• Accueil
  • > Democratie
  • > Éducation : Les élèves de maternelle classés en trois catégories, dès l’âge de cinq ans !

Éducation : Les élèves de maternelle classés en trois catégories, dès l’âge de cinq ans !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 17 octobre 2011

Éducation : Les élèves de maternelle classés en trois catégories, dès l’âge de cinq ans ! dans Democratie humanite 13 Octobre 2011 – Laurent Mouloud

Chatel invente l’étiquetage des élèves de maternelle

 

enfant-prison_400-200x200 dans Education nationale

Le ministère de l’Éducation nationale a proposé hier à ses inspecteurs

un projet d’évaluation des élèves en fin d’école maternelle afin de

repérer les cas « à risque » et à « haut risque ».

Tollé chez les enseignants et les parents d’élèves.

Apparemment, le funeste rapport du député UMP Jacques-Alain Bénisti,

qui proposait de repérer les comportements « à risque » dès la crèche,

a fait des émules du côté du ministère de l’Éducation nationale.

Selon des révélations du site lemonde.fr, la rue de Grenelle travaillerait à la mise en place d’une évaluation très

tendancieuse de tous les élèves de grande section de maternelle. Une idée qui a soulevé l’indignation

des syndicats enseignants et des parents d’élèves.

Classés en trois catégories, dès l’âge de cinq ans !

Ce projet, dévoilé hier aux inspecteurs de l’éducation nationale, se présenterait sous la forme d’un livret,

appelé « Aide à l’évaluation des acquis en fin d’école maternelle », et se déroulerait en trois phases.

Première : le « repérage ». Entre novembre et décembre, les professeurs seraient chargés de passer au crible

le comportement à l’école (« respecte les autres », « contrôle tes émotions »…), le langage, la motricité et

la « conscience phonologique » des élèves, âgés, rappelons-le, d’environ cinq ans. À l’issue de ce processus,

ils seront classés en trois catégories : « RAS (rien à signaler) », « à risque », ou « à haut risque ».

Deuxième phase : les élèves des deux dernières catégories auront droit à des « séances d’entraînement »

quotidiennes.

Enfin, troisième phase : le bilan. Passé entre mai et juin, il permettrait de faire le point sur les acquis des élèves

par des « séries d’épreuves collectives ou en petits groupes – d’une durée d’environ trente minutes par série ».

Les parents de la FCPE ont failli s’étrangler en découvrant ce projet qui, bien entendu, n’a fait l’objet d’aucune

concertation.

« Il ne s’agit ni plus ni moins que d’un dispositif de normalisation des enfants dès cinq ans ! a dénoncé hier la

fédération dans un communiqué. Plutôt que de privilégier la pédagogie et des effectifs raisonnables en classe,

on colle une étiquette extrêmement anxiogène sur des enfants qui peuvent, un jour donné, être fatigués ou

malades, récalcitrants, impressionnés et ne pas réussir les “épreuves” imposées. »

Lire la suite

  • A lire :

Graine de délinquant chez les bébés, le retour

Pierre Delion : « Il y a confusion entre prévention et prédiction… »

Quand Nicolas Sarkozy s’occupe de prévention

Psychopathia criminalis versus Sarkozy ?

Une vieille tentation à droite.

Repérer les « déviances » dès le plus jeune âge ? La tentation resurgit régulièrement à droite.

Ce fut le cas en 2005 avec 
le rapport controversé de l’Inserm suggérant une détection précoce

des « troubles du comportement » dès trois ans pour « prévenir la délinquance ».

Une idée défendue ensuite par le député UMP Jacques-Alain Bénisti, le ministre de l’Intérieur

Nicolas Sarkozy, 
le porte-parole de l’UMP Frédéric Lefebvre ou encore, en 2010, 
le secrétaire d’État

à la Justice Jean-Marie Bockel.

Une offensive qui a donné lieu à la création du collectif Pas de zéro de conduite.

 

Laisser un commentaire

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy