• Accueil
  • > Archives pour septembre 2011

FN : Les conseillers occultes de l’entreprise Le Pen

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 septembre 2011

Lu sur : FN : Les conseillers occultes de l'entreprise Le Pen dans F-Haine dazibaoueb_logo_70010 septembre 2011

publié par Marc L. (Webmaster)

 

Front national : les réseaux obscurs de Marine Le Pen

 

Auteur : MARINE TURCHI - Source : MEDIAPART

«Dédiabolisation». Le mot est de Marine Le Pen, elle ne cesse de le répéter depuis son émergence

médiatique, un soir électoral de 2002. La présidente du FN s’efforce de faire croire que son parti 

n’est plus «d’extrême droite» et qu’«Obama est plus à droite qu’(elle)». Elle aime raconter

qu’un groupe d’experts issus de la société civile l’alimente en notes. Qu’elle a purgé son parti

de la frange dure, banni les skinheads. Et que, finalement, elle ne fait pas d’autre constat sur l’euro

que celui de grands économistes, comme Jacques Sapir.

C’est sans aucun doute ce que Marine Le Pen rabâchera …

Lire la suite

.

reseaux_le_pen dans POLITIQUE

 

 « Le Système Le Pen, enquête sur les réseaux du Front national »

sorti chez Denoël le 8 septembre – 208 pages -  14,50 €

Les bonnes feuilles sont parues dans « Le Monde » daté du 7 septembre :

lemonde.fr/election-presidentielle-2012/Le nouveau FN de Marine Le Pen

 

Voir également :

lemonde.fr/politique/infographie/Les cercles d’influence autour de Marine Le Pen

 

 

Publié dans F-Haine, POLITIQUE, Presidentielle 2012 | Pas de Commentaire »

Pôle Emploi : Hausse des radiations administratives grâce à la dématérialisation du courrier

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 septembre 2011

Lu sur : PCF Grésivaudan10 septembre 2011

URL article original : http://www.politis.fr/Les-radies-du-chomage,15193.html

Les radiés du chômage

 

Pôle Emploi : Hausse des radiations administratives grâce à la dématérialisation du courrier dans Chomage p%25C3%25B4le+emploi

par Thierry Brun

Une note du collectif « Autres chiffres du chômage » apporte

un éclairage complémentaire à notre enquête sur Pôle emploi

et la hausse des radiations administratives par e-mail.

A la suite de l’enquête d’Anne Solesne Tavernier,

« Maintenant, on radie par e-mail », à lire dans notre journal,

une note du collectif « Autres chiffres du chômage » (ACDC)

publiée le 6 septembre révèle l’influence des politiques menées par

Pôle emploi sur les chiffres du chômage.

 

 

PDF - 360.5 ko

Note ACDC septembre 2011

Cette note intitulée : « Les flux d’entrée et de sortie du chômage : moins de retours vers l’emploi, plus de sorties

administratives », indique que « chaque mois, environ 500 000 demandeurs d’emploi s’inscrivent sur les listes

de Pôle emploi et à peu près autant en sortent. Ces flux représentent aujourd’hui entre 11 % et 12 % du total

des demandeurs d’emploi et sont bien supérieurs aux variations mensuelles du stock des demandeurs inscrits.

Les mouvements qui affectent ces flux d’entrée et de sortie peuvent donc avoir une incidence assez sensible

sur les fluctuations du baromètre mensuel ».

Ainsi, en juillet, comme l’ont relevé le syndicat SNU-Pôle emploi et le site actuchomage.org¹, le collectif a constaté

« une hausse brutale du nombre de radiations administratives : +25,1 % en un mois. Par rapport au mois de juin,

près de 10 000 personnes supplémentaires ont été ainsi radiées des listes de Pôle emploi au cours du mois

de juillet. Il s’agit là d’une hausse record, jamais observée depuis quinze ans ».

Le collectif considère que « les bouleversements organisationnels de l’établissement public influent » sur les

données chiffrées sur le marché du travail et le chômage indemnisé. Ainsi la dématérialisation des courriers

adressés aux chômeurs pourrait y avoir une bonne part de responsabilité. « On avait constaté dans la première

année d’existence de Pôle emploi une croissance, sans diminution depuis, des inscriptions pour autres motifs ».

Et de conclure : « Cette absence marquée d’intérêt pour la qualité de ces chiffres contraste singulièrement

avec l’usage médiatique qui en est fait ».

De là à penser que les radiations administratives servent à ajuster les chiffres officiels, il n’y a pas loin.

Tripatouillages autour des chiffres du chômage

Nicolas Sarkozy s’est permis une belle pirouette en commentant le 2 septembre les mauvais chiffres du chômage,

le mois de juillet étant le troisième mois consécutif à enregistrer une hausse du nombre de demandeurs d’emploi.

Le président des riches a insisté sur la vigueur des créations d’emploi et établit un lien entre chômage

et démographie.

En clair, les mauvaises statistiques seraient dues à la vitalité démographique française.

Lire la suite

¹actuchomage.org/Social-economie-et-politique/pole-emploi-les-premiers-degats-de-la-dematerialisation

 

Publié dans Chomage, ECONOMIE, SOCIAL | Pas de Commentaire »

Éducation : Grève le 27 septembre : « Public, privé, même combat ! »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 septembre 2011

Éducation : Grève le 27 septembre : le 8 Septembre 2011

Source illustration : PCF Grésivaudan

 

Éducation : l’enseignement privé fera aussi grève avec le public

 

necro_educ dans Luttes

 

Après l’appel à une journée de grève, le 27 septembre prochain,

lancé par les syndicats du public pour protester contre

les suppressions de postes dans l’Éducation nationale,

la quasi totalité des syndicats des établissements privés sous

contrat appellent, fait inédit, à rejoindre la mobilisation.


La Fep-CFDT, le Snec-CFTC, le Spelc, le SNPEFP-CGT et le Synep-CFE-CGC

réclament « zéro retrait d’emploi pour la rentrée 2012″ et appellent

« tous les personnels des établissements d’enseignement privés à défendre

leur avenir en participant à la journée du 27 septembre dans l’Éducation

nationale et dans l’enseignement agricole », selon un communiqué commun.

 

 

Environ « 1.350 suppressions d’emplois sont à nouveau envisagées (en 2012) pour l’enseignement privé »,

déplorent les syndicats. « Depuis 2008, plus de 5.000 emplois ont été retirés dans l’enseignement privé associé

à l’État par la mise en oeuvre de la RGPP (révision générale des politiques publiques) alors que les prévisions

d’effectifs sont fortement à la hausse », rappellent-ils. Ce chiffre de 5.000 postes supprimés tient compte des

1.433 postes enlevés à la rentrée 2011, a précisé Bruno Lamour, secrétaire général de la Fep-CFDT.

« C’est exceptionnel que cinq organisations syndicales du privé lancent, de manière conjointe,

un appel pour rejoindre les syndicats du public« , a-t-il dit.

Le principe d’une grève conjointe dans le privé est dans l’air depuis fin août

Les suppressions de postes dans le privé, exclusivement d’enseignants, ont des conséquences « désastreuses »,

déplorent les fédérations. Elles « réduisent l’offre de formation » à cause de fermetures de classes et

d’établissements « tout particulièrement en milieu rural », elles « dégradent les conditions de travail des élèves

et des personnels », et elles rendent « impossible » la prise en charge des élèves les plus en difficulté ou en situation

de handicap ». Contrairement au public, tous les professeurs sont devant des élèves et ne sont pas détachés à

d’autres fonctions, il n’y a pas de professeurs remplaçants et le privé peut basculer certains postes d’enseignants

du primaire dans le secondaire.

Le principe d’une grève conjointe dans le privé était dans l’air lorsque la Fep-CFDT, principale fédération dans

le secteur, avait annoncé fin août qu’elle s’associait à la mobilisation du 27 septembre, mais il fallait attendre

que l’accord de principe se concrétise. « Les souhaits que nous avons ne sont pas spécifiques à l’enseignement

privé mais bien ceux qui préoccupent nos collègues du public: (…) l’Éducation nationale est mise à mal depuis

quelques années par le gouvernement, dont la conséquence est qu’il n’y a plus de priorité accordée à l’éducation »,

avait alors fait valoir Bruno Lamour, secrétaire général de la Fep-CFDT.

Lire la suite

 

Communiqué commun du 8 septembre 2011

   education_prive_web dans SOCIETE

 

A lire également :

Publié dans Education nationale, Luttes, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Le Grand Soir à la Fête de l’Huma

Posté par communistefeigniesunblogfr le 10 septembre 2011

Source : Le Grand Soir

URL de cette communication aux lecteurs : http://www.legrandsoir.info/le-grand-soir-envahit-la-fete-de-l-humanite.html

 

Le Grand Soir envahit la Fête de l’Humanité

 

Le Grand Soir à la Fête de l'Huma dans INFOS arton14546-c0d63

 

Le Grand Soir participera au débat sur « Les médias et le Venezuela »

dimanche à 16H30 au stand du Venezuela avec Jean Ortiz et Ignacio Ramonet.

Maxime Vivas dédicacera ses ouvrages au Village du Livre et notamment :

200 citations pour comprendre le monde passé, présent et à venir« 

(ouvrage suivi du Programme du Conseil National de la Résistance et précédé

d’une préface de Jean-Luc Mélenchon)

La face cachée de RSF

Dalaï-lama. Pas si zen.

Viktor Dedaj sera réfugié au stand de France-Cuba où vous pourrez apporter vos manches de pioche à dédicacer

et vos nouveaux-nés à bénir.

Et ce n’est pas tout ! Les deux lascars sus-nommés feront des raids sur l’espace de Cuba-Si pour y signer des livres

et piquer des lecteurs à l’équipe de Charlie-Hebdo qui occupe traditionnellement cet espace parfumé à la fumée de

cigares et aux effluves de rhum.

Une envie de débattre, une proposition particulière et honnête ? Écrivez-nous à contact suivi de legrandsoir.info,

le tout séparé par @… ou laissez un commentaire ici.

 

Publié dans INFOS, Presse - Medias | Pas de Commentaire »

Fonderies du Poitou : LE PLAN DE MONTUPET PRIVERAIT LES FONDEURS DE 3 MOIS DE SALAIRE CHAQUE ANNÉE !

Posté par communistefeigniesunblogfr le 9 septembre 2011

Fonderies du Poitou : LE PLAN DE MONTUPET PRIVERAIT LES FONDEURS DE 3 MOIS DE SALAIRE CHAQUE ANNÉE ! dans ECONOMIE logo-huma 7 septembre 2011

Ce plan priverait les fondeurs de trois mois de salaire

 

fonderie_du_poitou_web dans Luttes

N’étant plus capable de répondre aux exigences

de Renault, la direction des Fonderies du Poitou Alu,

à Ingrandes, dans la Vienne, tente d’imposer aux

salariés une baisse de 23 % de leurs salaires.

Ils sont en grève depuis vendredi.

 

 

Ingrandes (Vienne),  envoyée spéciale .

Lovée entre les champs de céréales et de tournesols, la zone industrielle Saint-Ustre, à la sortie du village

d’Ingrandes, tout proche de Châtellerault, dans la Vienne. Et là, deux fonderies aujourd’hui distinctes,

qui furent toutes deux propriétés de Renault jusqu’en 1998. L’une spécialisée dans la production de blocs

moteurs en fonte et l’autre dans la fabrication de culasses en aluminium. Immenses bâtisses aux toits

caractéristiques en épis, qui rapportent du blé ! Mais pas assez pour répondre aux exigences de Renault,

désormais simple client (mais à 80 % !) des Fonderies du Poitou Alu. Qu’à cela ne tienne, le groupe Montupet,

propriétaire de l’entreprise qui emploie 474 salariés, depuis 2009, après neuf reventes-rachats, planche

depuis le mois de mai sur un « plan de compétitivité ». Et à quelques jours des congés estivaux,

ces salariés en ont découvert le contenu révoltant. 

Syndicats unis contre la régression sociale

Aux ouvriers en contact avec la matière, il est demandé d’accepter une baisse de salaire de 15 % et

de travailler 35 heures par semaine au lieu de 38 h 50, payées 35. Cela équivaut à une baisse de

23 % de salaire et, tous comptes faits, cela suppose de vivre avec trois mois de salaire en moins

sur l’année !

Aux personnels dits de main-d’œuvre indirecte (cadres, techniciens…), le plan, qui selon la direction doit

s’appliquer dès la fin septembre, impose de renoncer à 14 jours de RTT et prévoit 50 départs volontaires

vers d’autres sites du groupe en France, en Bulgarie et au Mexique. En cas de refus, l’avenir du site est

clairement menacé.

Les salariés, unis malgré ces disparités de traitement, refusent ce plan. Ils ont entamé une grève le vendredi

2 septembre, suivie à près de 95 %, déterminés à obtenir son retrait pur et simple.

C’est unitairement que les syndicats CGT, FO, CFE-CGC et UDT (syndicat autonome) condamnent

ce « plan de régression sociale » qui « ramènerait les salariés trente ans en arrière ».

Lire la suite

 

--> Le 12 septembre : Marie-George Buffet et Jean-Luc Mélenchon iront soutenir les salariés de la fonderie du Poitou

 

  • À lire :

--> l’entretien avec Fabien Gache, délégué central CGT du groupe Renault, client à 80 % de la Fonderie du Poitou Alu

 

--> le point de vue de Pierre Le Ménahès, délégué CGT de la Société Bretonne de Fonderie et de Mécanique (SBFM)

 

Communiqué de l’Intersyndicale :

Rassemblements Pour les Salariés des Fonderies du Poitou,

Pas Question de Perdre 23% de leur Salaire !


logo_intersyndicale_fonderies_poitou_alu dans SOCIAL

 

 

 

La veille du 14 juillet la direction des Fonderies du Poitou Aluminium (FDPA) a annoncé à ses salariés

« un plan de compétitivité » consistant à imposer une baisse de salaire pour le personnel de production

de 15 %, ainsi que le passage du temps de travail de 38 h 75 à 35 h payées 35 pour le 1er collège et la

suppression de 14 jours de RTT pour le 2ème collège, ainsi la mutation provisoire dans le groupe d’une

cinquantaine de personnes au bon vouloir de la direction et le gel des salaires de 3 ans…

Toutes ces mesures, cumulées à la perte des heures supplémentaires, aux incidences sur toutes

les primes, à la baisse du taux horaire se traduiraient par une baisse inacceptable de 23 % des

salaires. 4500 à 5000 euros de baisse de pouvoir d’achat, soit 3 mois de salaire par an !

C’est une véritable agression de la part des patrons actionnaires de FDPA, du groupe Montupet et de

Renault, qui est le principal client pour la fabrication des culasses.

Pourtant le groupe Montupet, auquel appartient cette fonderie a vu bondir son chiffre d’affaire de

90 % entre 2009 et 2010, passant de 204 à 387 millions d’euros. Sur le 1er semestre 2011, la croissance

du chiffre d’affaire par rapport au 1er semestre 2010 continue avec un taux de 32,7 %.

Selon la direction du site, c’est la perte d’un marché avec BMW qui a rendu plus urgente encore la nécessité

d’une amélioration de la compétitivité. Mais s’ils veulent baisser les coûts, pourquoi ne prennent-ils pas

sur leur part, sur celle des actionnaires ?

D’autant plus que dans les autres usines Montupet de France (Châteauroux et Nogent-sur-Oise), depuis des

semaines, les machines tournent à fond, recours en masse aux heures supplémentaires et l’embauche

d’intérimaires pour tenter de sortir les culasses demandées.

Les salariés de FDPA appellent à la solidarité active interprofessionnelle.

Accepter les sacrifices aujourd’hui ne sera d’aucune protection et garantie contre les attaques de demain sur

l’emploi et les salaires.

Le seul choix qui s’impose, c’est le retrait immédiat et sans condition de ce plan de régression sociale.

Nous sommes tous concernés pour dire NON à toute forme de baisse des salaires qui demain

– au-delà des salariés FDPA – pourraient s’appliquer à toutes les entreprises et/ou services publics de

ce pays.

Rappelons-nous les exemples Fenwick, Bosch ou Continental …

MARDI 13 SEPTEMBRE

RASSEMBLEMENTS

10 H 00 devant la mairie de Châtellerault

14 H 30 devant le MEDEF à St Georges les Baillargeaux

 

Publié dans ECONOMIE, Luttes, SOCIAL | Pas de Commentaire »

123456
 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy