• Accueil
  • > ECONOMIE
  • > COMMENT SORTIR LES ÉTATS DE L’EMPRISE DES MARCHÉS FINANCIERS

COMMENT SORTIR LES ÉTATS DE L’EMPRISE DES MARCHÉS FINANCIERS

Posté par communistefeigniesunblogfr le 4 novembre 2011

Lu sur : Section PCF Grésivaudan4 novembre 2011
URL article original : http://blogs.mediapart.fr/blog/pierre-khalfa/031111/sortir-les-etats-de-la-servitude-volontaire

COMMENT SORTIR LES ÉTATS DE L’EMPRISE

DES MARCHÉS FINANCIERS

« Sortir les États de la servitude volontaire »

 

 

COMMENT SORTIR LES ÉTATS DE L’EMPRISE  DES MARCHÉS FINANCIERS dans ECONOMIE Grece-fmi-2-2

Par Thomas COUTROT, Coprésident d’Attac,

et Pierre KHALFA, Coprésident de la Fondation Copernic

Le mois d’octobre a vu la crise de la zone euro s’aggraver

considérablement et les agences de notations s’en donner

à cœur joie : dégradation de la note de l’Espagne et de l’Italie,

menace sur la Belgique, « mise sous surveillance » de la France

qui est ainsi menacée de perdre son triple A.

Tout a déjà été dit sur le rôle des agences de notation.

Aveugles lors des crises financières qu’elles ont été incapables d’anticiper, donnant la note maximale à la banque

Lehman Brothers à la veille de son effondrement, certifiant l’innocuité des produits financiers hautement toxiques,

baignant en permanence dans le conflit d’intérêt, leurs déclarations devraient susciter l’hilarité générale. Pourtant,

gouvernements et institutions européennes, tout en les dénonçant et en promettant de les mater, persistent à

se prosterner devant elles.

C’est que les agences de notations, aussi discréditées soient-elles, jouent un rôle indispensable au fonctionnement

des marchés financiers. Le problème n’est pas de savoir si elles ont raison ou tort ou si leurs jugements sont basés

sur une analyse objective de la situation. Il vient du comportement même des acteurs de la finance qui ont besoin

d’une autorité extérieure pour orienter leurs décisions grégaires. Les agences de notation ne jouent pas le rôle

de thermomètre, mais d’un virus qui fait monter la fièvre de la cupidité, laquelle pousse à la formation de bulles

dans les moments d’euphorie boursière, et qui déchaîne une panique incontrôlée dans les moments de doute.

Le problème, ce ne sont pas les agences de notation, mais les marchés financiers. Il est donc criminel d’avoir

mis les dettes publiques dans leurs mains.

Car, il faut y insister, ce sont les gouvernements qui ont fait ce choix, ce sont eux qui ont permis aux marchés

de développer leur capacité de nuisance.

En France, une réforme de la Banque de France, votée en 1973 sous l’impulsion de Valéry Giscard d’Estaing,

ministre des finances de Georges Pompidou, interdit au Trésor public d’emprunter directement à la Banque de

V à des taux d’intérêt nuls ou très faibles. La Banque de France ne peut donc plus financer par de la création

monétaire les déficits publics.  

Lire la suite 

Laisser un commentaire