• Accueil
  • > Archives pour novembre 2011

Les dessins des enfants de Gaza

Posté par communistefeigniesunblogfr le 21 novembre 2011

Lu sur : Les dessins des enfants de Gaza dans GAZA - PALESTINE dazibaoueb_logo_70019 novembre 2011

publié par reineroro (Démineuse De Tapettes à Gruyère et Pourfendeuse De Cornichons.)

 

Les dessins des enfants de Gaza

Auteur : Susan Johnson - Source : Mondoweiss

dessin_d_enfant_gaza_censure-cacf9 dans GAZA - PALESTINEUne image vaut des milliers de mots, et cette vidéo va plus loin.

Elle contient des dessins  puissants, créés par des enfants de

Gaza et exprimant les horreurs qu’ils ont vécues durant

l’opération Plomb Durci.

Ces enfants partagent la dévastation douloureuse émotionnelle

et physique causée par les actions d’Israël .

Beaucoup de ces jeunes artistes n’échapperont jamais à l’enfer

qu’ils ont vécu.

Cette vidéo fait partie d’un projet plus vaste, l’exposition itinérante « Regard d’enfant de Gaza, » développée

par Joyce Ravitz et moi-même après notre visite à Gaza en juin 2009. Après avoir vu les dessins dans une

classe de thérapie par l’art, nous avons senti qu’une exposition de dessins similaires devrait être mise en

place et présentée aux États-Unis.  « Regard d’enfant de Gaza » était né!

[Lire la suite sur dazibaoueb.com/]

Image de prévisualisation YouTube

 

Pour info :


L’exposition « Un regard d’enfant de Gaza »

qui devait ouvrir ses portes le 24 septembre

au Museum of Children’s Art d’Oakland

a été annulée sous la pression d’organisations

pro israéliennes de la région de San Francisco.

« L’an dernier, la Fédération Juive d’Amérique du

Nord et le Jewish Council for Public Affairs ont

malheureusement lancé une initiative d’un

montant de 6 millions de dollars pour réduire

efficacement au silence les voix palestiniennes

même dans les “institutions culturelles.”

(Barbara Lubin, directrice exécutive de La Middle East Children Alliance (MECA) qui était partenaire du musée pour présenter l’exposition)

Publié dans GAZA - PALESTINE | Pas de Commentaire »

Lundi, dans l’Huma : Automobile. Sarkozy copilote la casse

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 novembre 2011

hq

Dans l’Humanité, lundi 21 novembre :

unehqdu21novembreweb.jpg

Automobile. Sarkozy copilote la casse

L’exemple de PSA est l’illustration flagrante des complicités

entre le gouvernement et le patronat des grandes entreprises

 

À lire  :

- L’éditorial de Jean-Emmanuel Ducoin
- Peugeot doit avoir un avenir en Nord :
Les propos tenus par la direction de PSA et le gouvernementn’apaisent pas les craintes de fermetures de l’usine Sevelnord située à Hordain. Notre reportage.
-Un entretien avec Mohamed Oussedik
, secrétaire confédéral de la CGT, chargé de l’industrie, pour qui réindustrialiser est « le seul moyen de créer les ressources nécessaires à la baisse des déficits »

  • À lire aussi dans cette édition :

--> Front de gauche : l’émotion de Jean-Luc Mélenchon à Montataire

--> Fraude aux accidents du travail : À Geugnon, chez Aperam (ex ArcelorMittal), la direction ne veut pas d’arrêt de travail

--> Fralib : la balle dans le camp d’Unilever et de Fillon

--> « Le travail dans tous ses états » : Égoutiers : la réalité d’un métier

--> Égypte : Les manifestants de la place Tahrir ont été délogés et réprimés dans le sang

--> Violences sexistes : un combat pas si ordinaire

--> Enquête Police et jeunes : Quand le face à face tourne au harcèlement

 

Publié dans Presse - Medias | Pas de Commentaire »

Insee : « Portrait social 2011″ met l’accent sur le sort réservé aux jeunes

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 novembre 2011

Insee : le 17 Novembre 2011 - Pierre Duquesne

Enquête  Insee

20111118insee.jpg

Portrait d’une France en crise :

5 données sociales à la loupe

 

France, portrait social 2011 a été rendu public hier par l’Insee. Il met l’accent, cette année, sur le sort

réservé aux jeunes. D’après les nouveaux indicateurs subjectifs introduits en 2011, ceux-ci

exprimeraient en moyenne un bien-être supérieur à celui des 30-50 ans.

Ils restent toutefois les laissés-pour-compte d’une France vieillissante. Premiers frappés par les

suppressions d’emploi, ils connaissent un taux de chômage en forte hausse depuis la crise de 2008.

Les enfants, eux aussi, ne sont 
pas épargnés : 
les inégalités sociales qui se creusent dans le pays

ont un impact spectaculaire sur 
le niveau de lecture des collégiens des zones les plus défavorisées.

Et les enfants de familles monoparentales voient leurs conditions de logement se dégrader.

  • La France connaît une forte croissance…
… de sa population !

En une génération à peine, la France a gagné 10 millions d’habitants. De 55 millions en 1981, la population a

officiellement dépassé, pour la première fois, les 65 millions au 1er janvier 2011. Cette croissance démographique

n’est pas liée à la seule vigueur procréatrice de la nation française. Bien qu’il soit repassé depuis 2006 au-dessus

de la barre des 2 enfants par femme, le taux de natalité a baissé en moyenne depuis trente ans. En revanche,

l’augmentation de l’espérance de vie de huit ans pour les hommes et de six ans et demi pour les femmes s’est

traduite par 3 millions de Français supplémentaires. L’immigration, même si son taux a peu augmenté depuis 1980

(de 7,4 % à 8,4 % en 2008), a apporté 3,1 millions d’habitants à la croissance démographique. Pour le reste, c’est

toujours le baby-boom qui fait son 
effet ! La génération née après-guerre a donné un million d’enfants au pays

dans les années quatre-vingt. À cette époque, les personnes de plus de soixante-cinq ans étaient moins

nombreuses qu’aujourd’hui en raison de la chute de la natalité liée à la Première Guerre mondiale.

65. C’est en millions de nombre d’habitants au 1er janvier 2011, selon l’Insee,

soit une hausse de 10 millions en à peine trente ans.

 

  • De plus en plus d’élèves ont des difficultés avec l’écrit, notamment en ZEP

Au moins cinq études différentes l’affirment : le nombre d’élèves ayant une difficulté face à l’écrit n’a cessé

d’augmenter. De 1997 à 2007, il a doublé en CM2, passant de 11 % à 21,4 % selon l’étude de comparaison

« Lire, écrire, compter ». Les tests spécifiques de lecture de l’entrée en sixième (Spec 6) ont quant à eux

relevé une hausse de cinq points de la proportion d’élèves ayant un niveau de vocabulaire plus pauvre,

une moins grande 
maîtrise orthographique et un plus faible niveau de compréhension d’énoncés écrits 


(de 14,9 % à 19 % entre 1997 et 2007). Près d’un élève sur cinq présente des difficultés langagières, tandis

que les mécanismes de base de lecture, à savoir les automatismes mis en œuvre pour identifier les mots,

restent au même niveau. Le même ordre de grandeur est aussi donné par l’étude internationale Pisa, dirigée

par l’OCDE. Les élèves ayant des problèmes face à l’écrit se trouvent concentrés dans les zones d’éducation

prioritaire (ZEP), où la part des élèves en difficultés de lecture a bondi de 20,9 % 
à 31, 3 % en à peine dix ans

(voir le graphique ci-joint). Ces chiffres issus des tests d’entrée en sixième sont corroborés par l’enquête Cedre,

qui mesure les compétences au regard du programme d’élèves de troisième. Selon cette enquête, le nombre

d’élèves ayant des difficultés de lecture a augmenté de 7,7 points entre 2003 et 2009 en classe de troisième de

collège ZEP. « Ces résultats ne permettent pas à eux seuls d’évaluer la politique des ZEP, car on ne sait pas

quelle aurait été l’évolution des compétences des élèves dans ces collèges sans sa mise en place », indique

prudemment l’Insee. Rien d’étonnant toutefois, puisque la France possède l’un des systèmes scolaires les plus

inégalitaires d’Europe. L’enquête Pisa a démontré qu’en France les difficultés scolaires sont de plus en plus liées

à l’origine sociale. « L’écart de score moyen entre les élèves socialement défavorisés et les élèves favorisés

augmente en France entre 2000 et 2009, et se situe désormais à 96 points, significativement au-dessus de la

moyenne de l’OCDE », rappelle l’Insee.

31. C’est en 2007 le pourcentage des élèves de sixième de ZEP qui présentent

des difficultés face à l’écrit, contre 20,9% en 1997.

2011-11-18insee-stats-1 dans SOCIAL

 

[Lire la suite sur humanite.fr/]

 

  • A consulter:

Insee.fr

  • A lire:

L’Insee tacle Fillon sur les prestations sociales

L’Insee s’inscrit en faux contre Claude Guéant

Publié dans France, SOCIAL, SOCIETE | Pas de Commentaire »

« BHL Président ! »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 novembre 2011

Vu sur : Moissac au coeur20 novembre 2011

Philosophie

La vie rêvée de BHL..

Par Pakman in Urtikan.net!

 

index.png

Il est beau, il est grand, il est riche, ses chemises blanches sont toujours

impeccablement échancrées, il ne vit plus avec une chanteuse,

et il a chassé Kadhafi du pouvoir avec son nouvel ami  Sarko.

Bernard-Henry Lévy serait digne de lui succéder : BHL Président !

 

Urtikan.net

L’hebdo qui gratte là où ça démange

Publié dans Humour | Pas de Commentaire »

SNCF : Jacky Hénin sur le paquet ferroviaire

Posté par communistefeigniesunblogfr le 20 novembre 2011

 

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Environnement, POLITIQUE, SERVICES PUBLICS, Transports - SNCF, Union europeenne | Pas de Commentaire »

André Grimaldi : Pour un débat sur la santé « avec le président, nous disons donc « chiche! » Quand il veut, où il veut, avec lui, ou son ministre. »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 novembre 2011

André Grimaldi : Pour un débat sur la santé le 16 Novembre 2011

André Grimaldi

« Prêts au débat avec M. Sarkozy » 

 

sante1 dans France

 « Dans son discours à Bordeaux, Nicolas Sarkozy s’en est pris au Manifeste

pour une santé égalitaire et solidaire, dont je suis l’un des auteurs, lui reprochant

d’être irresponsable parce qu’il prône la hausse des cotisations sociales.

Ce manifeste a été fait pour qu’il y ait un débat sur la santé lors de l’élection

présidentielle. Nous disons à M. Sarkozy : “Organisons un débat public : est-ce que,

à coût constant, une autre politique de santé est possible ?” Le président veut

dépenser moins : ça tombe bien, nous aussi. Concernant les médicaments, je voudrais

qu’il m’explique pourquoi les génériques en France coûtent deux fois plus cher qu’en

Grande-Bretagne, aux Pays-Bas ?

La différence, c’est 1 milliard d’euros. Sur la disparité des pratiques médicales, on sait que dans des maternités

identiques, le taux de césariennes varie de 1 à 3, que pour la pose de simulateurs cardiaques, cela va de 1 à 4,

les endoscopies, de 1 à 3, etc. Où est le travail d’évaluation comparative des pratiques pour tenter de réduire

ces disparités ? Sur les partenariats public-privé, un rapport de la Cour des comptes montre que cela a été en

général des cadeaux au secteur privé, comme le montre le cas emblématique de l’hôpital Sud-Francilien.

On pourrait multiplier les exemples. Quand le président parle de maîtrise des coûts publics, cela signifie qu’en

réalité, 
il les transfère sur les ménages : c’est de moins en moins la Sécu qui rembourse, et davantage

les mutuelles et assurances privées, dont les primes augmentent de 5 % et plus chaque année. À la clé, moins

d’égalité, de solidarité. Injuste, ce transfert est aussi coûteux : les frais de gestion des assureurs sont de 28 %,

contre 4,6 % pour la Sécu.

Lire la suite

Publié dans ECONOMIE, France, Politique nationale, SANTE, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Robert Guédiguian : « Le seul rêve possible en opposition à ce système de production, ce développement capitaliste international, c’est l’idée communiste. »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 19 novembre 2011

Robert Guédiguian : le 16 Novembre 2011 - Entretien réalisé par Michel Guilloux

Culture

Robert Guédiguian,

son communisme et la jeunesse du monde

 

robertguediguianweb.jpg

Quand tout disparaît, travail, usines, comment ne pas sombrer dans l’individualisme,

la résignation ou la haine ?

 

Avec les Neiges du Kilimandjaro, le cinéaste rebat les cartes de l’espoir, de l’utopie, de la vie, inspiré

par un des poèmes de la Légende des siècles, de Victor Hugo. Entretien.

Découvert, lors de sa présentation au dernier Festival de Cannes, comme l’un des films politiques les plus

stimulants, avec Le Havre, d’Aki Kaurismäki, ou l’Exercice de l’État, de Pierre Schoeller, les Neiges du Kilimandjaro

revient à Marseille, après le Paris de l’Armée du crime. Ni Conte de l’Estaque ni film noir, cet opus, qui sort

aujourd’hui en salles, creuse sous un autre angle la problématique du précédent. Par les temps qui courent,

la rencontre avec l’auteur s’imposait d’autant plus.

Un an avant le 21 avril 2002, vous signiez La ville est tranquille, la réalité de ce film-là a empiré depuis

et imprègne ce film-ci…

les_neiges_du_kilimandjaro dans CultureRobert Guédiguian. Dans La ville est tranquille, on laissait chacun à ses affaires ou, disons,

à ses malheurs. Le constat posé dans les Neiges du Kilimandjaro est terrible mais l’attitude

de ce couple est exceptionnelle, héroïque, exemplaire, au sens strict du terme.

Tout le paradoxe sur lequel est construit le film est d’être encourageant quand la situation

dépeinte, elle, est catastrophique.

Il y a là quatre figures ouvrières antagonistes.

Avec Gérard Meylan, nous avons une figure dure, réactionnaire, pas loin de glisser vers l’extrême droite.

Les enfants, eux, sont très agaçants, tant ils ne sont pas à la hauteur de leurs parents, se contentant de

leur petit confort qui fonctionne ; tout ça vivote et surtout ne prenons aucun risque, restons entre soi,

mettons des œillères – eux sont un peu « les tièdes » que « Dieu vomit ».

Avec le personnage de Grégoire (Leprince-Ringuet – NDLR), surgissent le sentiment d’injustice, presque

révolutionnaire, égalitariste, et une figure très contemporaine, celle de l’ignorance, de la méconnaissance

de ce qu’ont pu faire pour les autres ces deux-là, Michel et Marie-Claire (Jean-Pierre Darroussin et Ariane

Ascaride – NDLR), des vrais, des militants de base, ceux qui, enfin, sont «parfaits».

Voilà quatre comportements possibles dans ce monde des « pauvres gens », cela dit par commodité. Renoir

disait que «chaque personnage a ses raisons» mais Michel et Marie-Claire, eux, ont raison. Si je peux expliquer

les autres comportements, je ne les justifie absolument pas. Eux attendent de savoir avant de juger, voilà un

sentiment que j’aime bien : se sentir responsable. Je supporte de moins en moins les gens pour qui tout ce

qui arrive n’a rien à voir avec leur propre vie.

Lire la suite

  • Lire également :

--> La critique des Neiges du Kilimandjaro

  • Voir la bande annonce :

Image de prévisualisation YouTube

ou cliquer -->>ici

  • À lire aussi :

--> Le communiqué de Patrick Le Hyaric à la suite de l’attribution du prix Lux 2011, par le Parlement européen, au film de Robert Guédiguian

 

Publié dans Cinema, Culture | Pas de Commentaire »

Le billet de Glop Lerouge : Rendez-nous Berlusconi !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 18 novembre 2011

Le billet de Glop Lerouge : Rendez-nous Berlusconi ! dans Democratie text3005_0

17 novembre 2011Glop Lerouge, Secrétaire de Section

 

Rendez-nous Berlusconi !

 

Rendez-nous Berlusconi !

 

Il a foutu en l’air le droit italien du travail, Berlusconi,

et tout le monde a dit Amen ! Il a achevé de mettre

par terre l’hôpital public italien, Berlusconi, et il a été

réélu ! Il a gavé les riches, pillé les pauvres, moqué

la justice, privatisé les services publics, étalé sa

pas-bien-jeune-lubricité sous les projecteurs, et il est

resté aux manettes. Puis tout à coup, à l’automne 2011,

au crépuscule de sa vie politique, alors qu’il voguait

peinard vers sa prochaine réélection et que l’opposition italienne avait perdu tout espoir, le Cavaliere a enfin

dérapé pour de bon.

A son âge, avec son expérience des palais et sa maîtrise du bunga-bunga, il a eu comme un caprice d’enfant,

un envoûtement, une loufoquerie. Il a déclaré, lui qui s’y connaît en entourloupes, que la « monnaie unique »,

l’Euro, avait appauvri les Italiens ! Il a laissé comprendre que toutes ces mesures d’austérité, il voulait bien

faire semblant, mais c’était quand même de la connerie pure en climat de récession et de grogne sociale, et

qu’il fallait donc pas trop y compter… Et là, ça n’a pas pardonné. Le patronat et les banques ont sifflé la fin

de la recréation.

Ce n’est pas « il Cavaliere » qui a été abattu, c’est « Che Berlusca », comme l’appellent maintenant les copains

de Bologne pince-sans-rire. Et oui, Berlusconi a perdu la majorité à la Chambre des députés car les éléments

les plus ultra-libéraux de son propre parti (8 députés en pratique) ont obéi au patronat et aux banques

qui leur demandaient de lâcher le dangereux bolchévique ! C’est « Berlusconi le gauchiste » qui a été mis

en minorité…

Bilan des courses. Papandréou est tombé en Grèce pour avoir proposé un référendum. A la gueule des électeurs,

la Grèce est maintenant gouvernée par Papadimos, un ancien de la Banque Goldman Sachs soutenu par

une coalition qui va de l’extrême-droite aux socialos. Berlusconi est tombé pour avoir songé, une fois dans sa vie,

à l’intérêt du pays en retardant les mesures d’austérité, et l’Italie est maintenant sous les fers d’un autre ancien

de Goldman Sachs, Mario Monti. La Banque centrale européenne, elle, est « gouvernée » par Mario Draghi,

ancien de Goldman Sachs…

Voyons voir : les banques, Goldman Sachs la première, mettent le feu à la planète en provoquant la crise

financière. Les États, au lieu de les laisser crever, sauvent les banques et foutent en l’air les finances publiques

avec leurs plans d’aide. Les banques reprochent aux États leur endettement (qu’elles ont causé), et mettent

leurs pions, pour faire leur politique, à la tête des États. En somme, on choisit l’incendiaire pour éteindre le feu…

Les masques sont tombés. Ce qu’on appelle la « démocratie », c’est le pouvoir des banques et des patrons

au-dessus de la volonté des peuples. Ce qu’on nomme « rigueur » et « austérité », c’est enlever aux pauvres pour

alimenter les riches. Ce qu’on désigne par débat public, c’est « cause toujours, c’est le pognon qui commande ».

Combien de temps allons-nous laisser ces pyromanes faire joujou avec des lance-flammes ?

 

Publié dans Democratie, EUROPE, Grece, Humour, Italie, POLITIQUE, Union europeenne | Pas de Commentaire »

« Rester dans l’euro en désobéissant aux règles  » ?

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 novembre 2011

Lu sur : PCF Grésivaudan17 novembre 2011
URL article original :  http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/111111/la-grece-peut-dire-non-lausterite-et-oui-leuro

La Grèce peut dire non à l’austérité et oui à l’euro

 

«Entre l’hyper-austérité (…) et la sortie de l’euro, il y a une troisième

voie pour les peuples européens», estime Thomas Coutrot, économiste,

membre du conseil scientifique d’Attac :

«rester dans la zone euro en désobéissant aux règles».

George Papandréou a joué et perdu. Son coup de poker du référendum a été

mis en échec par la réaction conjointe des marchés financiers, des dirigeants

européens, du G20 et de ses «amis» du Pasok. Bien entendu, son initiative

était une manœuvre désespérée pour restaurer une autorité chancelante.

Mais cela n’enlève rien au fait qu’un référendum aurait, au moins en partie, remédié à l’extraordinaire déni de

démocratie auquel est soumis le peuple grec sous la tutelle de la finance internationale. La politique d’austérité

brutale menée depuis 18 mois n’a en effet aucune légitimité démocratique.

Papandréou n’a pas été élu pour mener cette politique, et les Grecs ont suffisamment manifesté dans les rues

et sur les places de tout le pays leur désaveu.

Il est démocratiquement aberrant de refuser au peuple la possibilité de choisir la route à prendre dans une

situation aussi dramatique. Pourtant, la proposition de référendum n’a guère rencontré de soutien sur l’échiquier

politique grec, même à gauche du Pasok ou chez les sympathisants des Indignés grecs. Outre le discrédit

personnel de Papandréou, ce paradoxe tient peut-être à la nature des choix présentés comme possibles pour

la Grèce. A en croire Papandréou lui-même, sur ce point parfaitement d’accord avec les dirigeants européens,

l’alternative était simple : accepter le plan européen du 27 octobre, avec une nouvelle aggravation de l’austérité

qui dévaste le pays, ou bien sortir de l’euro et revenir à la drachme, avec des conséquences encore plus

dramatiques au plan économique et social.

(N’oublions pas non plus les conséquences politiques, avec un déchaînement de nationalisme en Grèce

et de xénophobie anti-grecque en Europe).

Lire la suite  

Publié dans ECONOMIE, EUROPE, Grece, IDEES - DEBATS - PHILO | Pas de Commentaire »

L’Humanité et l’Humanité Dimanche en format numérique.

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 novembre 2011

 

Découvrez l’Humanité du 15 novembre en version numérique

Pour le lire, cliquez ici.

 

L'Humanité et l'Humanité Dimanche en format numérique. dans Presse - Medias lhumanite_15-11

 

Découvrez l’Humanité Dimanche du 10 au 17 novembre

en format numérique

Pour le lire, cliquez ici.

 

hd-10-17 dans Presse - Medias

 

Pour chaque abonnement à l’un de nos journaux réalisé sur notre site (version « papier »),

l’abonnement à sa version numérique est offert.

En attendant, vous pouvez consulter certains numéros  ici.

Abonnez-vous en ligne à l’un de nos titres en cliquant ici

Publié dans Presse - Medias | Pas de Commentaire »

123456...10
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy