• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 16 septembre 2011

Daniel Mermet à la Fête de l’Huma

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 septembre 2011

 

Image de prévisualisation YouTube

LÀ-BAS SI J’Y SUIS par Daniel Mermet du lundi au vendredi de 15h à 16h sur France Inter :

En direct de la Fête de l’Huma : et vive la mondialisation heureuse !

Une heure en direct et en public avec Frédéric Lordon - « Pour en finir avec la crise ! »

Pour (ré)écouter l’émission :

http://www.franceinter.fr/emission-la-bas-si-j-y-suis-en-direct-de-la-fete-de-l-huma-et-vive-la-mondialisation-heureuse

 

Publié dans ECONOMIE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Pour comprendre la crise

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 septembre 2011

Ce soir, dans son émission « Nous autres »¹, Zoé Varié avait invité Henri Sterdyniak, économiste à l’OFCE,

l’observatoire français des conjectures économiques et instigateur du manifeste des économistes atterrés.

Titre de l’émission : La crise pour les nuls – Première Partie – Le B.A.-BA

Vous pouvez (ré)écouter cette excellente émission sur le site de France Inter en copiant le lien ci-dessous

dans votre moteur de recherche :

http://www.franceinter.fr/emission-nous-autres-la-crise-pour-les-nuls-premiere-partie-le-ba-ba#comment-14648

 

 ¹ « NOUS AUTRES » par Zoé Varier le vendredi de 20h à 21h sur France Inter

Publié dans ECONOMIE | Pas de Commentaire »

L’affaire des esclaves d’Iscar (Espagne)

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 septembre 2011

Lu sur : L'affaire des esclaves d'Iscar (Espagne) dans Espagne dazibaoueb_logo_70016 septembre 2011

publié par Marc L. (Webmaster)

 

Esclaves au cœur de l’Europe

Auteur : José Bento Amaro - Source : Publico

 

394116 dans Portugal

Partis chercher du travail en Espagne, des Portugais ont été contraints

à l’esclavage dans une ferme.

Le quotidien Público fait le récit choquant de ces pratiques d’un autre âge.

 

L’image de personnes enchaînées, couchées par terre, victimes de mauvais

traitements, malades et affamées renvoie à une réalité d’un autre temps.

Mais le récit que vous allez lire ne fait pas référence au XVIe ou

au XVIIe siècle.

 

Dans cette tragédie, il n’y a pas d’océan à franchir. Il y a seulement le Portugal et l’Espagne au début du XXIe siècle. 

L’histoire que nous allons vous raconter compte 12 esclaves et quatre « négriers ». C’est une histoire de misère,

de barbarie préméditée. Le portrait d’une zone d’ombre du pays que beaucoup méconnaissent totalement.

C’est de cela dont parle le jugement rendu le 7 avril dernier par le tribunal de Fundão

[bourgade de l'intérieur du pays], la première condamnation pour esclavage au Portugal.

L’histoire part d’une famille qui vit en Espagne et maintient des liens avec la Beira Baixa [région de l'intérieur]

- un couple originaire du Portugal et leur fils âgé de 35 ans. Avec pour modus operandi la quête d’hommes pauvres

dans les villes et villages de la région. Des « indigents », comme les qualifie le tribunal, des hommes aux

« connaissances cognitives faibles », « dépendants de l’alcool » et « issus de familles déstructurées ».

António José Fortunato Maria, plus connu sous le nom de Tó Zé Cigano, est le principal membre de la famille

esclavagiste. Pendant que ses parents sont en Espagne, dans la région de Valladolid, il parcourt le terrain en voiture

en quête de main-d’œuvre pour les fermes espagnoles. Nous sommes en 2001, les parents de Tó Zé sont au Portugal

et recrutent la personne qui, durant des années, fera office de contremaître. Ils abordent une femme

qu’ils connaissaient déjà et parviennent à la convaincre de leur confier son fils, José António Rodrigues. Ils lui proposent

donc d’être chef d’équipe dans l’agriculture pour 250 euros mensuels, plus les repas, l’hébergement et du tabac.

Un luxe pour qui n’a rien. José António, le seul parmi les 12 esclaves qui ne sera jamais battu, accepte l’offre et gagne

pendant deux ans la somme prévue. Puis, jusqu’en février 2007, lorsqu’il parvient à s’enfuir au Portugal, il reçoit

seulement 150 euros par mois. C’est lui qui raconte au tribunal les cruautés subies dans le hangar d’une ferme où,

pendant des années, des esclaves ont vécu dans la peur.

[Lire la suite sur : dazibaoueb.com/]

 

Publié dans Espagne, Portugal | Pas de Commentaire »

Brésil : Nouvelle attaque contre les Guarani

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 septembre 2011

Source : Survival France13 septembre 2011

Brutale offensive contre des Indiens brésiliens

 

L'offensive a forcé les Guarani à s'exposer à de graves risques pour traverser la rivière à l'aide d'un simple câble afin de pouvoir s'approvisionner.L’offensive a forcé les Guarani à s’exposer à de graves risques pour traverser

la rivière à l’aide d’un simple câble afin de pouvoir s’approvisionner.
© MPF/Survival

Survival vient d’apprendre que des camions remplis d’hommes

armés ont fait irruption dans une communauté guarani pour

chasser violemment ses habitants.

 

L’anthropologue guarani Tonico Benites a déclaré à un représentant de Survival :

« Les Guarani, et plus particulièrement les enfants, sont confrontés à un danger imminent ».

L’oncle de Benites a perdu un œil suite à l’attaque récente des communautés guarani de Pyelito Kuê

et M’baraai, dans le sud de l’Amazonie brésilienne.

Visionner la vidéo dans laquelle une autre communauté guarani a de nouveau réoccupé une partie

de sa terre ancestrale : Terres ancestrales

Après avoir vécu au bord d’une route pendant près de deux ans, cette communauté d’Indiens guarani du Brésil

a récupéré une partie de sa terre ancestrale.

Les vestiges d'une maison guarani incendiée par des hommes de main.

Les vestiges d’une maison guarani incendiée par des hommes de main.
© MPF/Survival

Les Guarani qui ont été victimes de cette attaque ont décrit

comment ils ont été forcés de s’enfuir pour sauver

leur vie devant les menaces proférées par les hommes de main

sur leurs familles après l’incendie de leurs

maisons et de leurs effets personnels.

 

Un Guarani a rapporté : ‘Des lampes de poche et des torches éclairaient dans toutes les directions, les enfants

et les gens âgés ne pouvaient pas courir. J’ai les larmes aux yeux quand que j’écris cela. Nous n’avons presque

plus aucun espoir de survivre dans ce Brésil’.

[Lire la suite sur : survivalfrance.org/]

Lire également sur le site de Survival :

  1. De la pacotille pour leurrer les Indiens péruviens sur l’irruption des multinationales
    14 Septembre
  2. L’attaque d’un navire hôpital met la vie des Indiens en danger
    12 Septembre

 

Publié dans Bresil, Peuples indigenes | Pas de Commentaire »

Décréter l’État d’urgence

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 septembre 2011

Site national du PCF

Décréter l’État d’urgence

Par Yves Dimicoli¹, le 15 septembre 2011

Décréter l'Etat d'urgence

Les choix faits depuis mai 2010 et, encore plus, lors du sommet de

l’euro-groupe de juillet dernier, conjuguent surenchères dans les

politiques d’austérité, graves reculs de la démocratie et de la

souveraineté populaire.

C’est un véritable une fuite en avant au service de la domination

des marchés financiers.

 

Ces choix débouchent sur un énorme fiasco du point de vue même de l’objectif qu’ils prétendent viser :

le recul de l’endettement public. La fragilisation de l’Europe qu’engendre l’aveuglement des dirigeants de la

zone euro et dont se réjouissent les fonds spéculatifs, anglo-américains notamment, va conduire au désastre :

freinage de la croissance, augmentation du chômage, rationnement des services publics et étouffement

des revenus salariaux.

Il faut rompre avec cette logique folle qui assassine les Grecs, et qui prépare l’éclatement de la zone euro

au risque d’une confrontation fratricide entre Européens à coup de dévaluations compétitives.

La gauche, en France, a une responsabilité immense. Il ne suffit pas de se proclamer pour une opposition

à la « règle d’or » en évoquant le caractère spécieux de l’initiative de Sarkozy. Il faut appeler les salariés,

les chômeurs, les retraités, les jeunes à une grande mobilisation exigeant un changement de logique

avec une autre utilisation de l’euro et de la création monétaire de la la BCE :

  • Une grande expansion concertée des services publics, rompant avec les orientations des pactes de stabilité

et de l’euro plus, et posant la nécessité de  choix budgétaires de relance sociale pour 2010;

  • Une maitrise populaire du crédit et des banques pour sécuriser l’emploi, la formation, les revenus salariaux,

de conserve avec une répression systématique de la spéculation.

Rejetons toute tentation d’union sacrée derrière les marchés financiers. Cessons de diaboliser, comme la droite et

l’extrême droite, les déficits et les dettes publiques. Décrétons l’état d’urgence pour imposer une réorientation

des pratiques des banques et des grands groupes en exigeant des droits et pouvoirs d’intervention des salariés,

des citoyens et des élus sur l’utilisation de l’argent des profits, des fonds publics et du crédit.

Les institutions bancaires et de crédits doivent redevenir du domaine public et fonctionner selon

une logique anti-spéculative et de soutien à la relance sociale et économique, aux salaires, emplois,

aux investissements socialement utiles et générateurs de croissance.

 

¹

Yves Dimicoli

 

Yves Dimicoli est un économiste, spécialiste reconnu de ces questions au sein

du Conseil national du Parti communiste français (PCF). Il est membre de la commission

économie-social-finance du PCF.

 

 

Publié dans Austerite, ECONOMIE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

UMP-FN : « Dégageons-les ! »

Posté par communistefeigniesunblogfr le 16 septembre 2011

Par La rédaction « pcf.fr », le 12 septembre 2011

UMP-FN : « dégageons-les »

 

UMP-FN :

Entre l’université d’été du FN et la « grande réunion » de rentrée de l’UMP 06,

l’air à Nice ce week-end est difficilement respirable…

Le pseudo discours social de Le Pen ne rime qu’avec préférence nationale.

Celui de Christian Estrosi nouveau « gaulliste social » est aussi peu crédible

que le « travailler plus et gagner plus » d’un certain Sarkozy. Les deux se

gardent bien de dénoncer la main mise des marchés financiers sur l’économie

et l’austérité qu’on impose aux peuples.

Pour dénoncer ce véritable front anti-social des militants et des élus communistes des Alpes-Maritimes se sont

retrouvés, ce samedi 10 septembre, à la tour Bellanda qui domine le vieux Nice et où était déployées

une banderole de 100m2 avec comme slogan « Ump-Fn, ennenis du peuple, dégageons les! ».

Succès assuré auprès d’un grand nombre de badauds…

 

Publié dans France, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

 

ahmed remaoun |
Fabrice FRICHET |
LE BLOG EDUCATIF |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALGERIE/ PARTIS POLITIQUES/...
| MATTNA
| Bloc-notes de Raoul d'Andrésy