• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 7 janvier 2012

Présidentielles 2012 : ce qu’ils souhaitent réellement…!

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 janvier 2012

 Présidentielles 2012 : ce qu'ils souhaitent réellement...! dans Humour 39479898-avatar_large

Les vrais voeux des politiques

http://www.dailymotion.com/video/xnhq1q

 

Publié dans Humour, POLITIQUE, Presidentielle 2012 | Pas de Commentaire »

Gabriel Péri : homme politique, député et journaliste

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 janvier 2012

Source : Le Grand Soir - 3 janvier 2012Gabriel Péri : homme politique, député et journaliste dans HISTOIRE 9782843031311FS-186x300

 Auteur : Bernard Gensane

 

 

 Gabriel Péri : homme politique, député et journaliste

 

arton1826-9cea3-226x300 dans LitteratureMais c’est vrai que des morts

Font sur terre un silence

Plus fort que le sommeil (Eugène Guillevic, 1947).

Gabriel Péri fut de ces martyrs qui nourrirent l’inspiration des meilleurs poètes :

Pierre Emmanuel, Nazim Hikmet, ou encore Paul Eluard :

Péri est mort pour ce qui nous fait vivre

Tutoyons-le sa poitrine est trouée

Mais grâce à lui nous nous connaissons mieux

Tutoyons-nous son espoir est vivant.

Et puis, il y eu, bien sûr, l’immortel « La rose et le réséda » qu’Aragon consacra à

Estienne d’Orves, Guy Môquet, Gilbert Dru et Gabriel Péri :

Celui qui croyait au ciel

Celui qui n’y croyait pas

(…)

L’un court et l’autre a des ailes

De Bretagne ou du Jura

Et framboise ou mirabelle

Le grillon rechantera

Dites flûte ou violoncelle

Le double amour qui brûla

L’alouette et l’hirondelle

La rose et le réséda.

Le privant d’un procès où il aurait sûrement triomphé, le pouvoir pétainiste livra le député communiste Gabriel Péri à l’occupant nazi qui le passa par les armes, comme otage, le 15 décembre 1941 au Mont-Valérien.

Cet infatigable journaliste qui signa plus de 4200 articles durant sa courte vie d’écriture, ce militant de tous les instants fut, assez bizarrement, un dandy à la mise recherchée qui trompa hardiment sa femme sous le regard réprobateur des autorités du parti communiste et qui n’hésita pas à travestir certains moments de son passé, comme quand il prétendit être bachelier et avoir fréquenté l’université. Si près de 400 places et rues de France portent son nom, c’est parce que Péri, avant de mourir courageusement sous les balles du peloton d’exécution, avait été un authentique « ouvrier de la révolution », toujours prêt à donner « sa vie, son audace et son sens critique » à la cause du prolétariat.

[Lire la suite sur legrandsoir.info/]

 

Dans la nuit du 14 au 15 décembre 1941, alors qu’il n’avait plus que quelques heures à vivre, GABRIEL PÉRI écrivait dans sa lettre d’adieu :

Que mes amis sachent que je suis resté fidèle à l’idéal de toute ma vie ; que mes compatriotes sachent que je vais mourir pour que vive la France.

Une dernière fois, j’ai fait mon examen de conscience : il est très positif. C’est cela que je voudrais que vous répétiez autour de vous.

J’irais dans la même voie si j’avais à recommencer ma vie.

J’ai souvent pensé, cette nuit, à ce que mon cher Paul Vaillant­ Couturier disait avec tant de raison,

que le communisme était la jeunesse du monde et qu’il préparait des lendemains qui chantent.

Je vais préparer tout à l’heure des lendemains qui chantent.

Sans doute est-ce parce que Marcel Cachin a été mon maître que je me sens fort pour affronter la mort.

Adieu et que vive la France !


 

Publié dans HISTOIRE, Litterature | Pas de Commentaire »

Éducation nationale : « massacre à la tronçonneuse »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 janvier 2012

Site national du PCF - 6 janvier 2012 

Sarkozy/école : « massacre à la tronçonneuse »

 

Éducation nationale :

Le chef de l’État a présenté hier ses vœux à la communauté éducative.

Le candidat Sarkozy a annoncé un saccage en bonne et due forme

de l’École : un véritable massacre à la tronçonneuse !

En prenant comme modèle d’exemplarité, l’autonomie des universités,

pour faire de même avec l’École, le pire est à venir.

L’évaluation des enseignants par les chefs d’établissement est une étape

fondamentale dans la casse des métiers de l’éducation.

Elle instaure la concurrence entre les personnels éducatifs

et transforme les chefs d’établissement en managers,

sans qu’ils en aient la compétence.

Comment donner aux enseignants les moyens intellectuels de transmettre des savoirs si leur

liberté pédagogique est une fois de plus mise à mal ? Avec l’autonomie des établissements,

la volonté de Nicolas Sarkozy est claire : créer des établissements scolaires de différents niveaux

et ainsi provoquer des apprentissages différents en fonction des moyens de ces établissements.

Nicolas Sarkozy a posé aujourd’hui une pierre de plus dans la construction d’une école inégalitaire :

une école dans laquelle les chefs d’établissements, devenus petits patrons d’établissements

autonomes et concurrentiels, pourront recruter des personnels plus ou moins formés et décider

de leurs projets pédagogiques, en fonction des moyens financiers des collectivités locales,

des entreprises ou même des parents.

L’ambition que le PCF et ses partenaires du Front de gauche ont pour l’École n’est pas celle

de mettre en avant les plus méritant en laissant les autres de côté, mais bien de permettre

la réussite de tous les élèves, de transmettre à tous une culture commune ambitieuse.

Cela nécessite un service public national, assurant un accès aux savoirs égal sur tout le territoire,

des personnels maîtrisant leur métier (formations initiales ambitieuses, développement de la

formation continue), des équipes pédagogiques et éducatives sous statut de la fonction publique

d’État pour garantir l’égalité dans tout le pays et enfin, l’arrêt des suppressions de postes et

des recrutements à la hauteur des besoins.

 

Lire également :

humanite.fr/Voeux du président aux enseignants : bon courage

sauvons-lecole.over-blog.com/Voeux 2012 : réactions

 

Publié dans Education nationale, France, POLITIQUE, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaire »

Taxe sur les transactions financières : nouveau coup de bluff médiatique de Sarkozy

Posté par communistefeigniesunblogfr le 7 janvier 2012

Accueil 6 janvier 2012

 

Taxation des transactions : Attac dénonce le bluff de Sarkozy

Taxe sur les transactions financières : nouveau coup de bluff médiatique de Sarkozy dans France attention_manipulation-238x300

Nicolas Sarkozy, Zorro des temps modernes volant au secours

des pauvres grâce à l’adoption prochaine d’une taxe

sur les transactions financières? La dernière histoire en date

racontée par Henri Guaino, le Bernardo du président

de la République, vient d’être démasquée par ATTAC.

L’association porteuse de la taxe Tobin ne croit pas en la mise en place

d’une taxation des transactions financières « avant la fin janvier »

pour « montrer l’exemple », comme l’a soutenu sur BFM TV ce vendredi matin

le conseiller spécial de Nicolas Sarkozy. Et ce d’autant plus que la France

ne serait pas suivie par Berlin et Rome, qui veulent une solution européenne.

 

« De qui se moque le gouvernement ? Il y a à peine un mois le secrétaire d’Etat au Commerce extérieur,

Pierre Lellouche, s’opposait au vote par le Sénat d’une telle taxe, estimant que la France « ne peut légiférer seule »

car ce serait « contre-productif » et cela « nuirait à la place financière de Paris ». »

Annonce purement opportuniste

Dans son communiqué, Attac France dénonce les « envolées lyriques sur la taxe Tobin » dans les discours du chef

de l’Etat depuis deux ans.

« Cette annonce est purement opportuniste: elle ne vise qu’à atténuer l’effet désastreux de l’annonce 

de la TVA « sociale », dont chacun sait qu’elle frappera d’abord les couches populaires. Elle manque totalement

de crédibilité : contrairement à ce qui se fait toujours avant d’introduire un nouvel impôt, tout indique que Bercy n’a

mené aucune étude sérieuse de faisabilité pour préparer la mise en place d’une telle taxe au plan français. »

Sarkozy supprime l’impôt de bourse en 2008

L’association pointe le double langage de Nicolas Sarkozy. D’un côté de belles promesses. De l’autre, des mesures,

« réformes fiscales, réforme des retraites, sauvetage des banques sans contrepartie, casse des services publics… »

qui « montrent qu’il gouverne pour la finance. Rappelons également que Nicolas Sarkozy a supprimé en 2008 l’impôt

de bourse, qui taxait à la Bourse de Paris les transactions sur actions au taux de 0,3%. Nicolas Sarkozy joue donc

de façon indécente avec le symbole de la taxe Tobin pour tenter de redresser son image de Président des riches.

La manipulation politique est trop grossière pour que les citoyens se laissent abuser. »

  • A lire:

Le communiqué d’Attac

 

 

Publié dans France, Manipulation, POLITIQUE, Presidentielle 2012 | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy