque celle qui a été votée est non seulement injuste mais pas financée -, eh bien sans attendre l’ouverture de cette négociation, tous ceux qui ont 60 ans et qui auront cotisé 41 années retrouveront le droit à partir à la retraite à taux plein. La négociation, elle, portera sur la pénibilité, les décotes, le montant des pensions, l’âge légal, l’évolution des recettes, indispensable, et la pérennité de notre système par répartition. »

 

11) Hollande « oublie » la retraite à 60 ans pour tous

 

Les déclarations du candidat PS, limitant ce droit aux seuls salariés ayant commencé à travailler à 18 ans et cotisé 41,5 ans, suscitent l’inquiétude à gauche et à la CGT.

Sale temps décidément pour les retraites. Tandis qu’à droite, poursuivant sur la lancée des réformes régressives de 2003 et 2010, l’UMP envisage ouvertement de supprimer toute revalorisation des pensions, le candidat socialiste à la présidentielle vient d’indiquer que, s’il est élu, il ne rétablira pas l’âge légal de la retraite à 60 ans. Selon François Hollande, seuls les salariés ayant commencé à travailler à 18 ans et cotisé 41,5 ans pourraient partir à 60 ans. « Ceux qui n’ont pas la durée de cotisations ne le pourront pas », a-t-il insisté.

Avec cette prise de position, le candidat s’écarte du projet du PS pour 2012, qui stipule  : « Nous rétablirons l’âge légal de départ à 60 ans et l’âge de départ sans décote à 65 ans. » Un revirement qui constitue « une forme de mépris pour les millions de salariés qui se sont mobilisés à plusieurs reprises l’an dernier contre le report de l’âge légal à 62 ans… et qui avaient alors reçu le soutien des partis de gauche, PS inclus », souligne Éric Aubin, dirigeant de la CGT chargé du dossier. « Combien de salariés vont demain cotiser 41,5 ans  ? » interroge-t-il, évoquant les réalités de la situation de l’emploi, marquée par une entrée, en moyenne, à 27 ans dans l’emploi stable, et une éviction, pour plus d’un salarié sur deux, avant 60 ans…

En acceptant, de fait, le report de l’âge légal à 62 ans et l’allongement de la durée de cotisation, le candidat PS « valide sans le dire les réformes de 2003 et 2010 » et impose « une double peine » aux futurs retraités, observe Éric Aubin. « Nous allons continuer de porter le retour de l’âge légal pour tous à 60 ans et un départ anticipé, avant 60 ans, pour les métiers pénibles », ainsi qu’une réforme du financement, dit-il. Afin de peser dans le débat électoral et de préparer le débat national prévu en 2013 sur une réforme systémique, la CGT organise, le 31 janvier, un meeting national à Paris. Son de cloche différent à la CFDT, François Chérèque notant que « François Hollande revient à la réforme de 2003 que la CFDT a soutenue ». À gauche, le député Verts Noël Mamère et Olivier Dartigolles, directeur adjoint de campagne de Jean-Luc Mélenchon, ont épinglé le renoncement du candidat PS…

Yves Housson

[Lire la suite]

Source : Parti de Gauche – Midi-Pyrénées  29 janvier 2012

 

Publié dans F. Hollande, Parti de gauche, POLITIQUE, Presidentielle 2012, RETRAITES | 1 Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy